ANTHROPOLOGY DAY (1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les jeux Olympiques de Saint Louis demeurent avant tout ceux de l'Amérique blanche. La guerre de Sécession est achevée depuis moins de quarante ans, la victoire du Nord sur le Sud a permis l'abolition de l'esclavage en 1865. Cette abolition ne signifie pas pour autant l'égalité des races, loin de là : malgré les 14e et 15e amendements de la Constitution votés par le Congrès en 1868 et en 1870 en vertu desquels aucune pratique discriminatoire ne peut être adoptée à l'égard de citoyens américains, la ségrégation s'instaure ; elle se légalise même en 1896 (arrêt « Plessy contre Ferguson » qui établit le principe de « facilités séparées, mais égales »).

Pour le Sud profond, dont Saint Louis est l'un des fleurons, la supériorité de la « race blanche » va de soi ; les jeux Olympiques de 1904 fournissent l'occasion de prouver « scientifiquement » ce fait. On organise ainsi l'Anthropology Day, deux jours en fait (12 et 13 août) durant lesquels il ne s'agit pas seulement de distraire le public, mais de tester, devant des scientifiques et des professeurs, les qualités athlétiques des races jugées « inférieures », bref de valider les thèses du racisme scientifique. William John McGee, le premier président de l'American Anthropological Association, directeur du département anthropologique de la Louisiana Purchase Exposition durant laquelle se déroulent les Jeux, apporte sa caution à l'événement. Ferenc Kemény, le seul délégué du C.I.O présent à Saint Louis, tente de s'opposer à cette farce en brandissant la Charte olympique : « Toute discrimination contre un pays ou une personne en raison de sa race, sa religion ou son régime politique est interdite. » Pour toute réponse, il reçoit une fin de non-recevoir.

Le programme sportif est établi : courses de sprint, de haies et de demi-fond, saut en hauteur, lancer du javelot, tir à l'arc, escalade du mât de 50 pieds, lutte à la corde... Des « séries éliminatoires » sont organisées : les représentants des différentes « ethnies » s'affrontent entre eux, puis les vainqueurs se confrontent lors de sortes de « finales interethniques ». Pour sélectionner les concurrents, on réquisitionne les participants parmi la main-d'œuvre à bon marché qui travaille sur l'Exposition universelle et on sort les Indiens de leurs réserves – Geronimo, le vieux chef apache, est même invité à assister aux épreuves. Indiens d'Amérique, Aïnous du Japon, Pygmées, Patagons d'Argentine, Moros et Igorots des Philippines, Cocopas du Mexique, Turcs, Syriens... sont inscrits d'autorité pour participer à ces « compétitions ». Le palmarès est officiellement établi et se voit largement commenté. George Mentz, un Sioux, est la « vedette » de ces journées : il remporte le 100 yards (11 s 4/5), le 440 yards et le saut en hauteur. D'un côté, les scientifiques se gaussent : « N'importe quel écolier [américain blanc] aurait fait mieux [que 11 s 4/5]. » De l'autre, les organisateurs se félicitent de la belle santé des Indiens qui, parqués dans des réserves « pour leur bien » par les Blancs, se montrent plus forts à la course que Patagons, Syriens ou Igorots... Tout est décortiqué afin d'analyse. On apprend ainsi que les Patagons, vainqueurs de la lutte à la corde, démontrent une certaine force, mais ne savent pas la mettre à profit pour lancer le poids, que les Cafres font preuve d'endurance. Les commentateurs soulignent l'agilité des Pygmées, notamment dans l'escalade du mât de 50 pieds, mais s'étonnent de la très mauvaise performance du meilleur des Pygmées dans le 100 yards (14 s 3/5) alors « qu'ils sont habitués à courir, nager et sauter pour chasser » ; en outre, on se désole du manque de sérieux de ces mêmes Pygmées, qui ne comprennent pas pourquoi il faut franchir des haies quand on peut les contourner. Le concours de tir à l'arc déçoit : seul un jeune Indien Cocopa est parvenu à atteindre deux fois la cible. Mais un certain docteur Simms, du sérieux Field Museum de Chicago, émet une hypothèse : ces échecs seraient dus au fait que, dans toutes ces tribus, le tir à l'arc se pratique surtout juché sur un cheval. Le docteur William John McGee avance une explication indulgente à ces contre-performa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  ANTHROPOLOGY DAY (1904)  » est également traité dans :

OLYMPISME ET POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 520 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les premières dérives »  : […] Si le mouvement olympique s'est refondé comme un contre-courant de l'histoire en marche, puisque, dès les Jeux de 1896, les mondes germanique (Allemagne, Autriche-Hongrie), anglo-saxon (Grande-Bretagne, États-Unis), la France, que tout oppose, participent à l'aventure, il s'est aussi bâti dans une vision bourgeoise et aristocratique : élitisme, qui empêche les professionnels de participer aux Jeux […] Lire la suite

SAINT LOUIS (JEUX OLYMPIQUES DE) [1904] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 352 mots

Dans le chapitre « 12-13 août »  : […] Dans le cadre de l'Exposition universelle et des jeux Olympiques, l' Anthropology Day est au programme. Pour tester durant deux jours les qualités athlétiques des races « inférieures » et satisfaire la curiosité d'éminents professeurs, on réquisitionne à cette fin, parmi la main-d'œuvre à bon marché travaillant sur l'Exposition universelle, des Indiens d'Amérique, des Aïnous du Japon, des Pygmées […] Lire la suite

SAINT LOUIS (JEUX OLYMPIQUES DE) [1904] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 301 mots
  •  • 1 média

Les jeux Olympiques de Paris en 1900, noyés dans l'Exposition universelle, avec leurs multiples compétitions éparpillées durant près de six mois dans la capitale française et sa périphérie, ouvertes aux sportifs amateurs et professionnels, concourant séparément ou ensemble, laissent Pierre de Coubertin amer et le mouvement olympique circonspect : n'aurait-il pas fallu répondre favorablement à la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ANTHROPOLOGY DAY (1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropology-day/