SCHÄUBLE WOLFGANG (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Wolfgang Schäuble est un homme politique allemand. Il a été président du Bundestag, l’assemblée des députés allemands, de 2017 à 2021. Précédemment ministre des Finances en Allemagne, il était devenu au fil des années une référence en tant que défenseur de la rigueur budgétaire et du respect des traités définissant le fonctionnement de la zone euro.

Ses prises de position, en particulier pendant la crise grecque, ont suscité l’admiration, notamment en Europe du Nord, et la détestation, principalement en Europe du Sud. La soudaineté de cette notoriété est cependant paradoxale puisque cet homme politique allemand arpente depuis longtemps les allées du pouvoir à Bonn, puis à Berlin ainsi qu’à Bruxelles.

Wolfgang Schäuble

Photographie : Wolfgang Schäuble

Après avoir occupé plusieurs postes ministériels dans le gouvernement allemand depuis le milieu des années 1980, Wolfgang Schäuble est devenu président du Bundestag le 24 septembre 2017. Il célèbre ici son soixante-quinzième anniversaire devant les membres de l'Union... 

Crédits : Christoph Morin/ Bloomberg/ Getty Images

Afficher

Wolfgang Schäuble, né le 18 septembre 1942, est originaire de Fribourg-en-Brisgau, une ville du sud-ouest de l’Allemagne, située au pied de la Forêt-Noire et à 20 kilomètres de la frontière avec la France. Son père, opposant résolu au nazisme, se lance en politique après 1945 et fonde la section locale de ce qui deviendra la CDU (le parti chrétien-démocrate allemand). Wolfgang et son frère cadet s’associent très vite au destin politique de ce père admiré qui est élu au Landtag, le parlement régional, du Bade-Wurtemberg. Parallèlement à cette initiation à la politique, Wolfgang Schäuble suit des études de droit et obtient son doctorat en 1971. Dans la foulée, il est élu député au parlement fédéral à Bonn en 1972. À peine âgé de trente ans, il est un des « jeunes loups » de la CDU alors dans l’opposition. Helmut Kohl, le leader des chrétiens-démocrates, devient chancelier en octobre 1982 à la suite d’un changement d’alliance. Sa situation est durablement confortée par sa victoire aux élections de mars 1983. Wolfgang Schäuble fait partie de sa garde rapprochée. En novembre 1984, Kohl lui donne un titre de ministre, mais sans portefeuille. En avril 1989, il est nommé ministre de l’Intérieur. Cela fait de lui le négociateur puis le signataire du traité de réunification de l’Allemagne à la suite de la chute du mur de Berlin.

Les années 1990 sont difficiles pour Wolfgang Schäuble. Le 12 octobre 1990, un déséquilibré tente de le tuer ; il restera paralysé des deux jambes. Désormais, il se déplace en fauteuil roulant. Dauphin désigné d’Helmut Kohl, il attend que ce dernier se retire mais, quand cela arrive, en 1998, la CDU, usée par une longue période de pouvoir, perd les élections. Après cette défaite, Wolfgang Schäuble est emporté avec Kohl par les scandales liés au financement de leur parti et doit s’effacer devant l’étoile montante, Angela Merkel. Sur le plan international, pour rassurer les partenaires européens sur les intentions allemandes après la réunification et préparer l’accueil des anciens pays communistes, il rédige en 1994 avec son collègue de la CDU Karl Lamers un texte connu sous le nom de document Schäuble-Lamers. Ce manifeste propose une Europe à deux vitesses, où l’approfondissement des relations au sein du noyau dur historique se combine avec l’élargissement à l’Europe de l’Est nouvellement libre. Bien qu’unanimement salué, ce manifeste reste lettre morte.

C’est donc un homme marginalisé, dont le handicap physique et une certaine rigidité morale toute protestante inspirent néanmoins le respect, que la chancelière Angela Merkel vient chercher en 2005 pour occuper de nouveau le poste de ministre de l’Intérieur. En octobre 2009, il change de portefeuille et prend en charge le ministère des Finances. Au même moment, le nouveau gouvernement grec constate que les caisses de l’État sont vides. Commence une période où, pendant six ans, l’Europe vit au rythme des drames provoqués par le financement des dettes publiques des pays d’Europe du Sud, singulièrement de la Grèce.

Toujours courtois, parfois absent pour des raisons de santé, Schäuble s’impose comme l’homme clé des réunions qui s’enchaînent. Il affiche une position ferme qui repose sur deux principes : le premier est que tout pays qui adhère à la zone euro doit en respecter scrupuleusement les règles, notamment budgétaires ; s’il ne peut pas équilibrer ses comptes publics sur le long terme et rester en dessous d’un déficit d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCHÄUBLE WOLFGANG (1942- )  » est également traité dans :

MERKEL ANGELA (1954- )

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  • , Universalis
  •  • 1 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’entrée en politique »  : […] La vie d'Angela Merkel bascule avec le Mur, le 9 novembre 1989. Elle adhère à un petit parti de dissidents (Renouveau démocratique) où militent de nombreux pasteurs. Alors qu'elle s'est fait remarquer par sa capacité à organiser le service de presse, elle devient en avril 1990 porte-parole adjointe du dernier Premier ministre de RDA, Lothar de Maizière, et adhère à l'Union chrétienne-démocrate (C […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc DANIEL, « SCHÄUBLE WOLFGANG (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-schauble/