AUTOFICTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Serge Doubrovsky

Serge Doubrovsky
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Du récit autobiographique au roman

Du récit autobiographique au roman
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Des précurseurs

Que s'est-il donc passé pour que l'autofiction apparaisse désormais comme le genre en flèche et l'autobiographie comme un genre dépassé, même si l'idée d'une substitution d'une pratique à une autre, et donc d'un progrès, est hautement contestable, en fait et en droit ? D'abord, les historiens de la littérature se sont aperçus que, dès le début du siècle, des romanciers, qui se percevaient comme tels, pratiquaient à merveille l'autofiction, sans le savoir, en écrivant des fictions sous le régime de l'homonymat du narrateur et de l'auteur. Précurseurs ou inventeurs de cette pratique, Pierre Loti (Le Roman d'un enfant, 1980), Colette (La Naissance du jour, 1928), Céline (D'un château à l'autre, 1957 ; Nord, 1960 ; Rigodon, 1969), Paul Léautaud (Le Petit Ami, 1902), Paul Morand (Ouvert la nuit, 1922 ; Fermé la nuit, 1923). Devanciers de peu de Doubrovsky, Antoine Blondin (Monsieur Jadis, 1970), François-Régis Bastide (La Vie rêvée, 1962), Roland Barthes (Roland Barthes par Roland Barthes, 1975), Georges Perec (W, ou le Souvenir d'enfance, 1975). Ces livres, si hétéroclites qu'ils paraissent, se rejoignent dans l'acte d'assumer dans le texte le nom propre qui est celui de l'auteur dans le cadre civil et social. La désignation nominale peut être intégrale, partielle ou codée, mais elle ne se limite pas à une initiale ni ne se réduit à l'anonymat (ce qui exclut, à notre sens, Proust et l'avantage). Par ailleurs, les écrivains anglo-américains, loin de toute préoccupation théorique, développaient des fictions of facts, parfois appelées factions : l'énergie et la dynamique de l'autofiction se trouvaient déjà superlativement chez Norman Mailer, Philip Roth, Christopher Isherwood, Truman Capote... On s'est parfois autorisé de cette tendance pour dénier à Doubrovsky l'invention du terme, et l'attribuer à Jerzy Kozinski, l'auteur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  AUTOFICTION  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La littérature de la nouvelle objectivité »  : […] À la veille de la Foire du livre de Francfort de 1999, les médias allemands annonçaient en grande pompe le renouveau des lettres allemandes : Judith Hermann, David Wagner, Felicitas Hoppe, Jochen Schmidt, Julia Franck, Tanja Dückers, Jenny Erpenbeck, Marcel Beyer, Thomas Lehr, Georg Klein, Matthias Politycki. Ces écrivains d'âges souvent fort différents ne forment ni un groupe ni un ensemble, et e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_43319

DOUBROVSKY SERGE (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 208 mots
  •  • 1 média

L'œuvre de Serge Doubrovsky, né à Paris le 22 mai 1928, fera date dans l'histoire de l'écriture du « je ». Avec un rare mélange d'audace et d'obstination, il a renouvelé les enjeux de la littérature autobiographique au fil des textes qu'il a publiés depuis la fin des années 1960, à un rythme patient et régulier : La Dispersion (1969), Fils (1977), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-doubrovsky/#i_43319

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Autofictions »  : […] Dès la seconde moitié des années 1970, des écrivains reconnus pour leurs pratiques formalistes recherchent les modalités d'une écriture de soi qui ne sacrifie pas aux travers reconnus de l'autobiographie. Roland Barthes élit dans Roland Barthes par Roland Barthes (1975) la forme du dictionnaire. Georges Perec recourt aux listes de Je me souviens , q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-roman-francais-contemporain/#i_43319

Pour citer l’article

Jacques LECARME, « AUTOFICTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofiction/