LAVIER BERTRAND (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le monde virtuel nous permet d'approcher plus profondément la réalité »

Ce qui irrite certains critiques en mal de romantisme, c'est précisément l'apparente facilité avec laquelle Bertrand Lavier élabore ses pièces. Mais il ne s'agit pas pour lui de produire un objet artistique de plus, mais bien de construire une situation visuelle inédite à partir d'un contexte (aussi banal soit-il) ayant déjà fait preuve, ailleurs, de ses compétences. Quand Bertrand Lavier inaugure sa série Walt Disney Productions en 1984, il s'appuie littéralement sur une bande dessinée de Walt Disney publiée dans le Journal de Mickey, sous le titre français de Traits très abstraits, qui raconte les aventures de Minnie et de Mickey au musée d'Art moderne. Lavier isole les peintures et les sculptures qui constituent le décor de la narration et les agrandit ensuite au format présumé. Lavier opère ainsi un court-circuit dans le processus de la représentation, puisqu'il rend tangible (il fait accéder au statut d'œuvre) ce qui n'était jusqu'alors que décor et fiction. Les peintures photographiques et les sculptures réalisées à partir de cette bande dessinée sont désormais vouées à errer dans un espace indécidable, car elles conservent la forme de leur territoire d'origine tout en ayant quitté celui-ci. Il ne s'agit pas en effet d'agrandissements de dessins ayant pour sujet l'art moderne, mais bien de peintures et de sculptures parfaitement emblématiques d'une certaine doxa concernant la modernité. La translation opérée par Lavier met ainsi au jour une dimension refoulée de la reproduction, qui, au-delà du stéréotype, accède à une forme d'universalité. Walt Disney Productions ne constitue pas à cet égard le commentaire ironique de l'art moderne raconté aux enfants, mais nous rappelle, comme le remarque l'artiste, que « c'est le monde virtuel qui nous permet d'approcher plus profondément la réalité ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification


Autres références

«  LAVIER BERTRAND (1949- )  » est également traité dans :

FIRMAN DANIEL (1966- )

  • Écrit par 
  • Valérie DA COSTA
  •  • 930 mots

Dans le chapitre « L’objet roi »  : […] Formé à l’École des beaux-arts de Saint Étienne puis à celle d’Angoulême, Daniel Firman s’engage au cours des années 1990 dans un travail de sculpture qui s’exprime en premier lieu par la pratique du pliage avant d’en venir, à la fin des années 1990, au corps à proprement parler. À ce titre, la première œuvre qui s’inscrit dans cette perspective est Gathering (1999). Elle es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-firman/#i_93162

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l’installation à l’architecture »  : […] Toutes ces créations singulières ne peuvent empêcher la montée en puissance et la nouveauté radicale de l’art de l’installation, dont on peut affirmer, avec Ilya et Emilia Kabakov, le caractère radicalement novateur, en remplaçant même dans le texte suivant le mot « tableau » par celui de « sculpture » : « Pour moi, écrit Ilya Kabakov, l’installation inaugure une période novatrice et décisive, d’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_93162

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « LAVIER BERTRAND (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-lavier/