ERRATIQUES BLOCS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gros blocs de nature différente de celle de la roche sur laquelle ils reposent. Ils ont donc subi un transport depuis l'endroit où ils ont été arrachés jusqu'à l'endroit où ils sont actuellement situés ; il s'agit presque exclusivement de blocs apportés jadis par les glaciers. Ils peuvent avoir été portés à une altitude beaucoup plus élevée que celle de leur lieu d'origine par la glace se déplaçant à contre-pente : on trouve ainsi sur le plateau des Alleghany, aux États-Unis, des blocs erratiques situés à 500 mètres au-dessus de l'endroit d'où ils ont été arrachés, à 160 kilomètres de là ; en Allemagne du Nord, on peut voir de la même manière sur les croupes baltiques des matériaux rocheux enlevés au fond de la mer et qui occupent aujourd'hui une position surplombant le niveau de celle-ci d'environ 250 mètres. Il existe également, sur la côte norvégienne, des blocs erratiques d'origine suédo-finnoise. Les blocs erratiques, en jalonnant les étapes des glaciations, fournissent d'utiles indications sur la paléogéographie du Quaternaire.

—  Guy POURSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ERRATIQUES BLOCS  » est également traité dans :

CLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric FLUTEAU, 
  • Guillaume LE HIR
  •  • 3 655 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reconstruire le climat passé »  : […] Les débuts de la paléoclimatologie remontent au début du xix e  siècle avec les travaux de Louis Agassiz, un paléontologiste suisse, sur les périodes glaciaires du Quaternaire. Il proposa, lors de son discours de Neuchâtel (Suisse) en 1837, que les blocs erratiques observés dans les plaines du Jura et des Alpes étaient la preuve de l'extension ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/climatologie/#i_28644

GLACIAIRES PALÉOMILIEUX

  • Écrit par 
  • François ARBEY
  •  • 511 mots

La reconnaissance des paléomilieux glaciaires et de leurs bordures périglaciaires peut se faire à la lueur de plusieurs types de critères : d'abord les indices perceptibles à l'observation directe, sans qu'il soit indispensable de faire des mesures ou des analyses : ce sont les critères macroscopiques de terrain ; ensuite des critères complémentaires, nécessitant l'emploi des techniques de la sédi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleomilieux-glaciaires/#i_28644

Pour citer l’article

Guy POURSIN, « ERRATIQUES BLOCS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/blocs-erratiques/