RUPESTRE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre réalisme et symbolisme

On ne peut cependant affirmer a priori que toute représentation de l'art rupestre saharien est symbolique. De nombreuses compositions paraissent relever d'un sens premier facile à appréhender. Et même si un sens second, symbolique, existe, il n'interdit pas que les scènes pastorales, ou de la vie des campements, les scènes de chasse, ou de course de chars, puissent exprimer, dans une intention réaliste, la vie réelle des populations et constituer ainsi une information utilisable. La fonction de ces images était peut-être de marquer, dans un style propre à l'ethnie, le territoire social et les terrains de parcours, ou de magnifier un événement important de la vie du groupe ou les plus beaux taureaux. Une telle lecture au sens obvie est insuffisante pour les fresques des Têtes rondes – en fait peu nombreuses – ou pour certaines gravures bubalines telles celles représentant des hommes masqués. Mais la grande masse des figurations, notamment celles des périodes récentes, semble bien ne refléter qu'un monde déjà largement laïcisé.

Sauf en Nubie, les thèmes spécifiquement pharaoniques sont rigoureusement absents du Sahara. Égypte et Sahara semblent être, à l'Holocène récent, deux mondes désormais disjoints. Pourtant, on perçoit une certaine similitude fondamentale, une « africanitude », qui s'oppose aux mondes indo-européens de l'autre rive de la Méditerranée et s'exprime par quelques traits généraux communs : la profusion des animaux dans le répertoire, les dieux ou êtres mythiques à tête d'animal, les hommes masqués, la sacralisation du bélier, etc. Ces ressemblances suggèrent l'hypothèse d'un substrat commun très ancien, correspondant au bloc des populations afro-asiatiques, que la glossochronologie repère dès l'Holocène ancien. Ce substrat originel aurait été ensuite fragmenté par les vicissitudes climatiques. Les éléments symboliques affleurant dans les figurations sahariennes de la période ancienne ne seraient que les derniers feux d'une aurore commune à l'Égypte et au Sahara.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ingénieur géologue à l'Institut géographique national, docteur en préhistoire, rédacteur en chef de la revue Sahara

Classification

Autres références

«  RUPESTRE ART  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 130 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Art et médias contemporains »  : […] Le principe de la vision par transparence des chamans se retrouve dans l'art rupestre des Aborigènes de la terre d'Arnhem, art dit « à rayon X » car il présente des animaux ou des êtres anthropomorphes dont le corps semble transparent, montrant l'intérieur, les os, les viscères, mais aussi de complexes tramages de lignes qui incarnent souvent l'intérieur spirituel de l'être représenté et de la ter […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La peinture »  : […] Les peintures rupestres à destination religieuse ( bami ), associées aux masques et à la mort, sont exécutées par les vieillards dans les grottes réservées aux activités des masques. Elles sont généralement de couleur rouge, symbole du feu, du sang et de la mort. On y trouve de nombreuses représentations de masques, montrés seuls ou avec leurs porteurs, mais aussi d'objets rituels comme la sacoche […] Lire la suite

AJAṆṬĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 2 267 mots
  •  • 1 média

Au centre de la chaîne des monts Indhyadri ou Ajaṇṭā (État du Maharashtra, district d'Aurangabad), le monastère d'Ajaṇṭā se compose d'une trentaine de cavernes creusées dans la roche volcanique d'un cirque au fond duquel coule un torrent. Comme tant d'autres, ces monuments rupestres, aménagés par de généreux donateurs, abritaient des moines bouddhistes pendant la saison des pluies. Ce haut lieu de […] Lire la suite

ALTAMIRA

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS, 
  • Universalis
  •  • 609 mots
  •  • 2 médias

La grotte d'Altamira , près de Santillana del Mar (Cantabrie), est la plus célèbre de toutes les grottes ornées d'Espagne : peu de grottes découvertes ultérieurement peuvent rivaliser avec ses peintures pariétales, chef-d'œuvre de l'art paléolithique. Cette caverne, d'une profondeur de deux cent soixante-dix mètres environ, comporte diverses galeries et diverticules sur les parois desquels ont été […] Lire la suite

ARAGON

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 8 657 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des peintures rupestres à l'art romain »  : […] Les premières manifestations de la culture artistique trahissent des relations étroites avec les pays situés en bordure de la Méditerranée. Ainsi en est-il de la peinture pariétale dont l'apparition détermina un actif foyer d'art dans le Levant ibérique. L'accord s'est fait difficilement sur son âge. On a d'abord songé à le rattacher au groupe franco-cantabrique du Paléolithique. Mais il s'en diff […] Lire la suite

ART PARIÉTAL EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 234 mots
  •  • 1 média

La chronologie de l'art rupestre préhistorique a longtemps reposé sur l'évolution stylistique générale mise en évidence par André Leroi-Gourhan, en s'appuyant sur des fouilles archéologiques. Celui-ci distinguait 4 styles, depuis les tracés sommaires de l'Aurignacien, vers — 30000, jusqu'à l'épanouissement de l'art des grottes magdaléniennes (— 15000-— 10000). Toutefois les peintures de la grotte […] Lire la suite

ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 413 mots

— 40000-— 35000 Des traits gravés apparaissent à la fin du Paléolithique moyen. Dus aux derniers Néandertaliens, ils témoignent de l'existence de systèmes de signes matériels. — 32000-— 28000 Datations par le carbone 14 de la grotte Chauvet (découverte en Ardèche en 1994). Ces dates prouvent une émergence précoce de l'art pariétal animalier dans le sud de la France. — 30000-— 25000 Aurignacien […] Lire la suite

ART RUPESTRE DANS L'ARC ALPIN

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Impraticables au Paléolithique en raison de la calotte de glace qui les recouvre, les Alpes sont peu à peu fréquentées par les agriculteurs néolithiques, qui y implantent haltes de chasse et bergeries. L'homme des glaces (« Ötzi ») découvert, en 1991, au sommet du glacier de Similaun témoigne de ces parcours. Il date de la fin du IV e  millénaire, précisément au moment où, dans plusieurs hautes va […] Lire la suite

BOCHIMANS, BOSCHIMANS ou BUSHMEN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croyances et manifestations artistiques »  : […] Les enfants sont choyés, mais les familles nombreuses sont rares, car les femmes n'acceptent pas d'avoir un second enfant avant que le premier ne puisse suivre sa mère à la marche pendant les longs déplacements qui caractérisent la vie bochimane. Deux enfants à porter rendraient la récolte impossible. Comme les femmes ne connaissent pas de moyen anticonceptionnel, elles se résignent à l'infanticid […] Lire la suite

BREUIL abbé HENRI (1877-1961)

  • Écrit par 
  • Denise de SONNEVILLE-BORDES
  •  • 1 011 mots

Originaire d'une famille de bourgeoisie provinciale, Henri Breuil passe son enfance à Clermont-de-l'Oise, où son père est procureur de la République, fait ses études au collège de Saint-Vincent de Senlis, entre au séminaire d'Issy-les-Moulineaux (1895), puis à Saint-Sulpice à Paris (1897), où il est ordonné prêtre (1900). Libéré des servitudes paroissiales, il entreprend une carrière d'homme de sc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alfred MUZZOLINI, « RUPESTRE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-rupestre/