BASHŌ (1644-1694)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La poésie dans le cœur

C'est la vie même de Bashō qui est son œuvre principale, a-t-on dit. Il faudrait modifier l'épithète et écrire : la vie de Bashō est son œuvre unique. Des milliers de haiku semés au vent, au hasard des rencontres, et pieusement recueillis dans les compilations du Shō-mon, d'innombrables versets alternant avec ceux de ses disciples dans des haikai-renga, des notes de voyage et des méditations poétiques, voilà de quoi, en effet, se compose l'œuvre écrite du poète. Pour lui l'art est la vie, « le haikai n'est pas dans la lettre, mais dans le cœur », et l'idéal serait de « transmuer le cœur en haikai », cela en accord total avec la nature et les saisons.

Si les haiku isolés sont souvent d'interprétation difficile, c'est dans le haibun, et singulièrement dans les récits de voyage (kikō) et les journaux (nikki), que l'on discerne le mieux la genèse du haiku. Ces récits de voyage sont au nombre de cinq : Nozarashi-kikō, un voyage dans sa province natale, de l'automne 1684 à l'été 1685, en compagnie de Chiri ; Kashima-kikō, voyage à Kashima, en 1687-1688, avec Sora et Sōha ; Oi no Kobumi, suite du précédent, par Yoshino, site fameux chanté par Saigyō ; Sarashina-kikō, en automne 1688, retour à Edo par la province de Shinano, avec Etsujin ; Oku no Hosomichi, du printemps à l'automne 1689, avec Sora, long périple qui les mène d'Edo à Ise, en passant par les provinces septentrionales. C'est, de l'aveu unanime, le chef-d'œuvre de Bashō.

Le style est sensiblement le même dans la centaine de haibun conservés et dans les deux nikki : le Genjuan-ki, composé l'été de 1690 à Ishiyama, et le Saga-nikki, journal d'un séjour à Saga, en l'été de 1691.

Deux exemples choisis dans l'Oku no Hosomichi (La Sente étroite du Bout-du-Monde) montreront mieux que tout exposé théorique ce qu'est le haibun, et comment le haiku, en conclusion d'une méditation ou d'une description en prose, cristallise une impression, une sensation ou une émotion.

Le premier, composé à Hiraizumi, sur les lieux où périt en 1189 Minamoto no Yoshitsune, le plus [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  BASHO (1644-1694)  » est également traité dans :

BUSON YOSA (1716-1783)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 245 mots

Dans le chapitre « Peintre et poète »  : […] Taniguchi Yosa prit de multiples noms de pinceau, dont le plus connu est Buson (« village au navet », allusion chinoise), qui apparaît dans un recueil des poèmes en 1744. Ces noms divers, transmis par ses poésies, par les signatures et les cachets de ses peintures, sont des points de repère fort utiles pour la datation de ses œuvres : citons Shime Chōso vers 1757, Chōko et Sunei vers 1776, et, ver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yosa-buson/#i_11952

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « trois grands » et le siècle d'Ōsaka (1650-1750) »  : […] Trois écrivains de première grandeur allaient illustrer, dans la seconde moitié du xvii e  siècle, chacun des trois genres que l'on vient de décrire : Saikaku le romancier, Chikamatsu le dramaturge et Bashō le poète. Ihara Saikaku (1642 env.-1693) était semble-t-il un riche marchand d'Ōsaka qui avait assidûment pratiqué le haikai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_11952

LA SENTE ÉTROITE DU BOUT-DU-MONDE, Bashō - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 860 mots

Matsuo Munefusa, dit Bashō (1644-1694), est considéré comme l'un des plus grands parmi les poètes japonais. Son œuvre excelle dans la maîtrise du haikai-renga , ou « poème libre en chaîne ». Il donne ses lettres de noblesse au haiku , poème en dix-sept syllabes, mais surpasse son art dans le genre particulier du haibun , à savoir un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-sente-etroite-du-bout-du-monde/#i_11952

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « BASHŌ (1644-1694) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/basho/