BĀBER ou BĀBUR (1483-1530)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Descendant par sa mère de Gengis-Khan (Chingiz Khān) et par son père de Tamerlan (Timūr-Lang), Zahīr ud-dīn Bāber est le fondateur de la dynastie moghole en Inde. À la mort de son père en 1494, il hérite du petit royaume de Ferghāna, province située entre la Perse et le Turkestan. Attiré par la renommée de Samarkand, il tente par deux fois de conquérir la ville mais n'y parvient pas. En 1498, il est même chassé de son propre royaume et, pendant plusieurs années, il vit comme un fugitif, suivi de quelques centaines de partisans à la recherche d'un territoire. En 1504 il s'empare de Kāboul et s'y installe.

Bāber, considérant l'Inde septentrionale comme un héritage timouride et comprenant que la route de la Perse lui est interdite, tourne ses regards vers le sultanat de Delhi. Les trois premières expéditions en Inde (1505, 1507, 1519) ne sont que de brèves incursions destinées à sonder la capacité de résistance de l'adversaire. En 1524, à la demande de Daulat Khān, gouverneur de Lahore, Bāber se met en route pour sa quatrième invasion et sans rencontrer d'opposition sérieuse il traverse le Panjāb et après avoir laissé un petit détachement armé à Lahore revient à Kāboul.

À partir de ce moment la conquête de l'Inde septentrionale se déroule en trois étapes. C'est pendant l'hiver de 1525 que Bāber tente un coup décisif. Après avoir réuni une troupe de douze mille hommes, il passe la frontière, remonte l'Indus jusqu'à Sialkot où son fils Humāyūn, âgé de dix-huit ans, le rejoint, met Daulat Khān en déroute et parvient en avril 1526 dans la plaine de Pānipat pour affronter les seigneurs afghans de la cour d'Ibrāhīm Lodi. Devant un ennemi bien supérieur en nombre, Bāber remporte le 21 avril 1526 une victoire éclatante grâce à son sens tactique et à un armement moderne pour l'époque. Bāber s'empare de Delhi et envoie son fils Humāyūn à Āgra, achevant ainsi la première phase de sa conquête.

Mais Bāber doit faire face à la puissance rājput, car Rānā Sāngā, roi de Chittor, comptant bien profiter du démantèlement du sultanat de Delhi et rêvant de rendre aux Hindous leur bien, essaie à son tour d'établir sa souveraineté sur l'Inde septentrionale. Le combat a lieu le 16 mars 1527 à Khānua, petit village proche d'Āgra. La première attaque de Bāber est repoussée par les Rajput. Le fondateur de l'Empire moghol décide alors de renoncer pour toujours au vin ; il harangue ses soldats, qu'il dispose de la même façon qu'à Pānipat. Et c'est une nouvelle victoire pour Bāber. La confédération rajput est totalement anéantie à la fin de janvier 1528 et Bāber conclut la deuxième phase de sa conquête.

La dernière résistance que Bāber aura à briser est celle de certains chefs afghans qui s'étaient ralliés à la cause du sultan Mahmūd Lodi et qui, après avoir occupé la province du Bihār, proche du Bengale, espéraient reconquérir le pouvoir à Delhi. Le 6 mai 1529 Bāber décide d'en finir avec cette opposition ; il attaque les Afghans au confluent du Gange et de la Gogra, il les met en déroute, établit sa suzeraineté sur le Bihār et signe un traité de paix avec Nusrat Shāh, roi du Bengale, afin d'éviter toute possibilité de troubles sur sa frontière orientale. La troisième phase du projet de Bāber était accomplie.

L'année suivante Humāyūn tombe gravement malade ; Bāber le fait transporter à Āgra. Voyant que tous les remèdes sont impuissants, il demande à Dieu de lui prendre sa propre vie pour que son fils soit sauvé. Tandis que Humāyūn recouvre la santé, Bāber s'affaiblit de plus en plus. Telle est, du moins, la légende que l'on rapporte au sujet de la mort de Bāber, qui survient dans les tout derniers jours de décembre 1530 à Āgra.

Toujours en déplacement, occupé à de nouvelles conquêtes, Bāber ne put se consacrer aux tâches administratives comme il l'aurait voulu. Ses Mémoires (Tuzuk-e-Bābari), rédigés en turc oriental, témoignent d'un grand pouvoir d'observation et d'un réel amour de la nature.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BABER ou BABUR (1483-1530)  » est également traité dans :

EMPIRE MOGHOL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 307 mots

1526 Le prince moghol Babur (Bāber) écrase l'armée du sultan de Delhi à la bataille de Panipat, point de départ de la domination moghole en Inde. 1530 À la mort de Babur, son fils Humayun lui succède. Battu par l'Afghan Sher Shah à Kanauj en 1540, il doit fuir en Iran mais reprend le pouvoir en 1555. Il meurt l'année suivante et laisse le pouvoir à son fils Akbar. 1569 Akbar inaugure la ville d […] Lire la suite

EMPIRE MOGHOL, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 213 mots
  •  • 2 médias

En 1517, la mort du sultan de Delhi bouleverse les rapports de force au sein de la noblesse de la région et fragilise la dynastie des Lodi. Le prince moghol Babur (Bāber), descendant de Tamerlan et déjà maître de l'Afghanistan, profite de ce contexte favorable pour vaincre les Lodi, en avril 1526, à la bataille de Panipat, inaugurant ainsi la domination moghole sur l'Inde. Après des années troublé […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'âge mogol »  : […] Dans l'Inde du Nord, traumatisé par le passage de Tamerlan, le sultanat de Delhi végète cinquante ans avant de connaître un regain passager d'importance, sous la dynastie afghane des Lodī (1451-1526), puis moindre sous celle des Surīs (1540-1555). La mort de Sikandar Lodī (1489-1517) ramène les dissensions habituelles au sein de la noblesse. Un descendant de Tamerlan, Bābur (1483-1530) , stratège, […] Lire la suite

MOGHOLS

  • Écrit par 
  • Andrée BUSSON, 
  • André GUIMBRETIÈRE, 
  • Mark ZEBROWSKI
  •  • 7 129 mots
  •  • 17 médias

En dépit du terme « moghol », dérivé de « mongol », qu'on lui applique, la dynastie qui règne en Inde de 1526 à 1858 , avec des fortunes diverses, n'est pas considérée par les historiens comme étant d'origine mongole. Bien que prétendant descendre lointainement, et par sa mère, de Chingiz khān (Gengis khān), Bāber, le fondateur en Inde de la dynastie moghole, était un Turc Chaghātai, qui, par son […] Lire la suite

SULTANAT DE DELHI - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 272 mots

1163 Les Ghaznévides, dynastie turque régnant sur l’Afghanistan, se réfugient au Pendjab où ils prennent Lahore pour capitale. 1186 Prise de Lahore par les Ghurides de Mu‘izz al-Dīn Muhammad ibn Sām. 1206 Mort de Mu‘izz al-Dīn. Qutb al-Dīn Aybak, un lieutenant turc des Ghurides, prend le pouvoir à Lahore. Début du sultanat de Delhi. 1210 Avant sa mort, Qutb al-Dīn installe sa capitale à Delhi. […] Lire la suite

ANKARA BATAILLE D' (20 juill.1402)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 205 mots

La victoire de Tamerlan à Ankara (Anatolie) en 1402 sur les Ottomans, dont le sultan Bayézid I er est capturé lors du combat, constitue pour ces derniers un coup d'arrêt temporaire dans leur expansion, offrant par là même un répit d'un demi-siècle aux restes de l'Empire byzantin. Mais, surtout, cette bataille marque l'apogée de la puissance de Tamerlan (1336-1405). Roi musulman de Transoxiane dep […] Lire la suite

MONUMENTS FUNÉRAIRES MOGHOLS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 684 mots

1235 Le mausolée d'Iltutmish, placé derrière le mur qibla de la mosquée Quwwat al-islam, à Delhi, est le plus ancien mausolée musulman en Inde ; en grès rouge de tradition indienne, cet édifice à coupole sur plan carré, avec des trompes d'angle, suit le schéma établi depuis le x e  siècle dans l'architecture commémorative islamique. 1325 Le mausolée de Ghiath al-Din̄ Tūghlūq, près de Delhi, res […] Lire la suite

TURCO-MONGOLES LANGUES ET LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Louis HAMBIS
  •  • 10 304 mots

Dans le chapitre « Origines et évolutions du djaghataï »  : […] Tandis que la littérature ouïgoure connaissait ces développements, le secteur occidental fut islamisé de bonne heure à la suite de la conversion du souverain turc de Kachgar, Satouq Boughra-qan, qui mourut vers 955. Au cours du x e siècle, ses descendants se partagèrent les oasis de la région de Kachgar et de Khotan ainsi que les plaines du Tchou et du Talas, puis conquirent la Transoxiane (999). […] Lire la suite

Pour citer l’article

André GUIMBRETIÈRE, « BĀBER ou BĀBUR (1483-1530) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baber-babur/