ANTICLÉRICALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sociologie de l'anticléricalisme

L'anticléricalisme a aussi une sociologie. D'une part, les diverses catégories composant une société ne sont pas également réceptives à ses arguments et, d'autre part, il prend des visages différents selon les milieux. À l'encontre d'une idée aujourd'hui assez répandue, mais qui n'est qu'une généralisation aventureuse, l'anticléricalisme n'appartient en propre à aucune classe ; en particulier, il n'est pas l'apanage des classes dites laborieuses. Celles-ci ne l'ont même embrassé qu'après que d'autres leur eurent donné l'exemple.

Il y eut ainsi un anticléricalisme aristocratique fait tout ensemble de jalousie entre ordres privilégiés, de mépris pour le clerc et de défiance de l'homme d'épée envers l'homme d'étude.

Il y eut ensuite un anticléricalisme bourgeois dont le voltairianisme exprime assez fidèlement l'inspiration et qui a animé le mouvement de sécularisation des sociétés occidentales.

Il existe aussi de longue date un anticléricalisme paysan, entretenu par un sentiment tenace contre les droits ecclésiastiques. On constate par exemple que la déchristianisation est généralement plus précoce et plus avancée sur les anciennes terres des abbayes en raison de la confusion entre clergé et propriétaire. Après la Révolution, les prétentions des clercs à recouvrer les biens du clergé mis en vente ont été, en certaines régions, un agent efficace de l'anticléricalisme. La surveillance du repos dominical, une stricte police des mœurs, l'interdiction des bals ont eu leur part dans le développement de l'anticléricalisme (cf. Paul-Louis Courier et sa Pétition pour les villageois qu'on empêche de danser).

Il y a enfin – et c'est dans les sociétés urbaines et industrielles contemporaines le plus important de tous – un anticléricalisme ouvrier. Ses origines sont antérieures à la révolution industrielle : de tout temps, certaines corporations ont été plus défiantes que d'autres à l'égard de l'Église. La naissance de la grande industrie, la formation du prolétariat, la conjonction surtout entre mouve [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  ANTICLÉRICALISME  » est également traité dans :

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « La fragilité associative française »  : […] La loi de 1901 était aux origines sans doute davantage une étape de la querelle religieuse qu'un progrès démocratique. Bien peu de Français se souviennent que la loi de 1901 est une loi anticléricale. Elle n'est que partiellement – pour le reste ou pour solde, si l'on veut – une loi de liberté civile. La loi de 1905 sur les associations cultuelles confirmera cette réalité politique en dissociant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/association/#i_18622

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Dans le chapitre « Le pari des catholiques libéraux »  : […] À vrai dire, c'était plutôt la contradiction du dogme tel qu'il était conçu avec le libéralisme tel qu'il se formulait alors. C'était en effet une gageure en 1830, et encore en 1870, de prétendre unir catholicisme et libéralisme. Le libéralisme paraissait trop lié à l' anticléricalisme : le postulat suivant lequel la religion n'était qu'une affaire privée dont la société n'avait pas à connaître ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-liberal-et-catholicisme-social/#i_18622

COMBES (É.)

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 821 mots

Le nom d’Émile Combes s’identifie avec les pratiques politiques qui, au début du xx e  siècle, fondent la République laïque au moyen de l’anticléricalisme militant. Né le 6 septembre 1835 dans une famille pauvre du Tarn (son père est tailleur d’habits), sixième de dix enfants, Émile Combes, encouragé par un cousin prêtre, voit son avenir dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/combes-e/#i_18622

GAUCHES BLOC DES (1899-1906)

  • Écrit par 
  • Henri LERNER
  •  • 697 mots

Le terme de Bloc des gauches désigne la coalition des modérés, des radicaux et des socialistes qui gouverne la France de juin 1899 à janvier 1906 sous le signe de l'anticléricalisme. L'arrivée au pouvoir de cette formation politique ne doit rien aux élections de 1898 favorables à la droite, mais est le contrecoup de l'affaire Dreyfus à la suite du changement d'attitude des républicains modérés qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bloc-des-gauches/#i_18622

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 588 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premier seuil de laïcisation et conflits des deux France »  : […] Napoléon Bonaparte et son conseiller Portalis vont effectuer une œuvre de recentrage et de stabilisation qui peut être qualifiée de « premier seuil de laïcisation ». Il est mis fin à la séparation des Églises et de l'État par la signature d'un concordat avec Rome (1801) et la création d'un système de « cultes reconnus » (1802) : catholicisme, protestantismes – luthérien et réforme – et, plus tard, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_18622

WOOLSTON THOMAS (1669-1733)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 670 mots

Précurseur de l'esprit critique qui, au xviii e siècle, accablera la religion chrétienne de son ironie, Woolston se rattache aussi à la tradition de Johannes Denck en privilégiant l'esprit aux dépens de la lettre. Mais, au regard des ridicules qu'il se plaît à souligner dans les textes sacrés, l'explication allégorique qu'il leur substitue manque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-woolston/#i_18622

Voir aussi

Pour citer l’article

René RÉMOND, « ANTICLÉRICALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticlericalisme/