BRUANT ARISTIDE (1851-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des revers de fortune amènent Aristide Bruant, issu d'une famille bourgeoise de Courtenay (Loiret), à s'établir à Paris, où il exerce divers métiers. Employé aux Chemins de fer du Nord, il entame une carrière de chanteur de café-concert et connaît un certain succès (Mad'moiselle, écoutez-moi donc, en collaboration avec Jules Jouy). Mais c'est au Chat noir que Bruant trouve sa voie : il écrit la ballade glorifiant le cabaret et remplace parfois le maître de céans, Rodophe Salis, dans son rôle de bonimenteur.

Surtout, il se spécialise dans les chansons de barrière, ces complaintes qui magnifient le peuple de petits truands et de gigolettes de la zone (À la Bastoche, À Grenelle, À la Villette) ou encore les exploits des bat' d'Af (À Biribi). Avec un étonnant sens de la langue qui se fait, par quoi il annonce Céline, il s'approprie l'argot, mêle la goualante avec le folklore français et le chant d'église. Une grande rigueur d'écriture, en ce qui concerne tant les paroles que la musique, concourt à l'efficacité de son propos. Sans conteste le plus fécond créateur produit par l'école chansonnière montmartroise, Bruant dut d'abord son immense renommée à sa carrière de cabaretier. Après le transfert du Chat noir rue Victor-Massé (1885), il reprend, en effet, le local du boulevard Rochechouart, qu'il rebaptise Le Mirliton, adopte la tenue immortalisée par les affiches de Toulouse-Lautrec et inaugure une façon d'appâter le bourgeois qui fera fortune : houspillant sans ménagement ce dernier, il lui donne à peu de frais l'illusion de l'encanaillement.

Bruant tient ce rôle chaque soir pendant dix ans, puis part pour des tournées en province et à l'étranger. Auteur de seize romans et de six pièces de théâtre (écrits en fait par des « nègres »), il se retire à Courtenay vers 1900. Mais ses chansons, réunies en deux recueils : Dans la rue (1889) et Sur la route (1899), poursuivent leur carrière ; tandis que certaines d'entre elles (Les Canuts, Nini-Peau-d'chien) sont « passées dans le folklore », toute une tradition chansonnière, de Carco à Mouloudji, s'est inscrite dans l'univers créé par le chantre de Paris-marlou.

—  Jean-Claude KLEIN

Écrit par :

  • : diplômé de l'École pratique des hautes études, chargé de cours à l'U.F.R. de musique et musicologie de l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BRUANT ARISTIDE (1851-1925)  » est également traité dans :

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Goguette »  : […] C'est dans les goguettes en effet que s'était réfugié l'esprit révolutionnaire et républicain. Depuis le début du XIX e  siècle, on y entendit des chansonniers ouvriers, dont certains sont restés célèbres – comme Henri Avenel, Vinçart, Jean-Baptiste Clément, Charles Gille, Eugène Pottier, auteur de L'Internationale  –, au cours de réunions pittoresques, dont le cérémonial a souvent été décrit, not […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_6690

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La chanson réaliste »  : […] Une société d'auteurs, ancêtre de la S.A.C.E.M., est créée en 1851 : désormais, un auteur ou un musicien pourront gagner leur vie avec ce qui est devenu un travail. Le café-concert – le caf-conc' – établit le vedettariat. Il ne nous reste aucun enregistrement de Thérésa (Emma Valendon, 1837-1913) ou de Paulus (Jean-Paul Habens, 1845-1908), mais d'innombrables caricatures, photographies, mémoires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_6690

FEUILLETON

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 2 485 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le monde du feuilleton »  : […] Ainsi, en peu d'années, le roman populaire a recensé ses territoires et donné forme stable au continent qu'il découvrait. II a appris à se soumettre à trois principes d'organisation : la série , qui définit son mode de production, le genre , qui qualifie et délimite ses contenus, le niveau , critère implicite qui renvoie à l'appartenance sociale du lecteur et se traduit dans le mode d'écriture. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feuilleton/#i_6690

HENRI DE TOULOUSE-LAUTREC ET L'ESTAMPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 685 mots

1891 Moulin Rouge, La Goulue , à la fois la première lithographie de Lautrec et sa première affiche (toutes seront dans cette technique). L'œuvre démontre son habileté technique et stylistique. Par l'économie de moyens et la simplification des formes (la profondeur de la scène ne vient que de la différence d'échelle des silhouettes), Lautrec renouvelle complètement un genre déjà relativement stan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-toulouse-lautrec-et-l-estampe-reperes-chronologiques/#i_6690

TOULOUSE-LAUTREC HENRI DE (1864-1901)

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 2 870 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'art de Montmartre et l'art de Lautrec »  : […] L'art de Lautrec s'est donc formé à l'imitation d'une réalité entièrement transmuée en spectacle, mais en spectacle lui-même monté avec un art savant et prestigieux . Ses acteurs ont bien mérité leur gloire, si amer qu'en soit souvent le déclin. Mais, dans le moment de son éclat, cette gloire était pleinement justifiée. Il n'est déesse mythologique ni princesse de l'histoire qui ait été célébrée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-toulouse-lautrec/#i_6690

Pour citer l’article

Jean-Claude KLEIN, « BRUANT ARISTIDE - (1851-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristide-bruant/