AUTOFICTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jeu avec le « je »

L'âge d'or du roman n'a pas résisté à l'ère du soupçon, mais aussi au retour du biographique, qui refait la part de l'effectif et celle du fictif.

Dans les années 1950, on peut voir dans le Nouveau Roman un refus des pouvoirs dévolus à l'auteur et un retour au principe flaubertien de l'absence nécessaire du romancier à l'intérieur de son œuvre. On retrouve ici Serge Doubrovsky, qui, dans un modèle dérivé de l'autobiographie et non plus du roman, poursuit l'ambition qui était celle d'un Gide ou d'un Montherlant : inscrire sa vie intégrale dans un champ littéraire nouveau, inventer un langage par lequel le moi sera absous et sanctifié, et par lequel un salut, plus que religieux (la littérature transcendant ici la religion), sera atteint. Pour l'inventeur du terme, il y a donc une ambition exorbitante, quant aux pouvoirs de la littérature, et aussi un enracinement productif dans un impérieux narcissisme, dont la cure psychanalytique a libéré les énergies. On ne s'étonnera pas que, en 1977, la publication de Fils n'ait pas entraîné d'enthousiasme particulier ni du côté de l'Université, ni du côté du public lettré, et que la notion d'autofiction n'ai commencé à être prise en considération qu'à partir des années 1980. En fait, le terme d'autofiction désigne une fiction romanesque qui serait autobiographie. Fiction, en ce qu'elle est génériquement sous-titrée comme roman, et de ce fait autorise d'éventuels énoncés fictifs. Autobiographie, en ce que les trois instances de l'auteur, du narrateur et du protagoniste sont réunies sous le même nom propre, celui de l'auteur ou son pseudonyme usuel. Ce nom propre n'est pas seulement un critère de l'autobiographie, il en devient la matière : d'Un amour de soi (1982) à L'Après-vivre (1994), Serge Doubrovsky n'en finit pas d'inscrire dans un écrit flamboyant le syntagme de son prénom et de son patronyme, désignateur irréfutable de sa personne même. L'autofiction n'est alors ni la fiction romanesque ni l'autobiographie, m [...]

Serge Doubrovsky

Serge Doubrovsky

Photographie

De Fils et Un Amour de soi au Monstre, Serge Doubrovsky a placé son œuvre sous le signe de l'aveu et de la mise à nu. Non sans effet sur l'écriture, l'expérience de soi devenant autofiction. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Serge Doubrovsky

Serge Doubrovsky
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Du récit autobiographique au roman

Du récit autobiographique au roman
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau





Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  AUTOFICTION  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La littérature de la nouvelle objectivité »  : […] À la veille de la Foire du livre de Francfort de 1999, les médias allemands annonçaient en grande pompe le renouveau des lettres allemandes : Judith Hermann, David Wagner, Felicitas Hoppe, Jochen Schmidt, Julia Franck, Tanja Dückers, Jenny Erpenbeck, Marcel Beyer, Thomas Lehr, Georg Klein, Matthias Politycki. Ces écrivains d'âges souvent fort différents ne forment ni un groupe ni un ensemble, et e […] Lire la suite

DOUBROVSKY SERGE (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 208 mots
  •  • 1 média

L'œuvre de Serge Doubrovsky, né à Paris le 22 mai 1928, fera date dans l'histoire de l'écriture du « je ». Avec un rare mélange d'audace et d'obstination, il a renouvelé les enjeux de la littérature autobiographique au fil des textes qu'il a publiés depuis la fin des années 1960, à un rythme patient et régulier : La Dispersion (1969), Fils (1977), Un amour de soi (1982), La Vie l'instant (1985), […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 446 mots

Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de l'écriture personnelle. Mais ce dernier a connu un succès immense, qui l'a conduit à annexer toute expression supp […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autofictions »  : […] Dès la seconde moitié des années 1970, des écrivains reconnus pour leurs pratiques formalistes recherchent les modalités d'une écriture de soi qui ne sacrifie pas aux travers reconnus de l'autobiographie. Roland Barthes élit dans Roland Barthes par Roland Barthes (1975) la forme du dictionnaire. Georges Perec recourt aux listes de Je me souviens , qui dressent en creux un portrait du sujet pa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LECARME, « AUTOFICTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofiction/