BRUNDAGE AVERY (1887-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Américain Avery Brundage fut président du Comité international olympique (C.I.O.) de 1952 à 1972. À ce poste, il fit preuve d'une autorité et d'une intransigeance absolues, ce qui fit de lui un personnage controversé. Contre vents et marées, il voulut maintenir dans toute sa pureté l'idéal olympique tel que l'avait défini au xixe siècle le baron Pierre de Coubertin. Il resta ainsi sourd aux soubresauts et aux mutations du xxe siècle : il fut un farouche adversaire du gigantisme des Jeux, de leur commercialisation et de leur politisation. Pourtant, pendant son mandat à la tête du C.I.O., Brundage aura vu, à son grand regret, les Jeux devenir une vaste entreprise commerciale, conséquence notamment de la médiatisation accrue provoquée par leur retransmission télévisée.

Avery Brundage voit le jour le 28 septembre 1887 à Detroit, dans une famille modeste. Athlète complet, il participe aux jeux Olympiques de Stockholm en 1912, où il dispute le pentathlon et le décathlon, terminant, respectivement, seizième et sixième de ces deux épreuves. Il est ensuite sacré champion des États-Unis de all-around (sorte de décathlon qui se déroule sur une seule journée) à trois reprises, en 1914, 1916 et 1918. Parallèlement, cet ingénieur diplômé de l'université de l'Illinois fonde sa propre société de construction de gratte-ciel à Chicago, qui le rendra multimillionnaire.

Son intérêt pour le sport amateur ne s'estompera cependant jamais. Brundage assure pendant sept ans (1928-1933, 1935) la présidence de l'Amateur Athletic Union. Élu à la tête du Comité olympique américain en 1929, il présidera cet organisme jusqu'en 1953. Cette entrée dans le mouvement olympique lui ouvre les portes du C.I.O., dont il devient membre en 1936. Vice-président du C.I.O. de 1945 à 1952, il accède à sa présidence en 1952.

Fermement convaincu de la nécessité de préserver dans toute sa pureté l'amateurisme de la compétition olympique, Brundage menace de sanctions les sportifs qui commettent des infractions, même mineures, aux règles strictes qu'il instaure, interdisant à certains d'entre eux de participer aux Jeux pour « professionnalisme ». Ainsi, en 1972, il obtient, pour ce motif, que le skieur autrichien Karl Schranz soit exclu des Jeux d'hiver de Sapporo.

Par ailleurs, sa position concernant les événements politiques majeurs, qu'il choisit de dissocier totalement de la compétition olympique, l'amène à prendre plusieurs décisions qui font parfois scandale. Déjà, en 1935, il s'était opposé à l'idée de boycottage par les États-Unis des Jeux de 1936 organisés à Berlin par le régime nazi. Celle-ci avait été initiée, notamment, par le représentant américain au C.I.O., Ernest Lee Jahncke. Ce dernier sera exclu du C.I.O. en 1936 et... remplacé par Brundage. Bien plus tard, en 1968, Brundage refuse de condamner la répression sanglante par les militaires mexicains des manifestations étudiantes sur la place des Trois-Cultures, avant l'ouverture des Jeux de Mexico. Puis, durant ces Jeux, il critique avec véhémence l'attitude des athlètes noirs américains, qui protestent sur les podiums contre la discrimination raciale qui sévit dans leur pays. En 1972, il se déclare favorable à ce que la Rhodésie, malgré sa politique d'apartheid, soit autorisée à participer aux Jeux de Munich – il est néanmoins désavoué par l'assemblée générale du C.I.O. Lorsque, pendant ces XVIIes Jeux d'été, onze sportifs israéliens sont assassinés par des terroristes palestiniens, il insiste, malgré de lourdes critiques, pour que les épreuves continuent : « The Games Must Go on », déclare-t-il dans un discours au Stade olympique. Il prend cette grave décision alors que son successeur, lord Killanin, a déjà été élu.

Avery Brundage

Photographie : Avery Brundage

Avery Brundage, président du Comité international olympique, lors de la cérémonie funèbre donnée le 6 septembre 1972 au stade olympique de Munich à la mémoire des onze Israéliens assassinés la veille par des terroristes palestiniens. Il termine son discours par ces terribles mots :... 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Avery Brundage s'éteint le 8 mai 1975 à Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  BRUNDAGE AVERY (1887-1975)  » est également traité dans :

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 864 mots
  •  • 2 médias

Du 25 au 30 mai 1930, le C.I.O. tient à Berlin le neuvième congrès de son histoire ; celui-ci est consacré aux règlements olympiques, les débats portant sur la sacro-sainte question de l'amateurisme, notamment en ce qui concerne les footballeurs. L'assemblée en profite pour enregistrer les candidatures de plusieurs cités qui souhaitent organiser les Jeux de 1936 : treize villes – Alexandrie, Barc […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 128 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Complicités et naïvetés »  : […] Les nazis ont annexé les Jeux de 1936 pour glorifier leur régime et sont parfaitement parvenus à leurs fins . Leur stratégie, fondée sur la duperie, s'avéra certes très au point, mais le triomphe nazi ne fut possible que grâce à la naïveté – voire à la complicité – des instances sportives internationales et du C.I.O., mais aussi des politiciens. Quand les nazis entament leurs grandes manœuvres en […] Lire la suite

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] Le C.I.O. naît donc le 23 juin 1894 à la Sorbonne à Paris. Il compte alors treize membres : Pierre de Coubertin et Ernest Callot (France), Dimitrios Vikelas (Grèce), lord Ampthill et Charles Herbert (Grande-Bretagne), William Milligan Sloane (États-Unis), José Benjamín Zubiaur (Argentine), Leonard Albert Cuff (Nouvelle-Zélande), Jirí Guth (Bohême), Ferenc Kemény (Hongrie), Viktor Balck (Suède), Al […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - La notion d'amateurisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 100 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rigidité originelle du C.I.O.  »  : […] Dès la rénovation olympique, la question de l'amateurisme se trouve au cœur du projet. En effet, lors du congrès fondateur de la Sorbonne, tenu du 16 au 23 juin 1894 et organisé à l'initiative de Pierre de Coubertin par l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques, deux sujets sont à l'ordre du jour : « Amateurisme, professionnalisme et unification des règlements » ; « Rétablissement des […] Lire la suite

MEXICO (JEUX OLYMPIQUES DE) [1968] - Le Black Power

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 317 mots
  •  • 1 média

Le 16 octobre 1968 se déroule sur le stade olympique le 200 mètres masculin, qui constitue l'un des temps forts des Jeux de Mexico. En effet, on s'attend à voir une des barrières du sprint tomber, celle des 20 secondes sur la distance. En fait, un homme a déjà couru en moins de 20 secondes : l'Américain John Carlos a remporté les Championnats des États-Unis en 19,92 secondes, mais ce record n'a p […] Lire la suite

OLYMPISME ET POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 520 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les mascarades de 1936 »  : […] Mais la montée des totalitarismes en Europe ne sera pas enrayée, et l'olympisme va se trouver happé par le terrible mouvement. En 1931, le C.I.O. avait préféré Berlin à Barcelone pour l'organisation des Jeux de la XI e  olympiade. L'arrivée d'Hitler au pouvoir, en 1933, ne changea pas la donne. Le Belge Henri de Baillet-Latour, président du C.I.O., se contenta de rencontrer à plusieurs reprises l […] Lire la suite

SMITH TOMMIE (1944- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 249 mots

Le document photographique le plus célèbre de l'histoire olympique est sans doute le cliché du podium du 200 mètres des Jeux de Mexico : alors que retentit l'hymne américain et que la bannière étoilée est hissée aux mâts, Tommie Smith et John Carlos lèvent un poing ganté de noir pour protester contre la discrimination dont sont victimes les Noirs aux États-Unis. Nous sommes le 16 octobre 1968 ; l […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BRUNDAGE AVERY - (1887-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/avery-brundage/