BÉHANZIN (1844-1906) roi du Dahomey (1889-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque Glélé, roi du Dahomey, meurt le 29 décembre 1889, son fils, Kondo, lui succède sous le nom de Béhanzin. Il profite de la saison sèche pour préparer son armée à la lutte contre les Français, qui ont reçu des renforts en février 1890. Le 4 mars, une violente attaque des forces dahoméennes sur Cotonou est repoussée. Le 19 avril, Béhanzin en personne, à la tête de plusieurs milliers d'hommes, cerne Porto-Novo mais ne peut emporter la ville d'assaut. Des otages français, pris à Ouidah, sont conduits à Abomey. L'un d'eux décrit ainsi Béhanzin : « Il a quarante ans environ, c'est un nègre admirable, bien pris quoique de taille moyenne. La figure est ouverte, intelligente, le regard franc et droit. » L'échange de ces otages est l'occasion de négociations entre les représentants de la France et Béhanzin. L'accord de Ouidah, conclu le 30 octobre 1890, reconnaît à la France le protectorat sur Porto-Novo, en échange d'une rente annuelle. Les deux parties profitent de ce répit pour se préparer activement à la guerre. Béhanzin dispose de 15 000 hommes armés de fusils et de couteaux-machettes, et de 4 000 amazones pareillement équipées. Il a 5 000 fusils à tir rapide. En face, 800 hommes commandés par le colonel Dodds. La flotte française établit un blocus des côtes pour arrêter les livraisons d'armes aux Dahoméens. Le 23 août, arrivent en renfort 800 légionnaires, deux escadrons de spahis et un détachement du génie. Les troupes françaises envahissent alors le Dahomey. Après avoir repoussé les troupes de Béhanzin à Dogba, elles franchissent l'Ouémé. Au combat de Pokissa, le 4 octobre 1890, les Français capturent trois Allemands et un Belge qui se trouvaient dans les rangs de l'armée dahoméenne et les fusillent. Malgré les combats qui redoublent, les troupes du colonel Dodds continuent leur progression. Le 4 novembre, Béhanzin rassemble toutes ses forces. Mais il est batt [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  BÉHANZIN (1844-1906) roi du Dahomey (1889-1894)  » est également traité dans :

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rupture coloniale »  : […] La colonisation bouleversa profondément ce processus de modernisation conservatrice. Au terme d'une longue guerre de résistance, le roi Béhanzin (1889-1894), fils de Glélé, fut en effet déchu de son trône et le Dahomey placé sous protectorat français. S'appuyant sur les rivalités entre Abomey et le roi Toffa de Porto-Novo, la France conquit non sans difficulté le royaume rebelle et, en 1894, plaç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benin/#i_42537

DAHOMEY ROYAUME DU (XVIIIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 691 mots

Danxomé, ou Dahomey comme l'appelèrent les colons, fut un royaume de l'Ouest africain qui s'épanouit aux xviii e  et xix e  siècles, dans la région qui correspond aujourd'hui au sud du Bénin. Au début du xvii e  siècle, trois frères se disputent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dahomey-royaume-du/#i_42537

GLÉLÉ ou GELELE, roi du Dahomey (1858-1889)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 210 mots

À la mort de Ghézo, en 1858, Badohoun (Glélé) succède sans difficulté à son père sur le trône du royaume d'Abomey. Il poursuit la politique d'expéditions militaires incessantes qui lui procurent les esclaves destinés à la traite vers l'Amérique, mais aussi à la mise en valeur du domaine royal et aux sacrifices humains annuels. Il entreprend une série de campagnes contre les Yorouba, détruit Ichaga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glele-gelele/#i_42537

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « BÉHANZIN (1844-1906) - roi du Dahomey (1889-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/behanzin/