• Mes Favoris
  • BUSON YOSA (1716-1783)

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Buson, poète et peintre japonais, fut, avec Ike-no-Taiga, le créateur du Nanga, école des Lettrés. Éclectique comme la plupart de ses contemporains, Buson s'est illustré par des styles très divers, mais il semble que son emploi du pinceau s'apparente surtout à celui des maîtres de l'époque Muromachi, formés à l'école des peintres Song et Yuan.

    Peintre et poète

    Taniguchi Yosa prit de multiples noms de pinceau, dont le plus connu est Buson (« village au navet », allusion chinoise), qui apparaît dans un recueil des poèmes en 1744. Ces noms divers, transmis par ses poésies, par les signatures et les cachets de ses peintures, sont des points de repère fort utiles pour la datation de ses œuvres : citons Shime Chōso vers 1757, Chōko et Sunei vers 1776, et, vers la fin de sa vie, Yahan-tei.

    Né près d'Ōsaka, dans la province de Settsu, Buson quitta fort jeune son village natal pour se rendre à Edo, où il fut l'élève de Hayano Hajin, disciple de Bashō et renommé pour ses haiku (poèmes en 17 syllabes). En 1742, à la mort de son maître, il abandonna la capitale shōgunale pour mener une vie d'errance et de misère, parcourant les provinces du Nord sur les traces de Bashō. En 1751, il se rendit à Kyōto où, après un séjour de trois ans (1754-1757) dans la région de Yosa (province de Tango), il devait se fixer définitivement.


    1  2  3  4  5
    pour nos abonnés,
    l’article se compose de 3 pages


    Écrit par :

    • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

    Classification


    Autres références

    «  BUSON YOSA (1716-1783)  » est également traité dans :

    GOSHUN (1752-1811)

    • Écrit par 
    • Chantal KOZYREFF
    •  • 738 mots

    Dans le chapitre « Vie et évolution stylistique »  : […] Matsumura Gekkei né à Kyōto eut pour premier maître un peintre assez obscur qu'il quitta très vite pour entrer, à l'âge de vingt ans, dans l'atelier de Yosa Buson (1716-1783), poète et personnalité marquante de l'école Bunjin-ga. Sous la direction de Buson, il s'initia à l'art du haikai (poème de 17 syllabes) et appliqua fidèlement les préceptes picturaux de l'école. Il se révéla rapidement l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goshun/#i_11951

    JAPON (Arts et culture) - Les arts

    • Écrit par 
    • François BERTHIER, 
    • François CHASLIN, 
    • Nicolas FIÉVÉ, 
    • Anne GOSSOT, 
    • Chantal KOZYREFF, 
    • Hervé LE GOFF, 
    • Françoise LEVAILLANT, 
    • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
    • Shiori NAKAMA, 
    • Madeleine PAUL-DAVID
    • , Universalis
    •  • 56 364 mots
    •  • 34 médias

    Dans le chapitre « L'influence de l'étranger »  : […] Au cours du xviii e  siècle, d'autres tendances se font jour sous l'impulsion – étonnante dans un pays isolé – de l'étranger, en particulier de la Chine dont les navires, abordant à Nagasaki, permirent la diffusion d'œuvres continentales en même temps que celle de la perspective occidentale, favorisée par la présence des Hollandais. Cette connaissance des techniques étrangères est souvent superfic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_11951

    Voir aussi

    Pour citer l’article

    Madeleine PAUL-DAVID, « BUSON YOSA - (1716-1783) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yosa-buson/