MERKEL ANGELA (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’entrée en politique

La vie d'Angela Merkel bascule avec le Mur, le 9 novembre 1989. Elle adhère à un petit parti de dissidents (Renouveau démocratique) où militent de nombreux pasteurs. Alors qu'elle s'est fait remarquer par sa capacité à organiser le service de presse, elle devient en avril 1990 porte-parole adjointe du dernier Premier ministre de RDA, Lothar de Maizière, et adhère à l'Union chrétienne-démocrate (Christlich-Demokratische Union, CDU) en août. Le secrétaire d'État parlementaire Günter Krause, qui négocie le traité de réunification au nom de la RDA, lui fait rencontrer le chancelier Kohl et attribuer une circonscription électorale dans l'extrême nord-est de l'Allemagne (Stralsrund-Rügen-Grimmen), près de la Pologne. Elle est élue députée au Bundestag le 2 décembre 1990.

Sensible aux qualités de celle qu'il appelle « Das Mädchen » (« la gamine »), malgré ses trente-six ans, Helmut Kohl accélère sa carrière politique en la nommant ministre des Femmes et de la Jeunesse (1991-1994), puis de l'Environnement (1994-1998). Vice-présidente fédérale de la CDU, elle consolide son ancrage régional en devenant présidente de la CDU du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale en 1993. Après seize années de pouvoir, Helmut Kohl perd les élections fédérales du 28 septembre 1998 et cède, en novembre, la présidence du parti à Wolfgang Schäuble (ministre de l'Intérieur), qui choisit Angela Merkel comme secrétaire générale de la CDU. Kohl et Schäuble sont compromis, en 1999, par le scandale des caisses noires du parti. Angela Merkel prend alors publiquement ses distances à l'égard de son mentor et des méthodes illégales de financement des partis.

Portée par un profond désir de renouvellement, la CDU la choisit comme présidente le 10 avril 2000. Avant les élections fédérales de 2002, elle cède le poste de candidat CDU-CSU à la chancellerie à Edmund Stoiber (président de la CSU et chef du gouvernement à Munich), mieux placé dans les sondages. L'échec de ce dernier remet Angela Merkel à la tête de l'opposition, où elle affermit son pouvoir en prenant la direction du groupe CDU-CSU au Bundestag. En mai 2005, « Angie », comme la surnomment ses partisans, est investie par son parti pour conduire la campagne aux élections législatives anticipées et, à l'automne, malgré les critiques des « barons » de la CDU-CSU (les chefs des gouvernements régionaux), elle l'emporte finalement contre Gerhard Schröder, son coriace adversaire du Parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Angela Merkel, accord de coalition, 2013

Angela Merkel, accord de coalition, 2013
Crédits : NurPhoto/ Corbis News/ Getty Images

photographie

Changement à la tête de la CDU, 2018

Changement à la tête de la CDU, 2018
Crédits : Thomas Lohnes/ Getty Images News/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MERKEL ANGELA (1954- )  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Allemagne d'Angela Merkel »  : […] Lors des élections législatives de septembre 2005, Angela Merkel fait campagne comme candidate des partis conservateurs (Union chrétienne démocrate, C.D.U. ; Union sociale-démocrate, C.S.U., uniquement présente en Bavière) en s'appuyant sur une plate-forme libérale. Présidente de la C.D.U. depuis 2000, Angela Merkel ne cache pas sa préférence pour une coalition conservatrice et libérale qui ne vo […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une politique européenne en demi-teinte »  : […] François Hollande est très favorable à la construction européenne. Il avait annoncé, au cours de sa campagne, vouloir demander à l’Union européenne des mesures fortes pour doper sa croissance. Il affirmait même son intention de renégocier le pacte budgétaire européen, adopté en mars 2012, sur la convergence des politiques monétaires et économiques des États membres. Mais la France ne parvient pas […] Lire la suite

LEYEN URSULA VON DER (1958- )

  • Écrit par 
  • Didier GEORGAKAKIS
  •  • 1 222 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une femme allemande »  : […] Première femme à occuper le poste de présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen n’a pas, sur le papier, la même envergure politique que ses prédécesseurs, tous anciens Premiers ministres depuis le départ de Jacques Delors en 1995. Ministre fédérale de la Famille, des personnes âgées, de la condition féminine et de la jeunesse (2005-2009), du Travail et des affaires sociales (2009 […] Lire la suite

SCHÄUBLE WOLFGANG (1942- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Wolfgang Schäuble est un homme politique allemand. Il est devenu président du Bundestag, l’assemblée des députés allemands, le 24 septembre 2017. Précédemment ministre des Finances en Allemagne, il est devenu au fil des années une référence en tant que défenseur de la rigueur budgétaire et du respect des traités définissant le fonctionnement de la zone euro. Ses prises de position, en particulier […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-28 février 2014 Ukraine. Renversement du président Viktor Ianoukovitch

Le 17 également, la chancelière allemande Angela Merkel reçoit à Berlin les dirigeants de l'opposition ukrainienne Arseni Iatseniouk et Vitali Klitschko. Le 17 toujours, la Russie annonce la reprise du versement de l'aide de 15 milliards de dollars promise à l'Ukraine en décembre, qui avait été suspendue au lendemain de la démission du Premier ministre en janvier. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri MÉNUDIER, « MERKEL ANGELA (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/angela-merkel/