BERGEN-BELSEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le camp de concentration nazi situé près des villages de Bergen et Belsen, à environ 16 kilomètres au nord-ouest de Celle, en Allemagne, fut construit en 1943 sur une partie d'un camp de prisonniers de guerre. Il devait servir à l'origine de camp de détention pour les juifs destinés à être échangés contre des Allemands détenus en territoire allié.

Bergen-Belsen était constitué en réalité de cinq camps satellites : un camp de prisonniers, un camp spécial pour les juifs munis de papiers sud-américains, un « camp de l'étoile », ainsi nommé parce que les détenus devaient porter l'étoile de David sur leurs vêtements civils, conçu pour les prisonniers échangeables avec les Alliés, un camp pour les juifs ressortissants de pays neutres, et un camp qui comptait 1 684 juifs déportés de Hongrie dans un train spécial, promis au leader juif hongrois Rezso Rudolf Kasztner. Ce dernier groupe partira en Suisse.

Après les « marches de la mort » de l'hiver de 1945 (les évacuations forcées de prisonniers de camps de concentration et d'extermination de l'Est), les conditions de vie à Bergen-Belsen se détériorèrent encore, et le taux de mortalité explosa. À l'origine, le camp était conçu pour recevoir 10 000 détenus, mais, à la fin de la guerre, avec l'arrivée de prisonniers juifs évacués d'Auschwitz et d'autres camps de l'Est, il contenait environ 60 000 personnes, privées pour la plupart de nourriture et d'abri. Même s'il n'y avait pas de chambres à gaz à Bergen-Belsen, plus de 35 000 personnes y périrent de faim, d'épuisement et de maladie de janvier à mi-avril 1945. Vers la fin de la guerre, une épidémie de typhus ravagea le camp. Anne Frank, dont le journal intime rédigé pendant la guerre allait devenir célèbre, mourut du typhus à Bergen-Belsen en mars 1945.

Quelque 28 000 détenus moururent de maladie ou d'autres causes dans les semaines qui suivirent la libération du camp par les Britanniques le 15 avril 1945. Ces derniers furent obligés d'enterrer des milliers de cadavres dans des fosses communes creusées à la hâte sur le site. Bergen-Belsen fut le premier grand camp de concentration nazi à être libéré par les Alliés, et les horreurs qui s'y produisirent furent rapidement connues. Quarante-huit membres du personnel du camp furent jugés et onze d'entre eux, notamment le commandant SS Josef Kramer, la « bête de Belsen », furent condamnés à mort par un tribunal militaire britannique et pendus. Après la guerre, Bergen-Belsen devint le plus grand camp de personnes déplacées d'Allemagne. La plupart de ses résidents émigreront plus tard en Israël.

—  Michael BERENBAUM, Universalis

Écrit par :

  • : ancien directeur de l'Institut américain de recherche sur la Shoah et de la Fondation américaine pour l'histoire visuelle des survivants de la Shoah

Classification


Autres références

«  BERGEN-BELSEN  » est également traité dans :

FRANK ANNE (1929-1945)

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 538 mots

Née le 12 juin 1929 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Annelies Marie Frank mourut en mars 1945, au camp de concentration de Bergen-Belsen, près de Hanovre. Le journal intime de cette jeune fille juive, relatant les deux années passées dans la clandestinité avec sa famille, lors de l'occupation allemande des Pays-Bas, est devenu un classique de la littérature de la Shoah. Dès les débuts du régi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-frank/#i_49856

Pour citer l’article

Michael BERENBAUM, « BERGEN-BELSEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bergen-belsen/