VAN LEEUWENHOEK ANTONIE (1632-1723)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La même année que son ami Jan Vermeer, Antoine van Leeuwenhoek naît à Delft. Après quelques années d'étude dans un collège de Leyde, il est placé comme apprenti chez un drapier d'Amsterdam. Reçu maître drapier lui-même, il s'installe, en 1649, dans sa ville natale, à l'enseigne de la Tête d'or (Het Gouden Hoofd).

Antoine Van Leeuwenhoek

Antoine Van Leeuwenhoek

Photographie

Portrait d'Antoine van Leeuwenhoek (1632-1723). Naturaliste hollandais, van Leeuwenhoek observe avec les microscopes qu'il construisait lui-même de nombreux types de cellules (cellules sanguines, spermatozoïdes, bactéries.). 

Crédits : Nimatallah/ AKG

Afficher

C'est sans doute en exerçant son métier qu'il cherche à améliorer le pouvoir grossissant des loupes, pour pouvoir — épreuve indispensable pour apprécier la qualité du drap — compter plus aisément le nombre de fils par unité de surface. Mais, bien au-delà de cette utilisation pratique, les lentilles biconvexes qu'il obtient, et dont il ne livrera jamais les secrets de fabrication, lui permettent de satisfaire son inlassable curiosité en explorant le champ encore peu connu, malgré l'invention antérieure du microscope à lentilles multiples, du monde des infiniment petits.

Il semble avoir abandonné de bonne heure le commerce du drap pour exercer diverses fonctions municipales (inspecteur des poids et mesures, jaugeur des vins et alcools entrant dans la ville, curateur des situations financières difficiles). Mais il continue, presque jusqu'à son extrême vieillesse, à examiner avec ses loupes tout ce qui lui tombe sous la main. Il construit pour cela un petit appareil dans lequel la lentille biconvexe se trouve insérée entre deux plaques d'argent ou de cuivre, percées d'un très petit orifice. L'objet à étudier est maintenu à la distance focale au sommet d'une tige dont on peut régler la hauteur par un système de vis. En dépit de la rusticité de leur construction, les microscopes de Leeuwenhoek étaient capables de fournir d'excellentes images, avec des grossissements allant de 50 à 300.

La réputation que Leeuwenhoek acquiert s'étend rapidement, et nombreux sont ses compatriotes et les étrangers les plus haut placés, notamment le tsar Pierre le Grand de passage à Delft, qui demandent la faveur d'être admis à regarder dans l'appareil les merveilles du monde des infiniment petits. On admire surtout la circulation du sang dans les capillaires de l'extrémité caudale des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en pharmacie et en médecine, chef de service honoraire à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  VAN LEEUWENHOEK ANTONIE (1632-1723)  » est également traité dans :

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Période prépasteurienne »  : […] À la fin du xv e  siècle, apparaissent les premières idées « modernes » sur les maladies infectieuses. Elles concernent surtout la syphilis : Ulsénius, en 1496, en affirme la contagiosité, puis vers 1519, von Hutten soupçonne, à son origine, de « petits vers ailés » et Paracelse, « de petits germes vivants ». Ces idées, bien que combattues par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_10615

GÉNÉRATION SPONTANÉE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 391 mots

Haute Antiquité Les écrits de Chine, d'Inde, de Babylone, d'Égypte relatent la production de pucerons, de mouches, de crapauds, à partir de bambous, d'ordures, de boue. Monde gréco-romain Les philosophes Thalès, Démocrite, Platon, Épicure et Lucrèce développent cette idée. Aristote en élabore une véritable théorie. Renaissance Bacon, Descartes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation-spontanee-reperes-chronologiques/#i_10615

JOBLOT LOUIS (1645-1723)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 885 mots

Le naturaliste français Louis Joblot est né à Bar-le-Duc, le 9 août 1645, très probablement dans une famille de marchands relativement aisés. On sait peu de choses sur sa vie et ce que l’on sait vient presque entièrement d’une biographie de 1895 rédigée par Wlodimir Konarski et publiée à Bar-le-Duc. D’abord apprenti chez un graveur à Paris, il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-joblot/#i_10615

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 880 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] Durant une longue période, l'existence des organismes invisibles à l'œil nu n'était qu'à peine soupçonnée ; ensuite, l'histoire de la microbiologie s'est clairement développée en trois phases. La première correspond aux xvii e et xviii e  siècles avec les premières observations microscopiques associées à la remise en cause de la notion de générati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiologie/#i_10615

MICROSCOPE, en bref

  • Écrit par 
  • Danielle FAUQUE
  •  • 264 mots

Il est difficile de dater avec précision la naissance du microscope. En 1615, Galilée (1564-1642) utilise un instrument à deux lentilles pour observer de petits objets et, en 1625, l'Accademia dei Lincei, à Rome, propose le mot microscopium . Les premiers microscopes présentent de graves défauts et les résultats sont décevants. Ils s'améliorent à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscope-en-bref/#i_10615

MICROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Christian COLLIEX, 
  • Jean DAVOUST, 
  • Étienne DELAIN, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Georges NOMARSKI, 
  • Frank SALVAN, 
  • Jean-Paul THIÉRY
  •  • 19 715 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Microscopie photonique ou optique »  : […] C'est probablement la vision de l'univers lointain et la mise au point des premières lunettes d'astronomie qui ont permis l'invention des premiers microscopes : l' objectif donne une image agrandie de l'objet, et l' oculaire sert, lui, à examiner l'image intermédiaire. Du point de vue de l'instrumentation, un des avantages de cette configuration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscopie/#i_10615

MICROSCOPIE DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

L'essor de l'anatomie microscopique à partir du xvii e  siècle a suivi l'invention d'instruments d'optique comportant des lentilles de verre qui permettent d'obtenir des images très agrandies en observant, à travers elles, de petits objets. Les premiers naturalistes qui ont utilisé de tels instruments, Robert Hooke (1635-1703) ou Nehemia Grew (1641 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscopie-du-vivant/#i_10615

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 222 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution technique du microscope »  : […] Les observations permises par le microscope (un appareil qui n'est, à ses débuts, qu'une simple lentille) ouvrent toute une série de champs entièrement nouveaux en zoologie et contribuent à lui donner un statut de véritable science. Avec cet outil, on découvre avec étonnement que l'anatomie d'animaux très petits est aussi complexe que celle des plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoologie-histoire-de-la/#i_10615

Pour citer l’article

Pierre NICOLLE, « VAN LEEUWENHOEK ANTONIE - (1632-1723) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-van-leeuwenhoek/