Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARAUCANS

Araucan est un mot forgé au xvie siècle par Ercilla, poète espagnol, à partir d'un nom de lieu indigène. Depuis lors, son usage s'est imposé en ethnologie pour désigner un ensemble de populations qui, parlant la même langue et culturellement apparentées, occupaient, à l'arrivée des conquistadores, le Chili central, du 30e parallèle au golfe Corcovado, et se sont étendues vers le nord-ouest de l'Argentine à partir du xviiie siècle. Selon leur habitat, elles se désignaient comme Picunche (les gens du Nord), Mapuche du Centre (les gens de la terre), Huilliche (les gens du Sud), Pehuenche de la Cordillère (les gens du pin, du nom de l'arbre qui leur fournissait leur nourriture principale), Ranquelche (les gens du roseau). Aujourd'hui, les Araucans du Chili, estimés à environ 500 000 personnes, sont concentrés entre le fleuve Bío-Bío et le canal de Chacao, la majorité d'entre eux vivant dans la région d'Araucanía. Beaucoup moins nombreux, les Araucans d'Argentine sont groupés au pied des Andes, dans la province de Neuquén. La plupart des distinctions tribales ont disparu et seuls subsistent les Mapuche du Chili central, les Huilliche de la Cordillère de la côte et quelques groupes andins et argentins.

Histoire

Selon les chroniques, les Araucans entrent pour la première fois dans l'histoire au xve siècle, lorsqu'ils arrêtent sur le fleuve Maule l'armée inca conduite par l'empereur Tupac Yupanqui et infligent aux « Péruviens » leur plus importante défaite militaire, fixant ainsi la limite méridionale de leur expansion territoriale et politique. Moins d'un siècle plus tard, Diego de Almagro, compagnon de Pizarre, fait une reconnaissance en pays araucan qu'occupe Pedro de Valdivia, fondateur, en 1541, de Santiago du Chili. Mais l'occupation n'apporta pas la pacification. Les Araucans luttèrent avec acharnement contre les Espagnols et parvinrent, à la fin du xvie siècle, à détruire totalement leurs établissements au sud du fleuve Bío-Bío. Là se place la frontière qui, durant quatre siècles, sépara de fait le Chili colonial, puis indépendant, du Chili indigène. En 1866, le gouvernement chilien institua le système des réserves et finalement, en 1884, les Mapuche, affaiblis par l'échec de plusieurs révoltes entre 1869 et 1880 et l'exode de nombre d'entre eux vers l'Argentine, capitulèrent et acceptèrent d'être regroupés dans les communautés où ils vivent encore aujourd'hui, sur ces terres dont les superficies, fixées il y a plus d'un siècle, sont cruellement insuffisantes. La réforme agraire promulguée par le gouvernement Frei, puis mise en pratique plus radicalement par le président Allende, a suscité des mouvements de récupération et d'invasion de terres dont les Mapuche se considéraient spoliés. Malgré la loi indigène de 1972, la tenure foncière et le système de production agricole ne réussissaient pas encore à améliorer sensiblement les conditions socio-économiques mapuches quand le coup d'État militaire de 1973 leur a fait subir répression (liquidation notamment des « leaders » de la réforme agraire et des mouvements culturels de la période 1970-1973) et régression (arrêt de la réforme, restitution de nombreuses terres aux anciens propriétaires, division accélérée des parcelles individuelles et des réserves en minifundi misérables).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, responsable de l'équipe de recherche en ethnologie sud-amérindienne associée au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

    • Écrit par Albert BENSOUSSAN, Michel BERVEILLER, François DELPRAT, Jean-Marie SAINT-LU
    • 16 119 mots
    • 7 médias
    La difficile conquête du Chili sur les tribus guerrières des Araucans inspira deux épopées à l'antique : l'Araucana(1569-1589), d'Alonso Ercilla y Zúñiga, et l'Arauco Domado(1596), de pedro de Oña, où les réminiscences de l'Arioste ne sont pas moins sensibles que l'imitation...
  • ANDES CORDILLÈRE DES

    • Écrit par Jean-Paul DELER, Olivier DOLLFUS
    • 10 963 mots
    • 5 médias
    ...Dans les Andes tempérées et humides du Chili, la pénétration des Incas et des Espagnols avait été bloquée sur le rio Bio Bio par la résistance des Araucans. Ces Indiens, venus des pampas argentines au xive siècle, vivaient dans les clairières de la forêt australe. La fin de la résistance araucane,...
  • ARAUCANIE

    • Écrit par Hélène LAMICQ
    • 600 mots
    • 1 média

    Région chilienne située au sud du Bío-Bío, entre le Chili colonial et la région des lacs, l'Araucanie, également appelée région de la frontière, est depuis le xve siècle le territoire des Mapuches (Araucans) et n’a été acquise par l’État chilien qu’à la fin du xixe siècle....

  • CRÉOLE MUSIQUE

    • Écrit par Oruno D. LARA
    • 1 938 mots
    • 1 média
    ...africains se retrouvent également dans les danses péruviennes cacharpán et zamacueca, alors qu'en sont exemptes les danses cachua et huaino. Les Araucans associent danses et chants à des cérémonies rituelles : nihuin, curetum, nuin, kunquen et choiqueprun. Leurs principaux instruments sont,...

Voir aussi