ARCTIQUE (géopolitique)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Arctique : situation politique

Arctique : situation politique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Arctique : géo-économie

Arctique : géo-économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Le statut de l'océan Arctique

Alors que les hautes latitudes australes, largement continentales, sont régies depuis 1959 par le traité de l'Antarctique, il n'y a rien de tel dans l'Arctique. L'océan boréal est soumis aux dispositions du droit de la mer contenues dans la convention de Montego Bay, adoptée en 1982. Celle-ci est entrée en vigueur en 1994, bien que les États-Unis ne l'aient pas ratifiée, et s'applique désormais à l'ensemble de l'océan mondial. Auparavant, la souveraineté des États sur les espaces océaniques ne portait que sur les eaux territoriales, larges de 3 milles en général, dans lesquelles ils étaient tenus de garantir un droit de passage « inoffensif » aux navires étrangers. Au-delà, dans une zone dite « contiguë » de 12 milles au maximum, l'État exerçait quelques prérogatives de douane et de police. Au large de ces bandes côtières, l'océan était international, c'est-à-dire librement accessible. En Arctique, en raison de la banquise, cette accessibilité n'était que théorique et, pourtant, des riverains ont cherché à la remettre en cause dès le début du xxe siècle, alors même que l'exploration de ces régions n'était pas achevée. Pour cette raison précisément, le Canada avait pris les devants en élaborant la théorie des secteurs (1907), et fut bientôt rejoint par l'U.R.S.S. Il s'agissait d'accorder aux pays riverains la souveraineté automatique sur toute terre émergée, comprise dans un secteur en forme de triangle dont la base était la façade arctique du pays concerné, le sommet étant le pôle, les deux côtés les méridiens passant par les deux extrémités de la base. En raison de la longueur de leur façade, le Canada et la Russie se trouvaient très avantagés par un tel partage, bien qu'il ne portât pas sur les eaux, mais seulement sur les terres émergées, au détriment des États-Unis, du Danemark (Groenland) de la Norvège et de la Finlande, car cette dernière possédait à l'époque une fenêtre sur la mer de Barents que les Soviétiques lui fermèrent pendan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : professeur de géographie de la mer à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

François CARRÉ, « ARCTIQUE (géopolitique) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arctique/