BRUNDAGE AVERY (1887-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Américain Avery Brundage fut président du Comité international olympique (C.I.O.) de 1952 à 1972. À ce poste, il fit preuve d'une autorité et d'une intransigeance absolues, ce qui fit de lui un personnage controversé. Contre vents et marées, il voulut maintenir dans toute sa pureté l'idéal olympique tel que l'avait défini au xixe siècle le baron Pierre de Coubertin. Il resta ainsi sourd aux soubresauts et aux mutations du xxe siècle : il fut un farouche adversaire du gigantisme des Jeux, de leur commercialisation et de leur politisation. Pourtant, pendant son mandat à la tête du C.I.O., Brundage aura vu, à son grand regret, les Jeux devenir une vaste entreprise commerciale, conséquence notamment de la médiatisation accrue provoquée par leur retransmission télévisée.

Avery Brundage voit le jour le 28 septembre 1887 à Detroit, dans une famille modeste. Athlète complet, il participe aux jeux Olympiques de Stockholm en 1912, où il dispute le pentathlon et le décathlon, terminant, respectivement, seizième et sixième de ces deux épreuves. Il est ensuite sacré champion des États-Unis de all-around (sorte de décathlon qui se déroule sur une seule journée) à trois reprises, en 1914, 1916 et 1918. Parallèlement, cet ingénieur diplômé de l'université de l'Illinois fonde sa propre société de construction de gratte-ciel à Chicago, qui le rendra multimillionnaire.

Son intérêt pour le sport amateur ne s'estompera cependant jamais. Brundage assure pendant sept ans (1928-1933, 1935) la présidence de l'Amateur Athletic Union. Élu à la tête du Comité olympique américain en 1929, il présidera cet organisme jusqu'en 1953. Cette entrée dans le mouvement olympique lui ouvre les portes du C.I.O., dont il devient membre en 1936. Vice-président du C.I.O. de 1945 à 1952, il accède à sa présidence en 1952.

Fermement convaincu de la nécessité de préserver dans toute sa pureté l'amateurisme de la compétition olympique, Brundage menace de sanctions les sportifs qui commettent des infractions, même mineures, aux règles strict [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  BRUNDAGE AVERY (1887-1975)  » est également traité dans :

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 864 mots
  •  • 2 médias

américains du C.I.O., que les Juifs ne seront pas exclus des Jeux, et le général se dit satisfait... Néanmoins, Avery Brundage, président du Comité olympique américain, se rend à Berlin à l'été de 1934 pour examiner la situation et en rendre compte ; à son retour, sa position est non ambiguë : « Il faut participer aux Jeux. » Mais le commodore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-contexte-organisation-bilan/#i_16446

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 128 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Complicités et naïvetés »  : […] Le rôle d'Avery Brundage, président du Comité olympique américain, est notoirement plus important. Aux États-Unis, la question juive est sensible et les appels au boycottage des Jeux de Berlin se multiplient. Avery Brundage se rend en Europe à l'été de 1934 pour s'entretenir avec quelques amis, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-les-nazis-et-l-olympisme/#i_16446

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] du public éteignent toute velléité de guerre froide sportive. « Les jeux Olympiques ont prouvé une fois encore qu'ils étaient un instrument de paix et de bonheur pour le monde. Qu'il en soit toujours ainsi... », déclare J. Sigfrid Edström. Il passe la main avec la sensation justifiée du devoir accompli. L'Américain Avery Brundage lui succède […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-international-olympique/#i_16446

JEUX OLYMPIQUES - La notion d'amateurisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 100 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rigidité originelle du C.I.O.  »  : […] États-Unis qui s'est présentée aux Jeux de Saint-Moritz en 1948. Plus tard, le skieur autrichien Karl Schranz est exclu des Jeux de Sapporo en 1972 pour professionnalisme, à la demande d'Avery Brundage, président du C.I.O. En 1976, le Français Guy Drut, honnête, déclare qu'il touche de l'argent pour courir : il est radié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-notion-d-amateurisme/#i_16446

MEXICO (JEUX OLYMPIQUES DE) [1968] - Le Black Power

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 317 mots
  •  • 1 média

Le soir, la cérémonie protocolaire est l'occasion d'une première surprise : Avery Brundage, le président du C.I.O., qui devait remettre les médailles, ne se présente pas. En effet, les Noirs américains considèrent Brundage comme le porte-parole des racistes ; pour prévenir tout incident (Smith et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mexico-jeux-olympiques-de-1968-le-black-power/#i_16446

OLYMPISME ET POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 519 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les mascarades de 1936 »  : […] participer aux Jeux de Berlin ? Comment ne pas évoquer l'attitude d'Avery Brundage, alors président du Comité olympique américain, quitte à dépoussiérer le « mythe Owens » ? Brundage, alors qu'un mouvement de boycottage semblait prendre forme aux États-Unis, se rendit en Allemagne à l'été de 1934 et, à son retour, décréta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olympisme-et-politique/#i_16446

SMITH TOMMIE (1944-    )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 249 mots

for Human Rights » est largement distribué dans le village olympique, l'inflexible Avery Brundage, président despotique du Comité international olympique (C.I.O.), menace d'exclure quiconque provoquerait des troubles. Mais toutes les ambitions de Tommie Smith auraient pu se voir réduites à néant en un instant : ce fameux 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tommie-smith/#i_16446

Pour citer l’article

« BRUNDAGE AVERY - (1887-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/avery-brundage/