ARTHROPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anatomie interne

Musculature

Les muscles sont typiquement striés et réunis en faisceaux indépendants ; ils s'attachent à la paroi du corps ou sur des replis internes de celle-ci nommés apodèmes dont l'ensemble représente un véritable endosquelette. Dans quelques cas existent cependant des formations internes, d'origine mésodermique (endosternites), sur lesquelles certains muscles s'attachent. Ceux-ci sont classés en longitudinaux, en tergo-sternaux, en tergo-coxaux, en sterno-coxaux et en appendiculaires. La myologie comparée pose des problèmes difficiles, mais les documents qu'elle fournit sont très importants dans les recherches sur la métamérie.

Métamère

Dessin : Métamère

Métamère d'un Arthropode (vu en perspective) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Système nerveux et organes des sens

Le système nerveux central, en principe, rappelle celui des Annélides ; il se compose d'un cerveau divisé en trois parties et d'une chaîne ventrale. Le protocérébron, où se trouvent le corps central et les corps pédonculés (centres d'association en relation avec les yeux), est très complexe. Le deutocérébron réunit les ganglions qui, chez les Insectes, innervent les antennes : ce sont des centres olfactifs réunis par une commissure supra-œsophagienne ; il est réduit chez certains Crustacés (Isopodes) et souvent absent chez les Chélicérates. Le tritocérébron, élément moteur des secondes antennes des Crustacés et des chélicères chez les Chélicérates, est composé de deux ganglions reliés par une commissure sous-œsophagienne. La chaîne nerveuse ventrale a des aspects très variés, un certain nombre (parfois la totalité) de ganglions abdominaux venant se réunir à ceux des segments porteurs de pattes. En principe, trois paires de nerfs partent de chaque ganglion : deux dorsales, motrices, et une ventrale, sensitive. La partie antérieure du tube digestif est innervée par un système stomatogastrique dont le ganglion principal porte des noms variés : œsophagien, frontal, etc. La structure de ce système neurovégétatif est complexe et varie beaucoup selon les classes.

Les organes des sens, qu'ils soient visuels (ocelles, yeux simples, yeux composés) ou olfactifs (æsthestacs, sensilles, etc.), sont très nombreux et différents. L'étude de ces organes (principalement olfactifs) a été poussée très loin depuis la mise en évidence de phéromones intervenant dans les principaux actes de la vie des Arthropodes (reproduction, vie sociale, reconnaissance) ; ces études ont été fortement stimulées par la mise au point de la microscopie électronique à balayage et à transmission.

Glandes endocrines

Les mécanismes humoraux sont complexes et de nombreuses glandes ont été reconnues chez les Arthropodes ; leurs hormones agissent sur le déclenchement des mues, la croissance, la reproduction, la différenciation des sexes, les changements de coloration ; certaines de ces substances jouent un rôle essentiel dans les mécanismes de diapause. Elles portent des noms variés : glande de mue des Crustacés (organe Y), glande prothoracique des Insectes, glande de mue (tissu endocrine) des Araignées, glande du sinus des Crustacés, corps cardiaques et paracardiaques des Insectes, organes de Schneider des Araignées, plaques paraganglionnaires chez de nombreux Arachnides, cellules neurosécrétrices intra- ou extracérébrales, glandes androgènes, etc. Certaines hormones sont chimiquement bien connues (par exemple les ecdystéroïdes intervenant chez tous les Arthropodes lors des mues).

Appareils digestif, respiratoire, circulatoire et excréteur

De ces appareils d'aspect très divers, voici les données essentielles. On distingue trois régions dans le tube digestif : la première, antérieure (stomodeum) ; la deuxième, postérieure (proctodeum), toutes deux d'origine ectodermique ; la troisième, intermédiaire (intestin moyen), d'origine endodermique, accompagnée ou non de glandes annexes. La respiration peut être cutanée chez les petites formes aquatiques ou terrestres ; elle s'effectue, selon les classes, soit à l'aide de branchies portées par la base des pattes, soit à l'aide de phyllotrachées, de trachées ou de pseudotrachées. Le cœur, toujours dorsal, est entouré d'une cavité close, ou péricarde, avec laquelle il communique par des fentes métamériques (ostioles). Le système circulatoire est réduit, on parle cependant d'artères, de veines, mais le réseau vasculaire n'est pas clos ( [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Métamère

Métamère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acariens

Acariens
Crédits : power and syred/ Science Photo Library / Getty Images Plus

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur titulaire, chaire de zoologie, à l'université de Montpellier
  • : professeur au Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  ARTHROPODES  » est également traité dans :

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 635 mots
  •  • 4 médias

Le terme acarien fait souvent penser aux êtres minuscules qui vivent dans la poussière des habitations et sont responsables de nombreuses allergies. En fait, ce groupe zoologique comprend un très grand nombre d'espèces dont les tailles varient de quelques dixièmes de millimètres (pour le sous-groupe des acariformes) à plus de 1 centimètre pour les tiques (encore appelées ixodes) gorgées de sang ( […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 672 mots
  •  • 10 médias

Les arachnides (Arachnida) – dont les représentants les plus connus sont les araignées, les scorpions et les acariens – sont des animaux largement répandus sur la Terre : ils occupent à peu près tous les types de milieux. Dans l’état actuel de nos connaissances, on en dénombre environ 90 000 espèces . Les arachnides sont des arthropodes (animaux présentant une carapace externe ou exosquelette et […] Lire la suite

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 367 mots
  •  • 7 médias

Les araignées (qui constituent l'ordre des Aranéides) sont des animaux à huit pattes capables de sécréter des fils de soie qui peuvent servir, pour certaines espèces, à tisser des toiles. Elles appartiennent au groupe des arachnides comme les scorpions, les acariens, les opilions et les pseudo-scorpions. Ce ne sont pas des insectes (qui sont des animaux à six pattes) mais, tout comme eux, les ara […] Lire la suite

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

L'expression anglaise « Arthropodborne virus » (qui signifie virus véhiculé par les Arthropodes) a été simplifiée en « arbovirus », terme consacré par le congrès de microbiologie de Montréal en 1966. Il s'applique à plus de 400 virus dont certains sont connus depuis fort longtemps (le virus de la fièvre jaune est le premier virus isolé d'une maladie humaine, en 1903), mais beaucoup d'autres ont ét […] Lire la suite

AUTOTOMIE

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 458 mots

Rupture volontaire d'un appendice (patte ou queue) à la suite d'une brusque pression assez intense. Une sauterelle, saisie par sa patte postérieure, la détache tout entière et s'enfuit ; un lézard, attrapé par sa longue queue, la brise et l'animal mutilé s'échappe. Ce phénomène d'autotomie est un comportement inné, un réflexe de conduite ; il est connu chez les crabes, les phalangides, les pycnogo […] Lire la suite

CHÉLICÉRATES

  • Écrit par 
  • Roland LEGENDRE, 
  • Max VACHON
  •  • 2 478 mots
  •  • 6 médias

Les noms qui servent à caractériser les vastes groupements d'animaux ou de végétaux sont difficiles à choisir car ils doivent s'appliquer, sans confusion possible, à tous les éléments qui les composent. Le terme de Chélicérate fut imaginé par R. Heymons en 1901 afin d'isoler à l'intérieur de l'embranchement des Arthropodes un sous-embranchement particulier. Ce terme vient de la réunion de deux m […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Modalités temporelles »  : […] La croissance présente des modalités diverses dans le temps. Elle peut être saisonnière, en fonction des facteurs du milieu, la croissance étant en particulier interrompue pendant la mauvaise saison. Ces fluctuations dans la vitesse de croissance peuvent s'accompagner de variations qualitatives, et qui se marquent dans les phanères des mammifères (poils, ongles, cornes) ou les stries de croissanc […] Lire la suite

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 672 mots
  •  • 7 médias

Les crustacés forment, avec les myriapodes, les arachnides et les insectes, le plus important des embranchements zoologiques, celui des arthropodes, qui rassemble les quatre cinquièmes des espèces animales actuelles connues. Ils jouent dans le domaine aquatique, et particulièrement dans les mers, un rôle important, comparable à celui des insectes sur la terre. Si ceux-ci l'emportent, et de loin, […] Lire la suite

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 256 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Invertébrés »  : […] Le besoin de coordination des activités cellulaires des Métazoaires, comme les éponges ou les méduses, s'est traduit par la mise en place très précoce de structures nerveuses produisant à la fois des neuromédiateurs et des neurohormones : chez les Cnidaires ont été isolés de nombreux peptides dont les fonctions de neuromédiateurs ou de facteurs paracrines sont d'ailleurs loin d'être totalement é […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia chez la drosophile, où une patte prend sur la tête […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland LEGENDRE, Max VACHON, « ARTHROPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arthropodes/