BANLIEUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects sociaux et politiques

La représentation négative des banlieues, qui a en France une histoire propre, s'est particulièrement durcie et cristallisée au cours de la longue crise sociale du dernier quart du xxe siècle durant laquelle l'image de la « banlieue » s'est réduite quasi exclusivement à celle des « cités », « quartiers de relégation », « quartiers défavorisés » ou « quartiers sensibles ». Annie Fourcaut, historienne reconnue de la banlieue parisienne, évoquait ainsi la banlieue : « À l'inverse du cas nord-américain où l'idéal banlieusard, utopie non collectiviste basée sur la primauté de la propriété privée et de la famille individuelle constituée depuis la fin du xixe siècle, règne sur l'esprit des classes moyennes, la banlieue reste [en France] trop souvent synonyme d'espace de résidence et de travail populaires, voire d'exclusion. Qu'aient toujours existé des banlieues aisées et diverses, que la résidence en périphérie soit le plus souvent une conquête ou un choix ne modifient qu'à la marge les représentations dominantes. » Nul doute que ce constat n'ait pris encore plus de force après les trois semaines d'« émeutes urbaines » de novembre 2005 qui ont fait connaître au monde entier la situation, socialement explosive, des banlieues françaises. Aujourd'hui, sa caractéristique principale est de cumuler une série de handicaps économiques (faible niveau des revenus, fort taux de chômage, proportion élevée de RMIstes) et sociaux (échec scolaire, poids des familles monoparentales, délinquance juvénile). Une autre de ses caractéristiques, non moins importante, est qu'elle apparaît de plus en plus, à travers les jeunes qui y habitent, comme une menace sociale et comme un lieu qui fait peur. Cette représentation négative, dorénavant très puissante dans l'imaginaire social, d'autant plus qu'elle est sans cesse entretenue par les reportages des grands médias audiovisuels, fait de plus en plus obstacle à l'analyse, exerçant ainsi un effet d'écrasement sur la perception de la réalité sociale. Les travaux en sciences sociales ont pour première vertu d'aller au-delà des préjugés les plus tenaces dès qu'il s'agit de « la banlieue », en rappelant notamment qu'elle ne constitue pas un milieu social homogène et que ses problèmes ne sont pas totalement spécifiques par rapport au reste de la société.

Les logiques de peuplement des grands ensembles

Il faut se garder du piège de l'anachronisme si l'on veut retracer brièvement l'histoire des « grands ensembles », construits à marche forcée dans les années 1950-1960, et ne pas prêter après-coup, à cette politique de logement, une volonté à tout prix de ségrégation. Le problème des « mal logés » et de l'insalubrité des logements était devenu si grave en France dans les années 1950 (le fameux appel de l'abbé Pierre date de 1954) qu'il a fallu construire au plus vite, d'où cette architecture, parfois innovante, caractéristique des Z.U.P. françaises, faites le plus souvent de tours et de barres, édifiées en hâte le long du « chemin de grue ». La variété des filières institutionnelles du logement social (« 1 p. 100 patronal », offices publics H.L.M., bailleurs sociaux du secteur privé) a permis, lors de la première phase de construction (entre 1955 et 1975), un peuplement diversifié des grands ensembles. Il comprenait à la fois des classes moyennes salariées (cadres moyens, employés, enseignants, la petite fonction publique) et des larges fractions du groupe ouvrier (notamment des ouvriers qualifiés), tout en excluant majoritairement les immigrés, alors relégués dans le logement précaire (meublés, garnis, bidonvilles, foyers). Cette première période, qui apparaît souvent dans les souvenirs des habitants comme un âge d'or (celui de la bonne entente entre habitants, de l'entraide, d'une vie sociale intense, etc.), n'était toutefois pas dénuée de conflits entre habitants, notamment entre générations.

Une enquête qui a fait date sur les grands ensembles de la région parisienne, réalisée par Chamboredon et Lemaire en 1970, analyse les conflits récurrents qui opposent en ces lieux deux sous-groupes résidentiels : d'un côté, les adultes des classes moyennes et, de l'autre, les adolescents des classes populaires. Ces conflits se cristallisent autour des modes de sociabilité [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : président de la Société de géographie, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne
  • : professeur en sociologie, École normale supérieure
  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de la section prospective et planification du conseil économique et social de la Région Île-de-France

Classification

Autres références

«  BANLIEUE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 426 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’empirisme français »  : […] La question des cultures urbaines n’a intéressé que très tardivement les sociologues et anthropologues français. La réception des travaux de l’école de Chicago fut lente, fragmentée et d’emblée polémique. Les interprétations en termes de culture urbaine cherchant à analyser la spécificité des modes de vie et des formes de socialisation en ville ont ainsi fait l’objet d’une forte critique de la pa […] Lire la suite

ATLANTA

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Symbole de l’affirmation économique des villes du sud des États-Unis, Atlanta est passée en quarante ans du rang de ville moyenne à celui de métropole internationale. Alors que l’agglomération comptait 2 millions d’habitants en 1980, elle en compte 5,9 millions en 2017, dont 420 000 dans la commune d’Atlanta, et se place ainsi au neuvième rang des agglomérations américaines. La capitale de la Geo […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Défis

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • André DOUAUD, 
  • Francis GODARD, 
  • Gérard MAEDER, 
  • Jean-Jacques PAYAN
  •  • 11 549 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Automobile et transports en commun : un développement inégal »  : […] Parallèlement au succès de l'automobile, les transports en commun peinent à se développer. Ils présentent des avantages en matière de préservation de l'environnement mais connaissent de nombreux handicaps. Sur bien des lignes surchargées, ils présentent des situations d'inconfort notable. Ils favorisent très souvent la mobilité vers l'hypercentre alors que les résidences, mais également, dans une […] Lire la suite

BEAUDOUIN EUGÈNE (1898-1983)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 1 263 mots

Né à Paris, fils et neveu d'architecte, Eugène Beaudouin fit ses études à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Emmanuel Pontremoli, archéologue qui passait une grande partie de son temps sur des chantiers de restauration. Premier grand prix de Rome en 1928, Beaudouin fait, à partir de la Villa Médicis, de longs déplacements de recherche dont il présentera les résul […] Lire la suite

BOBIGNY

  • Écrit par 
  • Boris LEBEAU
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

Avec 48 892 habitants (en 2012), Bobigny est une commune de taille moyenne de la banlieue nord-est de Paris. Pourtant, son statut de préfecture de la Seine-Saint-Denis lui confère une place particulière dans le système territorial métropolitain. Bien que les fouilles archéologiques menées depuis 2002 dans l'enceinte de l'hôpital Avicenne révèlent les traces d'une présence gauloise au iii e  siècle […] Lire la suite

CASTRO ROLAND (1940- )

  • Écrit par 
  • Elsa COSSON
  •  • 1 033 mots

L' architecte et urbaniste, Roland Castro, naît à Limoges, le 16 octobre 1940, de parents juifs originaires de Salonique. La famille s'établit à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1960, Roland Castro a vingt ans quand il visite La Havane. Il est marqué par un pays où, contrairement à l'U.R.S.S., le communisme semble se parer de couleurs festives. Il milite alors au sein de l'Unio […] Lire la suite

CERGY-PONTOISE

  • Écrit par 
  • Jean STEINBERG
  •  • 1 134 mots
  •  • 1 média

Cergy-Pontoise, chef-lieu du département du Val-d'Oise, avait une population de 203 000 habitants dans l’agglomération en 2012 (les deux villes centres qui lui donnent son nom en réunissaient 93 000) ; elle n'en comptait que 42 000 en 1968. La ville nouvelle, dont la création fut décidée en 1966, est implantée dans un site remarquable constitué de plateaux bordant la vallée de l'Oise peu avant so […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Gouverner autrement ? »  : […] Le nouveau gouvernement bénéficie en début de mandat d'une conjoncture économique favorable, la croissance reprend et le chômage amorce un lent déclin. Mais la situation va à nouveau commencer à se dégrader à partir de 1990. Le gouvernement aura donc de plus en plus de difficultés pour mettre en œuvre des réformes et sera taxé d'immobilisme. Michel Rocard revendique une méthode de gouvernement : f […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La fin du quinquennat de Jacques Chirac et les élections de 2007 »  : […] Deux jours après cet échec, Jacques Chirac nomme un nouveau gouvernement, conduit par un de ses très proches, Dominique de Villepin, pour relancer la politique des réformes. Celui-ci se donne « 100 jours pour rendre confiance aux Français ». Il propose un « plan d'urgence pour l'emploi », le chômage étant alors autour de 10 p. 100 de la population active. Il veut rendre le travail plus flexible […] Lire la suite

CITÉ-JARDIN

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 1 108 mots

Dans son acception originelle, qu'un usage abusif a souvent tronquée, cité-jardin est la traduction française de l'expression anglaise garden-city créée par le socialiste anglais Ebenezer Howard. Dans son livre Tomorrow : a Peaceful Path to Real Reform (1898), devenu dans l'édition de 1902 Garden-Cities of Tomorrow ( Les Cités-jardins de demain , Paris, 1969 avec une préface de F. J. Osborn ; e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 28, l’armée ukrainienne reprend le contrôle de la ville d’Irpin, dans la banlieue nord-ouest de Kiev. Le 29, les représentants ukrainiens aux négociations avec la Russie qui se tiennent à Istanbul se disent prêts à accepter un statut de neutralité pour leur pays en échange de garanties de sécurité et de perspectives d’entrée dans l’UE. Moscou confirme pour sa part la réduction de ses activités militaires dans le nord de l’Ukraine et en direction de Kiev, Le 29 également, la Belgique annonce l’expulsion de vingt et un diplomates russes soupçonnés d’espionnage, l’Irlande de quatre et les Pays-Bas de dix-sept. […] Lire la suite

10-30 mars 2022 Israël. Regain des attentats.

Le 30, un Palestinien ouvre le feu à Bnei Brak, dans la banlieue de Tel-Aviv, tuant cinq personnes avant d’être abattu.  […] Lire la suite

4-25 novembre 2021 Soudan. Réinstallation du Premier ministre Abdallah Hamdok.

Le 17, la répression d’une manifestation d’opposants au putsch fait quinze morts à Khartoum et dans sa banlieue. Il s’agit de la journée la plus meurtrière depuis la prise du pouvoir par les militaires. Le 21, la junte signe un accord avec l’ancien Premier ministre Abdallah Hamdok, renversé en octobre et depuis lors assigné à résidence, qui accepte de reprendre son poste à la tête du gouvernement. […] Lire la suite

3 août 2021 Ukraine – Biélorussie. Mort d'un opposant biélorusse à Kiev.

L’opposant biélorusse exilé en Ukraine Vitali Chichov, cofondateur de l’ONG La Maison des Biélorusses en Ukraine qui vient en aide aux Biélorusses fuyant leur pays, est retrouvé pendu dans un parc proche de son domicile, dans la banlieue de Kiev. Il était également impliqué dans l’organisation de marches de protestation, dans la capitale ukrainienne, contre le régime du président biélorusse Alexandre Loukachenko. […] Lire la suite

21-26 avril 2021 France. Lettre ouverte de militaires contre le « délitement » de la patrie.

Ceux-ci dénoncent le « délitement qui frappe notre patrie », caractérisé par « un certain antiracisme », ainsi que par « l’islamisme et les hordes de banlieue ». Ils déclarent que la dégradation de la situation pourrait provoquer « l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BASTIÉ, Stéphane BEAUD, Jean ROBERT, « BANLIEUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/banlieue/