CAYLEY ARTHUR (1821-1895)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le calcul matriciel

L'étude des systèmes d'équations linéaires conduisit Cayley à celle des déterminants. Dans ses premiers travaux, il établit de nombreuses règles de calcul sur les déterminants, y compris la formule de multiplication des déterminants qui figurait déjà dans les travaux de Cauchy, Binet et Jacobi. À côté d'études originales sur les déterminants, on y rencontre la notion de tableau rectangulaire représentant les coefficients d'un système d'équations linéaires ou les coefficients d'une transformation linéaire ; on peut donc soutenir que Cayley avait élaboré la théorie des matrices quelques années avant la publication de son célèbre et si exemplairement clair mémoire de 1858. Dans ce travail, Cayley étudie les matrices rectangulaires à coefficients réels ou complexes ; il introduit les opérations sur les matrices et décrit leurs propriétés, y compris le caractère non commutatif de la multiplication. Il s'agit là sans doute de la première apparition de l'algèbre linéaire ; aussi les travaux de Cayley ont-il influencé B. Peirce. Quelques années plus tard, Cayley étudiera aussi les systèmes non associatifs (octaves de Cayley, par exemple) et publiera des résultats d'algèbre multilinéaire.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Prague

Classification


Autres références

«  CAYLEY ARTHUR (1821-1895)  » est également traité dans :

COMBINATOIRE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Dominique FOATA
  •  • 5 830 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Construction de correspondances »  : […] Dans la première partie, nous avons passé en revue tous les ensembles finis qu'il était aisé de dénombrer en faisant usage des deux règles de la somme et du produit. Ces techniques élémentaires s'appliquent plus difficilement lorsqu'on veut dénombrer d'autres structures finies plus élaborées comme celles des arbres ou certains types de graphes . Le plus souvent on est conduit à chercher une corre […] Lire la suite

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Transformations géométriques »  : […] En introduisant la projection centrale, ou perspective, en géométrie, Desargues puis Pascal avaient ouvert la voie à l'étude des transformations géométriques. Ce n'est qu'à la fin du xviii e siècle que les transformations géométriques commencèrent vraiment à retenir l'attention des mathématiciens. À côté de la projection centrale, l'homologie est systématiquement utilisée comme transformation par […] Lire la suite

GRAPHES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Hervé RAYNAUD
  •  • 3 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Coloriage : théorème des quatre couleurs et théorème des graphes parfaits »  : […] Quand on commence par jouer avec des crayons de couleur, on finit parfois par faire de l'algèbre de bords et de cobords ! Les théoriciens des graphes, amateurs de petits dessins, ne pouvaient manquer de chercher à les colorier ! Mais sous ces dessins multicolores se cachent de jolis problèmes algébriques que l'on met de nombreuses années à résoudre, car les conjectures résistent avec une énergie f […] Lire la suite

SYLVESTER JAMES JOSEPH (1814-1897)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 412 mots

Mathématicien anglais, né et mort à Londres, qui a créé avec Arthur Cayley la théorie des invariants algébriques. En 1838, James Joseph Sylvester devint professeur de philosophie naturelle au collège de l'université de Londres. En 1841, il accepta la chaire de mathématiques de l'université de Virginie (Charlottesville), mais donna sa démission au bout de trois mois. Quatre ans plus tard, il revint […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lubos NOVY, « CAYLEY ARTHUR - (1821-1895) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-cayley/