CAYLEY ARTHUR (1821-1895)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La géométrie

Cayley a consacré un grand nombre de ses publications aux problèmes de la géométrie et à l'étude des courbes et des surfaces algébriques. À vingt-deux ans, il émettait l'idée de la géométrie à n dimensions, idée qui fut formulée aussi, presque simultanément mais sous une forme un peu différente, par Grassman. Cayley ne revint que beaucoup plus tard (en 1870) sur l'espace à n dimensions, mais sa méthode algébrique contribua aux importantes découvertes qui eurent lieu dans les autres domaines de la géométrie. C'est ainsi que, dans le Sixth Memoir on Quantics de 1859, il introduit la métrique projective, subordonnant ainsi la géométrie métrique à la géométrie projective ; il démontre alors que les notions fondamentales de la géométrie métrique (angles et distances) sont les invariants et les covariants de certaines transformations linéaires de la « quadrique absolue ». Dans ce travail, Cayley a donc formulé les idées qui allaient conduire F. Klein à son célèbre programme d'Erlangen.

L'œuvre considérable de Cayley présente de nombreux autres résultats : il introduisit les coordonnées de droites, publia des résultats d'analyse et de mathématiques appliquées et développa considérablement les méthodes graphiques. Mais Cayley est surtout un algébriste et cette prédilection se manifeste même dans ses travaux de géométrie : sa pensée est sans cesse à la recherche d'une généralisation et l'analyse de quelques cas particuliers le conduit à espérer des extensions parfois erronées ; les formules algébriques qu'il a établies ont constitué d'importants instruments au service de l'abstraction.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Prague

Classification


Autres références

«  CAYLEY ARTHUR (1821-1895)  » est également traité dans :

COMBINATOIRE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Dominique FOATA
  •  • 5 830 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Construction de correspondances »  : […] Dans la première partie, nous avons passé en revue tous les ensembles finis qu'il était aisé de dénombrer en faisant usage des deux règles de la somme et du produit. Ces techniques élémentaires s'appliquent plus difficilement lorsqu'on veut dénombrer d'autres structures finies plus élaborées comme celles des arbres ou certains types de graphes . Le plus souvent on est conduit à chercher une corre […] Lire la suite

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Transformations géométriques »  : […] En introduisant la projection centrale, ou perspective, en géométrie, Desargues puis Pascal avaient ouvert la voie à l'étude des transformations géométriques. Ce n'est qu'à la fin du xviii e siècle que les transformations géométriques commencèrent vraiment à retenir l'attention des mathématiciens. À côté de la projection centrale, l'homologie est systématiquement utilisée comme transformation par […] Lire la suite

GRAPHES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Hervé RAYNAUD
  •  • 3 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Coloriage : théorème des quatre couleurs et théorème des graphes parfaits »  : […] Quand on commence par jouer avec des crayons de couleur, on finit parfois par faire de l'algèbre de bords et de cobords ! Les théoriciens des graphes, amateurs de petits dessins, ne pouvaient manquer de chercher à les colorier ! Mais sous ces dessins multicolores se cachent de jolis problèmes algébriques que l'on met de nombreuses années à résoudre, car les conjectures résistent avec une énergie f […] Lire la suite

SYLVESTER JAMES JOSEPH (1814-1897)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 412 mots

Mathématicien anglais, né et mort à Londres, qui a créé avec Arthur Cayley la théorie des invariants algébriques. En 1838, James Joseph Sylvester devint professeur de philosophie naturelle au collège de l'université de Londres. En 1841, il accepta la chaire de mathématiques de l'université de Virginie (Charlottesville), mais donna sa démission au bout de trois mois. Quatre ans plus tard, il revint […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lubos NOVY, « CAYLEY ARTHUR - (1821-1895) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-cayley/