MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art conceptuel

En octobre et novembre 1969 avait lieu, au musée de Leverkusen, en Allemagne, une exposition intitulée Konzeption Conception. Paradoxalement, c'est en Europe que se tenait la première grande manifestation d'un mouvement artistique nouveau qui rassemblait principalement des Américains, et que l'on commençait à appeler l'art conceptuel. À notre connaissance, l'artiste américain Henry Flynt avait été le premier à utiliser l'expression « concept art », comme titre d'un texte sur la musique paru dans un recueil, Fluxus : Anthology, en 1961 ; néanmoins, il s'agissait d'un emploi très néo-dadaïste, fort éloigné du sens qu'attribuèrent plus tard à l'expression Joseph Kosuth ou le groupe Art-Language. Si le terme connut une aussi bonne fortune et si on l'employa par la suite d'une façon qui fut souvent abusive, c'est qu'il semblait particulièrement bien approprié à des recherches artistiques d'où avaient disparu non seulement la toile et la peinture, mais toutes sortes d'objets, comme ceux qu'avaient pu exploiter le pop art, le Nouveau Réalisme, plus tard l'arte povera. Les moyens d'expression des artistes présents à Leverkusen se réduisaient à ceux du langage, parfois accompagnés de photographies d'amateurs : des feuilles de papier dactylographiées voisinaient avec des télégrammes, des plaquettes, des classeurs, des bandes magnétiques. Pour la première fois, on visitait des salles d'exposition qui ressemblaient plutôt à des salles d'archives. Aucune recherche formelle (la présentation tendant de préférence à être fonctionnelle) et, a fortiori, de flatterie esthétique ; en fait, chaque œuvre semblait se réduire à une idée exprimée très brutalement.

Il faudrait éviter d'assimiler ce qui serait un art d'« idées » et ce que signifie exactement le mot « conceptuel ». On a trop souvent confondu l'art conceptuel avec un usage métaphorique du langage, l'artiste utilisant celui-ci à la place de l'image pour rapporter une anecdote, un sentiment, une opinion personnelle. L'évolution [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art
  • : directrice de la rédaction de la revue Art Press
  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

Classification


Autres références

«  MINIMAL ET CONCEPTUEL ART  » est également traité dans :

MARDEN BRICE (1938- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 360 mots

Peintre américain, né le 15 octobre 1938 à Bronxville (État de New York). Étudiant en art, Brice Marden obtient sa licence à l'université de Boston en 1961 et sa maîtrise à Yale en 1963, année où il s'installe à New York. Au milieu des années 1960, il a développé un sens raffiné et délicat de la couleur. Ses œuvres sobres et déconcertantes contribuent à définir la peinture minimaliste. Elles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brice-marden/#i_47252

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, Catherine MILLET, Erik VERHAGEN, « MINIMAL ET CONCEPTUEL ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/