LUMIÈRE AUGUSTE (1862-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Frère de Louis Lumière, de deux ans son aîné, Auguste prit une grande part dans la gestion de l'entreprise familiale, au côté de leur père Antoine. Auguste Lumière n'a jamais nié que c'est à son frère seul que revient le mérite de l'invention du cinématographe. Ses dispositions le portaient plutôt vers la chimie et vers la recherche médicale. Dans ce domaine, il fait preuve d'un esprit novateur en expliquant certains phénomènes pathologiques (asthme, anaphylaxie) par des perturbations physico-chimiques. On en redécouvre aujourd'hui l'existence dans certaines atteintes des glomérules rénaux. Il élabore une théorie qui lie l'état des colloïdes à la vie psychique. Mais sous sa forme trop générale, l'hypothèse de la floculation humorale, conforme à l'esprit de l'époque, n'a pas résisté aux investigations des pathologistes. Il pensait pouvoir combattre par l'hyposulfite de magnésium les syndromes immunologiques les plus complexes. Cette grande espérance, qu'il expose dans un livre écrit avec passion, Les Horizons de la médecine (1937), n'a pas tenu ses promesses quoique l'hyposulfite de magnésium conserve certaines indications. Plus tard, en 1946, il devait publier un livre sur La Tuberculose qui fait aujourd'hui mesurer l'immense révolution thérapeutique que l'on doit à Waksman qui, vers la même date, découvrait l'antibiotique spécifique, la streptomycine.

Louis et Auguste Lumière

Louis et Auguste Lumière

photographie

Louis Lumière (1864-1948) et son frère Auguste (1862-1954), inventeurs du Cinématographe. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Les sels d'or préconisés par Auguste Lumière ne sont plus utilisés dans le traitement de la tuberculose, mais ce médicament a fait une nouvelle carrière dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. L'énorme travail clinique, statistique et expérimental d'Auguste Lumière a stimulé, par contrecoup, la recherche phtisiologique et bactériologique dans son ensemble en attirant l'attention des chercheurs sur des problèmes tels que l'existence des formes microbiennes ultrafiltrables, la possibilité des transformations bactériennes et l'existence des infections latentes.

—  Claude BEYLIE, Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LUMIÈRE AUGUSTE (1862-1954)  » est également traité dans :

PRÉSENTATION DU CINÉMATOGRAPHE LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 243 mots
  •  • 1 média

Le 28 décembre 1895, Antoine Lumière présente, au salon indien du Grand Café, 14, boulevard des Capucines, à Paris, l'invention de ses fils Auguste (1862-1954) et Louis (1864-1948), le Cinématographe. L'image animée existe depuis 1894, avec le Kinétoscope de Thomas Edison et W. K. L. Dickson. Mais elle n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presentation-du-cinematographe-lumiere/#i_16953

AUTOCHROME

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 232 mots

Décrite simultanément en 1869 par Louis Ducos du Hauron et par Charles Cros, la sélection trichrome, ou reproduction automatique des couleurs, consistait à prendre, sur trois films en noir et blanc, trois photographies distinctes du même sujet à travers trois filtres bleu, vert et rouge. Ainsi réalisait-on l'analyse des composantes primaires d'un sujet coloré, dont la restitution était obtenue par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autochrome/#i_16953

CINÉMA (Aspects généraux) - Les cinémathèques

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 4 480 mots

Le terme de cinémathèque est apparu au milieu des années 1930. Depuis, il n'a cessé de se brouiller. Dans les premières décennies du septième art, né comme spectacle à la fin de 1895, identifié comme art autour de 1910, la proposition de faire du cinéma un objet de collection ne pouvait que relever du non-sens. Lorsqu'il a conquis son premier public, le plus souvent sur les champs de foire du tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-cinematheques/#i_16953

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 482 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'analyse photographique du mouvement »  : […] De très nombreux chercheurs, principalement des physiologistes, réussissent, dès 1852, à analyser photographiquement le mouvement, par une suite d'instantanés. Mais leurs techniques font appel à un matériel encombrant (plaques photographiques et installation de plusieurs appareils, ou plaques rotatives). Dans les deux cas (Muybridge , 1878, et Étienne Marey, « fusil photographique », 1882 ), on ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-techniques-du-cinema/#i_16953

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 663 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Origine du montage »  : […] Le montage n'a pas toujours existé, et la profession de monteur n'est apparue aux États-Unis que vers 1913, et en France vers 1917. À l'origine, le cinéma ignore en effet le montage, si l'on entend par là la simple opération technique et manuelle qui consiste à coller bout à bout deux prises de vues. Le Cinématographe Lumière ne pouvait enregistrer en une seule fois que 17 mètres de pellicule, so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-montage/#i_16953

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Si on considère que le cinéma s'est défini comme une suite cohérente d'images animées projetées sur un écran face à un espace destiné à accueillir des spectateurs, il est admis qu'il est né en France, le 22 mars 1895, quand la première « vue » des frères Auguste et Louis Lumière a été projetée à Paris devant un public de photographes et de journalistes. Le 28 décembre de la même année, dans un sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_16953

IMAGE ANIMÉE

  • Écrit par 
  • Laurent MANNONI
  •  • 4 403 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps de l’industrialisation »  : […] Cette fusion va se concrétiser complètement au cours de l'année 1895 . Louis Lumière, qui connaît le kinétoscope et les appareils de projection d'Émile Reynaud et de Georges Demenÿ, dépose le 13 février 1895 un brevet pour un appareil chronophotographique réversible, non encore nommé Cinématographe, et qui va être présenté le 22 mars 1895 à Paris, devant les membres de la Société d'encouragement. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/image-animee/#i_16953

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les pionniers, le film mythologique »  : […] Deux dates marquent la naissance du cinéma indien. Le 7 juillet 1896, des films des frères Lumière sont montrés à l’hôtel Watson, à Bombay, et le 3 mai 1913 est projeté, à Bombay également, le premier film indien de fiction, réalisé par un entrepreneur local pour le public indien, Raja Harishchandra . C’est en voyant, en 1910, au cinéma, une vie du Chri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-le-cinema/#i_16953

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 275 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'essor des systèmes argentiques au XXe siècle »  : […] Succédant à une première période dominée par des pratiques artisanales qui privilégiaient la diversité des approches et l'initiative individuelle, l'activité photographique du xx e  siècle est caractérisée par une hégémonie industrielle dans l'exploitation du procédé au gélatinobromure d'argent dont le potentiel de développement demeure inépuisé à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-histoire-des-procedes-photographiques/#i_16953

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La plaque autochrome des Lumière (photos 5) »  : […] L'autochrome, mis au point par Louis (1864-1948) et Auguste (1862-1954) Lumière, est le premier procédé de photographie couleur trichrome produit à l'échelle industrielle. Le premier brevet décrivant l'invention date de 1903 et la commercialisation des premières plaques a lieu en 1907. L'autochrome s'inscrit dans la famille des plaques additives à réseau, dont le dispositif théorique avait été ima […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/#i_16953

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, Didier LAVERGNE, « LUMIÈRE AUGUSTE - (1862-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-lumiere/