WILES ANDREW JOHN (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien anglais, né le 11 avril 1953 à Cambridge.

Andrew John Wiles étudie au Merton College d’Oxford, où il obtient sa licence en 1974, puis au Clare College de Cambridge, où il obtient son doctorat en 1980. D’abord nommé à l’université Harvard (Massachusetts), Wiles rejoint celle de Princeton (New Jersey) en 1982. Il travaille sur un certain nombre de problèmes non résolus de la théorie des nombres : la conjecture de Birch et Swinnerton-Dyer, la principale conjecture de la théorie d’Iwasawa, ainsi que la conjecture de Shimura-Taniyama-Weil. Ses recherches sur cette dernière apportent la démonstration du grand théorème de Fermat – plutôt une conjecture en réalité –, selon lequel il n’existe aucune solution entière non nulle à l’équation xn + yn zn lorsque n est supérieur à 2. Au xviie siècle, Fermat avait prétendu avoir résolu ce problème, posé quatorze siècles plus tôt par Diophante, mais sans en faire la démonstration, prétendant dans une annotation marginale qu’elle ne tiendrait pas dans ladite marge. Nombre de mathématiciens avaient alors tenté d’apporter la preuve de ce théorème au fil des siècles, mais en vain. Wiles est fasciné par cette conjecture dès qu’il la découvre, à l’âge de dix ans. L’article dans lequel il publie sa démonstration commence par la citation latine de Fermat sur le manque de place en marge de l’œuvre de Diophante, puis résume l’histoire récente du problème avant d’en présenter la résolution.

Pendant les sept années qu’il met à établir la preuve de ce théorème, Wiles tourne son attention sur peu d’autres sujets. Sa démonstration, fondée sur les courbes elliptiques et les formes modulaires, s’appuie sur les travaux de Gerhard Frey, Barry Mazur, Kenneth Ribet, Karl Rubin, Jean-Pierre Serre et de nombreux autres mathématiciens. Wiles annonce pour la première fois ses résultats lors d’une série de conférences données à Cambridge en juin 1993, intitulées innocemment « Modular Forms, Elliptic Curves, and Galois Represen [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  WILES ANDREW JOHN (1953- )  » est également traité dans :

DÉMONSTRATION DU GRAND THÉORÈME DE FERMAT (A. J. Wiles)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

Dans un article intitulé « Courbes elliptiques modulaires et dernier théorème de Fermat », Andrew John Wiles (né en 1953) donne la première démonstration intégrale du grand théorème de Fermat. En 1630, Pierre de Fermat avait affirmé que l'équation x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demonstration-du-grand-theoreme-de-fermat/#i_32844

FERMAT PIERRE DE (1601-1665)

  • Écrit par 
  • Catherine GOLDSTEIN, 
  • Jean ITARD
  • , Universalis
  •  • 4 157 mots

Dans le chapitre « L'approche de Wiles »  : […] Les années 1980 ont vu naître de nouveaux espoirs, le théorème de Fermat ayant été intégré dans plusieurs théories en plein développement. En améliorant des estimations analytiques très fines, Étienne Fouvry prouva en 1985 l'existence d'une infinité d'exposants premiers p pour lesquels l'équation de Fermat a p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-fermat/#i_32844

LANGLANDS ROBERT (1936- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 086 mots
  •  • 1 média

Le prix Abel 2018 décerné par l’Académie norvégienne des sciences et des lettres, qui depuis 2003 récompense un mathématicien dont les « contributions sont reconnues comme extraordinairement profondes et influentes pour les sciences mathématiques », a couronné le Canadien Robert Phelan Langlands pour son « programme visionnaire reliant la théorie des représentations des groupes à la théorie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langlands-robert-1936/#i_32844

PRIX ABEL 2016

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 206 mots
  •  • 2 médias

Le 15 mars 2016, l’Académie norvégienne des sciences et des lettres a décerné le prix Abel 2016 au mathématicien anglais Andrew John Wiles « pour avoir démontré de manière éclatante le dernier théorème de Fermat par le biais de la conjecture de modularité pour les courbes elliptiques semi-stables, ouvrant ainsi une nouvelle ère dans la théorie des nombres ». Wiles est né le 11 avril 1953 à Cambri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-abel-2016/#i_32844

SHIMURA-TANIYAMA-WEIL CONJECTURE DE

  • Écrit par 
  • Christophe BREUIL
  •  • 4 572 mots

Dans le chapitre « Énoncé »  : […] Il existe plusieurs formulations équivalentes de la conjecture de Shimura-Taniyama-Weil, insistant soit sur l'aspect géométrique, soit sur l'aspect analytique. Nous privilégions ici une formulation explicite plutôt analytique, pouvant par exemple se tester sur ordinateur. Soit E une courbe elliptique définie sur ℚ. Rappelons que l'on a associé à E un e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjecture-de-shimura-taniyama-weil/#i_32844

Pour citer l’article

« WILES ANDREW JOHN (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-john-wiles/