BASHŌ (1644-1694)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Matsuo Munefusa, dit Bashō, est généralement considéré comme l'interprète le plus authentique du génie poétique japonais. Avec Chikamatsu le dramaturge et Saikaku le romancier, on le compte parmi les « trois grands » écrivains de son siècle. Maître incontesté du haikai-renga, du « poème libre en chaîne », qu'il pratiquait assidûment avec ses disciples, il fit du haiku, poème en dix-sept syllabes, un mode d'expression privilégié, mais excella surtout dans le haibun, prose poétique ponctuée de haiku.

Un poète pèlerin

Issu d'une famille de bushi (guerriers), vassale des châtelains d'Ueno dans la province d'Iga, le jeune Munefusa avait été dès son enfance attaché en qualité de page à la personne de l'héritier de son seigneur, Tōdō Yoshitada. Aux côtés de ce dernier, il suivit les leçons, entre autres, de l'un des maîtres du haikai de ce temps, Kitamura Kigin. Yoshitada cependant mourut en 1666, et Munefusa, libéré de ses attaches féodales, quitta sa province pour Kyōto où il poursuivit ses études. En 1672, précédé d'un certain renom déjà, il se rendit à Edo, la capitale des shōgun Tokugawa, où il semble avoir d'abord occupé divers emplois administratifs. Dès 1675, quelques-uns de ses principaux disciples, entre autres Enomoto Kikaku (1661-1707) et Sugiyama Sanpū (1643-1732), s'étaient mis à son école. En 1681, il prit l'habit de moine et pratiqua la méditation sous la direction du maître de Zen Butchō (1643-1715). En même temps, il se retirait à l'« Ermitage-au-Bananier » (Bashō-an), que Sanpū avait mis à sa disposition dans sa propriété de Fukagawa, dans un faubourg d'Edo. Désormais, il sera connu sous le pseudonyme de Bashō.

L'incendie de sa maison au début de 1683 l'incita à faire un premier voyage dans la province voisine de Kai, tandis que l'on reconstruisait le Bashō-an, grâce à une souscription parmi ses élèves déjà nombreux. La même année, Kikaku publiait un premier recueil de poèmes de l'école de Bashō, dite Shō-mon. Cependant, Bashō avait pris goût aux voyages ; l'exemple des pérégrinations de Saigyō, l'illustre moine-poè [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  BASHO (1644-1694)  » est également traité dans :

BUSON YOSA (1716-1783)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 245 mots

Dans le chapitre « Peintre et poète »  : […] Taniguchi Yosa prit de multiples noms de pinceau, dont le plus connu est Buson (« village au navet », allusion chinoise), qui apparaît dans un recueil des poèmes en 1744. Ces noms divers, transmis par ses poésies, par les signatures et les cachets de ses peintures, sont des points de repère fort utiles pour la datation de ses œuvres : citons Shime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yosa-buson/#i_11952

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 415 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « trois grands » et le siècle d'Ōsaka (1650-1750) »  : […] Trois écrivains de première grandeur allaient illustrer, dans la seconde moitié du xvii e  siècle, chacun des trois genres que l'on vient de décrire : Saikaku le romancier, Chikamatsu le dramaturge et Bashō le poète. Ihara Saikaku (1642 env.-1693) était semble-t-il un riche marchand d'Ōsaka qui avait assidûment pratiqué le haikai et qui, vers la q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_11952

LA SENTE ÉTROITE DU BOUT-DU-MONDE, Bashō - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 860 mots

Matsuo Munefusa, dit Bashō (1644-1694), est considéré comme l'un des plus grands parmi les poètes japonais. Son œuvre excelle dans la maîtrise du haikai-renga , ou « poème libre en chaîne ». Il donne ses lettres de noblesse au haiku , poème en dix-sept syllabes, mais surpasse son art dans le genre particulier du haibun , à savoir une prose poétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-sente-etroite-du-bout-du-monde/#i_11952

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « BASHŌ (1644-1694) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/basho/