ARCHIVAGE NUMÉRIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vulnérabilité des documents numériques

La principale difficulté concernant la vulnérabilité des documents numériques est d'ordre technologique.

Il n'existe pas de supports de données numériques réellement pérennes. Le Laboratoire national de métrologie et d'essais (L.N.E.) a conduit en France plusieurs études concernant la durée de vie des disques optiques (CD et DVD enregistrables) qui montrent que celle-ci se réduit parfois à deux, trois ou cinq ans (cf. http ://wwwlne.fr/gis-don.asp). La durée de vie des disques durs ne dépasse guère cinq ans. Les grands centres de stockage numérique qui utilisent des cartouches magnétiques de très haute capacité conservent les données en deux, voire trois ou quatre exemplaires, et sont amenés à renouveler ces bandes tous les cinq à sept ans.

La courte durée de vie des supports de stockage n'est pas la seule cause de la vulnérabilité des documents numériques. Un support de données peut être en excellent état mais, si la technologie utilisée est en voie de disparition, il devient nécessaire de changer de support de stockage. En 1990, toutes les données issues des missions scientifiques du Centre national d'études spatiales (C.N.E.S.) étaient stockées sur plusieurs dizaines de milliers de bandes magnétiques entreposées dans les locaux de son centre informatique. Il s'agissait de bandes 9 pistes, avec une densité d'enregistrement de 6 250 bpi (bits per inch) et d'une capacité de 150 mégaoctets. Ce type de bande était utilisé par la plupart des grands centres informatiques. L'émergence de nouvelles technologies de stockage sur cartouches magnétiques et sur disques optiques a entraîné la disparition progressive des technologies de stockage sur ce type de bande. En conséquence, les constructeurs ont abandonné la fabrication des équipements de lecture et d'écriture de ces supports, alors que, pour les utilisateurs, les coûts de maintenance des équipements existants n'ont pas cessé de croître. Le C.N.E.S., comme d'autres organismes, a été contraint de procéder à une migration massive de toutes ses données vers de nouveaux types de support. Le même phénomène s'est produit en micro-informatique avec la quasi-disparition des disquettes depuis 2005. La bibliothèque de l'université Cornell aux États-Unis maintient à jour une liste impressionnante des supports numériques obsolescents ou en voie de disparition (cf. http ://www.icpsr.umich.edu/dpm/dpm-french/index.html ).

Tout aussi problématique est l'obsolescence des logiciels et des systèmes d'exploitation, ces deux outils évoluant à des rythmes différents. Les systèmes d'exploitation les plus anciens disparaissent du marché et sont remplacés. Les logiciels d'application qui fonctionnaient avec les anciens systèmes d'exploitation ne fonctionnement plus avec les nouveaux. De plus, ils ont évolué au cours du temps et sont souvent incapables de relire les documents créés avec les versions anciennes de ces mêmes logiciels. Un exemple frappant est celui de la suite logicielle bureautique Microsoft Office, qui comprend notamment trois logiciels d'application très connus : Word pour le traitement de texte, PowerPoint pour les présentations et Excel pour les feuilles de calcul. À ces trois logiciels s'ajoutent des applications complémentaires en fonction de l'option d'achat choisie. Depuis sa version 2007, Microsoft Office ne reconnaît plus les présentations réalisées avec PowerPoint 95 ou les textes écrits avec Word 2.0. Plus généralement, toute dépendance entre le document numérique et son environnement de création sera problématique à moyen terme.

Ces différents facteurs entraînent un risque sérieux de perte des documents au-delà de cinq ans et un risque majeur pour les documents qui ont dix ans ou plus si aucune précaution particulière n'a été prise pour leur conservation.

Si les principales difficultés en matière de pérennisation des documents numériques sont liées à la technologie, d'autres aspects sont en cause parmi lesquels :

– les aspects organisationnels et financiers, car la pérennisation de l'information nécessite l'embauche de compétences nouvelles (rares sur le marché), l'instauration de nouvelles responsabilités au sein des institutions, la mise en service de plates-formes informatiques dédiées et, par conséquent, des dépenses supplémentaires ;

– la mise en œuvre et la conservation dans le temps des conditions complexes imposées par la loi pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Archivage numérique : principe d'une archive

Archivage numérique : principe d'une archive
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Archivage numérique : classification des archives

Archivage numérique : classification des archives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : consultant indépendant, expert en archivage numérique auprès de la Commission européenne

Classification

Autres références

«  ARCHIVAGE NUMÉRIQUE  » est également traité dans :

ARCHIVES

  • Écrit par 
  • Françoise HILDESHEIMER
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un nouveau rapport à la mémoire et à sa conservation »  : […] La révolution numérique constitue, pour le monde de la conservation, un défi à la fois technologique et conceptuel. En effet, l'objectivité matérielle du document traditionnel, écrit ou imprimé, est assurée et ne pose aucun problème quant à son identification, une fois soumis à l'expertise classique de la critique historique. Aujourd'hui, l'audiovisuel et le numérique sont porteurs de contenus qu […] Lire la suite

HUMANITÉS NUMÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Thierry POIBEAU
  •  • 5 444 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un champ de recherche résolument transdisciplinaire »  : […] Le domaine des humanités numériques recouvre des recherches variées, liées à des domaines très divers, avec des finalités et des approches elles aussi très diverses. On peut par exemple citer le projet Time Machine. Lancé en 2012, le projet initial, Venice Time Machine (https://www.epfl.ch/research/domains/venice-time-machine/), est né d’une collaboration entre les Archives de la ville de Venise […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude HUC, « ARCHIVAGE NUMÉRIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archivage-numerique/