GLACIAIRES PALÉOMILIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La reconnaissance des paléomilieux glaciaires et de leurs bordures périglaciaires peut se faire à la lueur de plusieurs types de critères : d'abord les indices perceptibles à l'observation directe, sans qu'il soit indispensable de faire des mesures ou des analyses : ce sont les critères macroscopiques de terrain ; ensuite des critères complémentaires, nécessitant l'emploi des techniques de la sédimentologie.

Les critères de terrain sont les suivants :

présence d'un plancher glaciaire, poli, portant des stries, avec diverses figures d'arrachement et des cannelures ; les systèmes de stries, ainsi que la profondeur de celles-ci permettent de connaître la direction des glaciers ainsi que la superposition des stades de crues ou de décrues ; les figures d'arrachement nous donnent le sens du déplacement du glacier ;

existence, au niveau de ces planchers, de très vastes surfaces dites de ravinement ou encore « discordances de ravinement » mettant en contact des formations de lithologie différente ; ce sont ces discordances de ravinement qui ont été décrites les premières au sommet de l'Ordovicien saharien ;

surfaces de ravinement dessinant des paléovallées glaciaires avec parfois des verrous glaciaires ;

présence de roches moutonnées, qui peut indiquer le sens du déplacement du glacier ;

surfaces striées glaciaires, qui devraient être distinguées des surfaces striées par des glissements de terrain, aériens ou sous-marins ; les phénomènes tectoniques produisent aussi des stries, de même que les radeaux de glace (stries glacielles se faisant sur un matériel plastique, à l'époque de la glaciation) ;

déformations glacio-tectoniques (traitées par ailleurs) pouvant donner une idée des directions et du sens des glaciers ; il ne faut pas les confondre avec des plis dus aux glissements sous-marins (slumpings) ou encore avec de vrais plis tectoniques ;

surfaces couvertes d'alignements, de drumlins et d'eskers ;

des fentes en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GLACIAIRES PALÉOMILIEUX  » est également traité dans :

NORD MER DU

  • Écrit par 
  • Alain PERRODON, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 4 422 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Géologie, histoire quaternaire et géomorphologie »  : […] La mer du Nord occupe une dépression structurale, qui s'étend vers le sud jusqu'au Massif schisteux rhénan et au seuil, voilé de sédiments, qui le raccorde aux chaînes Pennines, et vers le nord jusqu'à la chaîne calédonienne arasée qui joint la Norvège à l'Écosse. Dans cette dépression, des sédiments épicontinentaux se sont déposés depuis la fin du Primaire, sur une épaisseur qui dépasse peut-êtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-du-nord/#i_23471

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 094 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Relief »  : […] La péninsule scandinave (Suède et Norvège) s'allonge du nord au sud entre le 71 e et le 55 e  degré de latitude nord et se prolonge vers le sud dans le Jutland et les îles danoises, vers l'est en Finlande et dans la presqu'île de Kola (territoire soviétique). Le relief essentiel est donné par la masse étirée des Scandes, en bordure du bouclier ba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandinavie/#i_23471

Pour citer l’article

François ARBEY, « GLACIAIRES PALÉOMILIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleomilieux-glaciaires/