GIDDENS ANTHONY (1938- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « troisième voie »

Enfin, à travers une série d'essais publiés dans le courant des années 1990, Beyond Left and Right (1994), The Third Way (1998) et The Third Way and Its Critics (2000), Anthony Giddens s'est acquis une très large audience publique et médiatique comme l'un des principaux théoriciens de la « troisième voie » (entre néo-libéralisme et social-démocratie) qui a fait le succès idéologique et électoral de Tony Blair en Grande-Bretagne. En cherchant à définir une position politique de « centre radical » qui se situerait entre une droite néo-libérale « devenue radicale » et une gauche sociale-démocrate « désormais conservatrice », le plus proche conseiller politique de Tony Blair, renouant par certains aspects avec la tradition « libérale sociale » du début du xxe siècle en Grande-Bretagne, entend ainsi apporter des solutions politiques à la refonte de l'État-providence, imposée par la mondialisation et par « la transformation des contextes locaux, et même personnels, de l'expérience sociale ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, chargé de recherche Marie Curie, London School of Economics

Classification

Autres références

«  GIDDENS ANTHONY (1938- )  » est également traité dans :

BECK ULRICH (1944-2015)

  • Écrit par 
  • Mohamed NACHI
  •  • 1 602 mots

Dans le chapitre « La société du risque »  : […] Professeur de sociologie à l’université Ludwig-Maximilian de Munich à partir de 1992, Ulrich Beck enseigne également à la prestigieuse London School of Economics et à la Maison des sciences de l’homme de Paris ; il est par ailleurs Distinguished Research Professor à l’université de Cardiff en Grande-Bretagne. Il dirige la collection Seconde Modernité aux éditions Suhrkamp et anime le réseau de rec […] Lire la suite

INDIVIDUATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 773 mots

L’individuation constitue l’une des notions clés pour saisir l’ampleur du changement social qui caractérise l’avènement des sociétés industrielles à partir de la fin du xix e  siècle. Chacun à sa manière, les fondateurs de la discipline sociologique ont été confrontés à l’émergence de la notion comme de la réalité historique que représentait l’apparition d’un individu contemporain, progressivement […] Lire la suite

LOI SOCIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 935 mots

Selon Raymond Boudon et François Bourricaud (1982), il « est exagéré de prétendre que la sociologie soit essentiellement une science nomothétique , visant à la mise en évidence de lois générales ». Cette prétention est liée à l'ambition de la sociologie à la généralité, celle-ci fût-elle conditionnelle, et « peut donc prendre la forme de la recherche de lois générales, sans prendre nécessairement […] Lire la suite

MONDIALISATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Denis COLOMBI
  •  • 2 356 mots

Dans le chapitre « Les grandes approches de la mondialisation »  : […] L’analyse de la mondialisation a ainsi posé un problème méthodologique important à la sociologie : les outils traditionnellement utilisés sont liés au cadre national ; or celui-ci n’est plus le cadre allant de soi de la société. Le sociologue Ulrich Beck a invité les chercheurs à sortir du « nationalisme méthodologique ». La pratique ethnographique s’est par exemple considérablement renouvelée : e […] Lire la suite

RÉFLEXIVITÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 988 mots

La notion de réflexivité véhicule trois significations sociologiques majeures. Elle désigne d’abord une posture qui consiste à intégrer l’observateur dans le champ de l’observation. Comme l’a suggéré Norbert Elias dans Engagement und D istanzierung (1983), la pratique des sciences sociales doit composer avec les intérêts, les passions, les jugements et les partialités qui font le sel des confl […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Les paradigmes de la sociologie contemporaine »  : […] En perte de vitesse à compter des années 1970, les approches fonctionnalistes ne constituent qu'une pièce du puzzle que composent les divers paradigmes qui dominent la seconde moitié du xx e  siècle. L'absence de consensus parfait sur les objets, les méthodes et les théories à privilégier n'est pas en soi un problème. Signe de vitalité d'une discipline désormais bien ancrée dans le monde instituti […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une théorie de la structuration »  : […] Les sociologues qui se réclament de l'œuvre du sociologue anglais Anthony Giddens peuvent aussi être considérés comme « constructivistes » dans la mesure où sa théorie de la structuration repose sur un postulat central, la dualité du structurel, selon lequel le « structurel n'est pas extérieur aux agents [...] il est plus intérieur qu'extérieur à leurs activités [...] à la fois contraignant et […] Lire la suite

TROISIÈME VOIE, politique

  • Écrit par 
  • Laurent BOUVET
  •  • 1 518 mots

La « troisième voie » est un objet politique non identifié. Jusqu'à sa résurgence dans le débat des années 1990, la notion de troisième voie renvoyait essentiellement à la vulgate sociale-démocrate en matière socio-économique : une voie étroite entre capitalisme marchand et dirigisme étatique, résumée parfois dans l'expression, d'origine allemande, « économie sociale de marché ». Le terme lui-mê […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antonin COHEN, « GIDDENS ANTHONY (1938- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-giddens/