Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) Terre

Caractères architecturaux

La terre crue est à l'origine d'un grand nombre de types architecturaux. Citons, entre autres, dans le sud de la Chine, les vastes bâtiments collectifs ouverts sur une cour intérieure ronde ou carrée, fermés sur l'extérieur, dans lesquels vivent les communautés rurales Hakka ; au Yémen, les immeubles citadins de sept à dix étages (Shibam), dont les baies sont garnies de délicats meneaux et d'entrelacs de terre chaulée ; au Mali, les mosquées (Mopti) aux minarets effilés ornés de longues perches, aux intérieurs voûtés et peints de motifs colorés ; en Égypte, en Syrie, les agglomérations de mille coupoles ; au Pérou, plusieurs grandes églises baroques du xviiie siècle ; au sud-ouest des États-Unis, les villages indiens Hopis, Pueblos, savants assemblages de terrasses enchevêtrées sur cinq niveaux. Deux archétypes, sans doute les plus accomplis, résument l'ensemble des traits originaux de l'architecture de terre ; ce sont : la kasbah (château fort) des vallées présahariennes du Maroc, parfois immense et somptueuse comme celle des princes Glaoui à Telouet, malheureusement abandonnée à la ruine, et la case-obus des tribus Mousgoum du Cameroun. Toutes deux expriment avec force comment, des contraintes imposées par l'utilisation du béton de terre, furent tirés peu à peu des effets architecturaux spécifiques.

Shibam (Yémen)

Shibam (Yémen)

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou

Un matériau peu résistant

Architecture de terre, Mauritanie

Architecture de terre, Mauritanie

Le pisé, même stabilisé, ne possède qu'une faible résistance à la compression. Aussi, dans l'architecture de la kasbah, basée sur l'empilement de charges verticales, les effets tirés de murs massifs, de volumes internes peu ouverts sur l'extérieur prédominent-ils nettement. Les portiques qui bordent le patio intérieur n'ont pas la légèreté habituelle des colonnades : les piliers massifs laissent entre eux des intervalles beaucoup plus étroits que s'ils étaient de bois ou de pierre. La case-obus, elle, montre comment – le béton de terre ne pouvant supporter d'autres efforts que de compression – toute voûte réalisée avec ce matériau est nécessairement de forme parabolique. Enfin, pour accroître la résistance aux chocs des parties les plus exposées, l'entourage des baies en particulier, on les recouvre souvent d'un enduit dur à la chaux, dont la couleur, tranchant violemment sur celle de la terre, est source de nombreux motifs décoratifs particulièrement travaillés en Mauritanie.

Un matériau craignant la pluie

Sa perméabilité n'a jamais cependant empêché qu'on l'utilise dans les pays enneigés ou pluvieux. On dit en Angleterre qu'une maison en terre durera des siècles « si elle conserve toujours un chapeau et de bonnes bottes », c'est-à-dire un toit bien débordant et un socle en brique ou pierre. Au sud du Maroc, les averses sont rares mais violentes. Aussi les murs de la kasbah sont-ils protégés en haut par une corniche débordante, généralement en bois, elle-même retenue en place par des merlons qui animent la silhouette de l'édifice ; en bas, un soubassement de pierre en talus évite l'érosion due au rejaillissement de la pluie sur le sol ; et sur toute la surface du mur, un enduit perméable ralentit le ruissellement. C'est, de même, pour freiner l'eau de ruissellement qu'on dispose en quinconce, sur toute la voûte de la case-obus, des saillies oblongues d'un bel effet décoratif.

Un matériau plastique

Dans les architectures traditionnelles de terre, l'ornement en saillie ou en creux a beaucoup d'importance ; il renforce par contraste la puissance et la simplicité des volumes construits qui, sans lui, paraîtraient souvent pauvres.

La kasbah et la case-obus illustrent aussi le type d'ornementation auquel le pisé, encore humide, se prête le mieux : soit, en saillie, une composition de formes simples, vigoureuses, sans arêtes ni angles[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Shibam (Yémen)

Shibam (Yémen)

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou

Architecture de terre, Mauritanie

Architecture de terre, Mauritanie

Autres références

  • ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

    • Écrit par Anatole KOPP
    • 3 970 mots
    • 3 médias

    L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles...

  • ARCHITECTURE & MUSIQUE

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 7 426 mots
    • 1 média

    La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets,...

  • INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

    • Écrit par Antoine PICON
    • 4 261 mots
    • 5 médias

    Au cours de la Renaissance, les figures de l'architecte et de l'ingénieur se confondent pratiquement. Filippo Brunelleschi, généralement considéré comme un des pères fondateurs de l'architecture renaissante, est presque autant ingénieur qu'architecte. Ne conçoit-il pas les machines destinées...

  • ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

    • Écrit par Jean GUILLAUME
    • 967 mots

    Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage...

  • ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

    • Écrit par Martine VASSELIN
    • 1 060 mots

    De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression...

  • APPAREIL, architecture

    • Écrit par Roland MARTIN
    • 4 325 mots
    • 2 médias

    En termes d' architecture, l'appareil désigne les modalités d' assemblage, de liaison et de mise en valeur des matériaux de la construction. Il est un des éléments essentiels du caractère de l'édifice dont il souligne au premier coup d'œil les structures et souvent la fonction....

  • ARC DE TRIOMPHE

    • Écrit par Gilbert-Charles PICARD
    • 1 627 mots
    • 9 médias

    Un arc de triomphe est une structure architectonique composée de deux pylônes reliés par une voûte en plein cintre ; elle supporte par son intermédiaire un attique, base rectangulaire massive qui elle-même porte des statues. L'arc comprend en outre des colonnes plaquées contre les pylônes qui soutiennent...

  • Afficher les 40 références

Voir aussi