BANLIEUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les banlieues à l'ère des métropoles

Si les banlieues des villes moyennes ou en forte croissance correspondent encore largement au tableau qui vient d'en être fait, le développement de vastes métropoles, notamment dans la seconde moitié du xxe siècle, ainsi que l'évolution des modes de vie, liée en partie au développement de l'automobile, modifient profondément l'équilibre et les rapports entre centre et périphérie, et remettent en cause la vision de la banlieue comme « excroissance » de la ville.

La première raison de ce changement est tout simplement quantitative. Si l'on prend les surfaces, les banlieues des grandes villes en occupent la quasi-totalité. Ainsi la banlieue de l'agglomération parisienne occupe-t-elle 96 p. 100 de la superficie de celle-ci ; elle rassemble 78 p. 100 de sa population (au début du xxe siècle, la population de la ville de Paris représentait encore plus de la moitié de celle de l'agglomération). Les proportions sont évidemment moins fortes dans les villes plus petites : la banlieue de Meaux (Seine-et-Marne) représente 75 p. 100 de la superficie de l'agglomération, mais seulement 27 p. 100 de sa population. En termes d'emplois, le centre défend mieux sa place, mais la « banlieue » francilienne en accueille presque 70 p. 100, y compris des pôles de fonctions élevées ou prestigieuses comme La Défense ou Roissy. La banlieue constitue désormais l'essentiel des métropoles.

Cette croissance très rapide en surface s'explique principalement par le comportement des citadins face aux progrès des transports : ils ont utilisé ces progrès non pour gagner du temps, mais pour aller plus loin et s'offrir des logements plus spacieux et moins chers. La croissance en surface a changé aussi la structure et les paysages des banlieues métropolitaines. Tout d'abord, elles ne sont plus continues ; le jeu des voies rapides a favorisé le développement d'extensions lointaines, isolées du reste de l'agglomération mais efficacement reliées à elle. Entre deux extensions discontinues, l'espace rural domine : ainsi l'espace de la « grande couronne » parisienne est-il rural à 84,5 p. 100 (dont 24 p. 100 de forêts). Jadis considéré comme résiduel et voué à disparaître, cet espace, quoique menacé et souvent grignoté, est de plus en plus protégé : l'Ile-de-France compte quatre parcs naturels régionaux couvrant 13 p. 100 de sa surface, le Kent, qui constitue la banlieue sud-est de Londres et en même temps le « jardin de l'Angleterre », est un véritable conservatoire des mesures de protection de la nature et des paysages.

Certes, la banlieue reste constituée de la juxtaposition d'espaces aux fonctions bien différenciées, et n'offre que rarement la mixité de fonctions ou la mixité sociale qui caractérisent les centres-villes. En revanche, la diversité s'est accrue, tant en termes de population, d'habitat que de fonctions et, dans tous ces domaines, l'éventail le plus large est présent, des quartiers résidentiels de standing aux cités H.L.M. et aux bidonvilles, des usines d'incinération aux technopoles « paysagées » avec le plus grand soin. Le niveau de services et d'équipements va de la quasi-absence dans des zones purement résidentielles à un niveau très honorable dans les centres anciens (Versailles par exemple) ou dans les « villes nouvelles » créées dans ces banlieues justement pour remédier à leur sous-équipement. Celui-ci touche d'ailleurs très inégalement les habitants, les ménages équipés de plusieurs voitures, de plus en plus nombreux, réussissant à mener le mode de vie qui leur convient au prix de longues heures passées en voiture, alors que les ménages les plus pauvres et les plus âgés se sentent de plus en plus « piégés » voire « assignés à résidence » dans des quartiers mal desservis par les transports en commun.

Face à ces changements, certains se demandent si ce n'est pas la « ville » elle-même qui est en train de se reconstituer en banlieue, sous une forme plus dispersée et à partir de modes de vie fondés sur la mobilité. Les Américains parlent de l'edge city, terme exprimant l'idée qu'une autre ville est en train de naître sur les marges, et notamment autour des pôles périphériques. En France, depuis l'étude lancée en 1997 par le plan Urbanisme et Construction du ministère de l'Équipement, on parle de « ville émergente », pour dire qu'un mode de vie nouveau est en train d'émerger en banlieue, organisé notamment autour de ses centres commerciaux.

Certes, les villes-centres gardent toute leur importance et attirent même à nouveau la population, dans de très grandes villes comme Londres, mais il est clair que les modes de vie divergent de plus en plus entre centres et périphéries. D'un côté, les habitants des zones centrales renoncent de plus en plus à la voiture au profit de la marche ou des transports en commun et, lorsqu'ils sont jeunes, privilégient un mode de vie où les sorties et la vie nocturne se développent aux dépens de la télévision. Dans les pays anglo-saxons, on parle de yuppies (young urban professionals : jeunes « cadres dynamiques » urbains) et de dinkies (double-income no kids : deux revenus, pas d'enfants). Au contraire, en banlieue, la dépendance automobile ne cesse de s'accroître, et la télévision accapare l'essentiel des loisirs, avec l'entretien de la maison et du jardin. Si la voiture, les hypermarchés et la télévision sont les symboles de la modernité, alors c'est dans les banlieues qu'il faut désormais chercher la modernité ; mais peut-être les centres sont-ils déjà postmodernes ?

Les pays en développement sont également touchés par cette remise en cause de la notion de « banlieue » dans son sens un peu dépréciatif. Des années 1960 aux années 1980, les « bidonvilles » ont monopolisé l'attention, et attiré des diagnostics qui en faisaient des extensions plus ou moins pathologiques de la ville, associant illégalité des procédures et de l'appropriation du sol, sous-équipement et économie « informelle ». Les travaux de nombreux géographes, et notamment de Philippe Haeringer, conduisent à revoir cette conception : les quartiers « spontanés » sont sans doute en train de devenir une forme stable et viable de la croissance urbaine dans ces pays. Leur statut, comme leur bâti et leur voirie, se « consolide » la plupart du temps au fil des années. Leur économie, quoique largement « informelle » par rapport aux économies occidentales hyper-administrées, réussit à répondre à une partie des besoins quotidiens des populations locales, tout en ne recevant que quelques « miettes » de l'économie générale liée à la mondialisation.

L'héritage urbain prestigieux de l'Europe, qui conduit assez spontanément à déprécier les banlieues, ne doit donc pas nous aveugler : les banlieues sont aujourd'hui le plus souvent les territoires de la normalité résidentielle, notamment dans les pays anglo-saxons et dans de nombreux pays du Sud, elles sont aussi les territoires de la modernité, notamment d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : président de la Société de géographie, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne
  • : professeur en sociologie, École normale supérieure
  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de la section prospective et planification du conseil économique et social de la Région Île-de-France

Classification

Autres références

«  BANLIEUE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 426 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’empirisme français »  : […] La question des cultures urbaines n’a intéressé que très tardivement les sociologues et anthropologues français. La réception des travaux de l’école de Chicago fut lente, fragmentée et d’emblée polémique. Les interprétations en termes de culture urbaine cherchant à analyser la spécificité des modes de vie et des formes de socialisation en ville ont ainsi fait l’objet d’une forte critique de la pa […] Lire la suite

ATLANTA

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Symbole de l’affirmation économique des villes du sud des États-Unis, Atlanta est passée en quarante ans du rang de ville moyenne à celui de métropole internationale. Alors que l’agglomération comptait 2 millions d’habitants en 1980, elle en compte 5,9 millions en 2017, dont 420 000 dans la commune d’Atlanta, et se place ainsi au neuvième rang des agglomérations américaines. La capitale de la Geo […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Défis

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • André DOUAUD, 
  • Francis GODARD, 
  • Gérard MAEDER, 
  • Jean-Jacques PAYAN
  •  • 11 549 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Automobile et transports en commun : un développement inégal »  : […] Parallèlement au succès de l'automobile, les transports en commun peinent à se développer. Ils présentent des avantages en matière de préservation de l'environnement mais connaissent de nombreux handicaps. Sur bien des lignes surchargées, ils présentent des situations d'inconfort notable. Ils favorisent très souvent la mobilité vers l'hypercentre alors que les résidences, mais également, dans une […] Lire la suite

BEAUDOUIN EUGÈNE (1898-1983)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 1 263 mots

Né à Paris, fils et neveu d'architecte, Eugène Beaudouin fit ses études à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Emmanuel Pontremoli, archéologue qui passait une grande partie de son temps sur des chantiers de restauration. Premier grand prix de Rome en 1928, Beaudouin fait, à partir de la Villa Médicis, de longs déplacements de recherche dont il présentera les résul […] Lire la suite

BOBIGNY

  • Écrit par 
  • Boris LEBEAU
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

Avec 48 892 habitants (en 2012), Bobigny est une commune de taille moyenne de la banlieue nord-est de Paris. Pourtant, son statut de préfecture de la Seine-Saint-Denis lui confère une place particulière dans le système territorial métropolitain. Bien que les fouilles archéologiques menées depuis 2002 dans l'enceinte de l'hôpital Avicenne révèlent les traces d'une présence gauloise au iii e  siècle […] Lire la suite

CASTRO ROLAND (1940- )

  • Écrit par 
  • Elsa COSSON
  •  • 1 033 mots

L' architecte et urbaniste, Roland Castro, naît à Limoges, le 16 octobre 1940, de parents juifs originaires de Salonique. La famille s'établit à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1960, Roland Castro a vingt ans quand il visite La Havane. Il est marqué par un pays où, contrairement à l'U.R.S.S., le communisme semble se parer de couleurs festives. Il milite alors au sein de l'Unio […] Lire la suite

CERGY-PONTOISE

  • Écrit par 
  • Jean STEINBERG
  •  • 1 134 mots
  •  • 1 média

Cergy-Pontoise, chef-lieu du département du Val-d'Oise, avait une population de 203 000 habitants dans l’agglomération en 2012 (les deux villes centres qui lui donnent son nom en réunissaient 93 000) ; elle n'en comptait que 42 000 en 1968. La ville nouvelle, dont la création fut décidée en 1966, est implantée dans un site remarquable constitué de plateaux bordant la vallée de l'Oise peu avant so […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Gouverner autrement ? »  : […] Le nouveau gouvernement bénéficie en début de mandat d'une conjoncture économique favorable, la croissance reprend et le chômage amorce un lent déclin. Mais la situation va à nouveau commencer à se dégrader à partir de 1990. Le gouvernement aura donc de plus en plus de difficultés pour mettre en œuvre des réformes et sera taxé d'immobilisme. Michel Rocard revendique une méthode de gouvernement : f […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La fin du quinquennat de Jacques Chirac et les élections de 2007 »  : […] Deux jours après cet échec, Jacques Chirac nomme un nouveau gouvernement, conduit par un de ses très proches, Dominique de Villepin, pour relancer la politique des réformes. Celui-ci se donne « 100 jours pour rendre confiance aux Français ». Il propose un « plan d'urgence pour l'emploi », le chômage étant alors autour de 10 p. 100 de la population active. Il veut rendre le travail plus flexible […] Lire la suite

CITÉ-JARDIN

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 1 108 mots

Dans son acception originelle, qu'un usage abusif a souvent tronquée, cité-jardin est la traduction française de l'expression anglaise garden-city créée par le socialiste anglais Ebenezer Howard. Dans son livre Tomorrow : a Peaceful Path to Real Reform (1898), devenu dans l'édition de 1902 Garden-Cities of Tomorrow ( Les Cités-jardins de demain , Paris, 1969 avec une préface de F. J. Osborn ; e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 août 2021 Ukraine – Biélorussie. Mort d'un opposant biélorusse à Kiev.

banlieue de Kiev. Il était également impliqué dans l’organisation de marches de protestation, dans la capitale ukrainienne, contre le régime du président biélorusse Alexandre Loukachenko. Les enquêteurs étudient l’hypothèse d’un assassinat déguisé en suicide. L’opposante biélorusse et ex-candidate à l’élection présidentielle Svetlana Tikhanovskaïa, […] Lire la suite

21-26 avril 2021 France. Lettre ouverte de militaires contre le « délitement » de la patrie.

banlieue ». Ils déclarent que la dégradation de la situation pourrait provoquer « l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles ». Le texte rédigé par le capitaine de gendarmerie à la retraite Jean-Pierre Fabre-Bernadac est notamment signé par le général Christian Piquemal, radié […] Lire la suite

9 avril 2021 Grèce. Assassinat du journaliste Giorgos Karaïvaz.

banlieue d’Athènes. Il enquêtait sur plusieurs dossiers sensibles touchant au fonctionnement de l’État. Les précédents assassinats de journalistes en Europe étaient ceux du Slovaque Ján Kuciak, en février 2018, et de la Maltaise Daphne Caruana Galizia, en octobre 2017. […] Lire la suite

5 octobre 2020 Allemagne – Syrie. Dépôt de plainte pour crimes de guerre contre le régime de Damas.

banlieue de Damas, en août 2013, et contre la ville de Khan Cheikhoun, située entre Damas et Alep, en avril 2017, qui avaient fait des centaines de morts. En septembre 2013, le Conseil de sécurité de l’ONU a imposé à Damas de détruire son arsenal chimique, ce qui a donné lieu à une vaste opération de désarmement.  […] Lire la suite

4-30 septembre 2020 Belgique. Conclusion d'un accord de gouvernement par la coalition Vivaldi.

banlieue de Bruxelles, pour protester contre la mise en place d’une majorité « antidémocratique et antiflamande ». Le 30, les partis de la coalition Vivaldi parviennent à un accord de gouvernement et s’entendent sur la nomination d’Alexander De Croo au poste de Premier ministre. L’accord de gouvernement comprend notamment une vaste réforme institutionnelle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BASTIÉ, Stéphane BEAUD, Jean ROBERT, « BANLIEUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/banlieue/