ORLÉAN ANDRÉ (1950- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l’École polytechnique à La Violence de la monnaie

André Orléan est né à Paris en 1950. Passionné dès son plus jeune âge par l’« élégance » des mathématiques et par le cinéma, il intègre l’École polytechnique en 1971. Après une formation de deux ans à l’École nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE), il poursuit en 1976 dans le corps de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Au Service des programmes (1976-1979), où il rejoint Christian Sautter, Jean-Michel Charpin, Pierre-Alain Muet et Michel Aglietta, André Orléan a la charge des prévisions du commerce extérieur et de la compétitivité des grandes entreprises nationales.

Sa rencontre avec Michel Aglietta en 1975 est décisive pour la suite de sa carrière. Il crée avec lui un séminaire consacré à l’étude de « Quatre économies dominantes » (France, Allemagne, États-Unis, Japon de 1976 à 1980) qui prolonge le séminaire « Régulation et crise du capitalisme ». C’est l’occasion pour lui d’explorer la théorie de la régulation et de l’appliquer à la compréhension de l’économie allemande. En mars 1980, André Orléan soutient sa thèse de doctorat « L'histoire monétaire de l'Allemagne entre 1848 et 1923 : un essai d'analyse théorique » à la Sorbonne. Ce travail contient les notions fondatrices de sa pensée, dont l’idée de centralisation-fractionnement, à savoir cette capacité des sociétés à se constituer en tout unifié puis à se disloquer avant de se reconstituer en tout. La monnaie est emblématique de cette dynamique du fait de sa capacité à faire unanimité au sein d’un groupe social, avant que ne survienne une crise (l’hyperinflation, par exemple), où chaque acteur privé de référent commun scrute l’autre dans l’espoir d’y trouver un nouvel assentiment généralisé. André Orléan qualifie ce jeu spéculaire de crise d’autoréférentialité.

De cette thèse et des échanges intellectuels nourris avec Michel Aglietta naît La Violence de la monn [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORLÉAN ANDRÉ (1950- )  » est également traité dans :

LA MONNAIE ENTRE VIOLENCE ET CONFIANCE (M. Aglietta et A. Orléan) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 034 mots

Au cours des xviiie et xixe siècles s'impose une conception de la monnaie réduite à celle d'un simple instrument d'échange. L'idée que la monnaie est neutre et sans aucune incidence sur les données réelles de l'économie (production, emploi, etc.) sera dès lors peu c […] Lire la suite

POUR UNE APPROCHE COGNITIVE DES CONVENTIONS ÉCONOMIQUES, André Orléan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 240 mots

Les années 1970 sont marquées par le regain de vitalité d'une « nouvelle macroéconomie classique » fondée, d'une part, sur le principe de rationalité étendu aux anticipations et, d'autre part, sur la revendication d'une coordination par le marché. Face à ce modèle dominant, de nouvelles hétérodoxies se construisent : la volo […] Lire la suite

AGLIETTA MICHEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Yamina TADJEDDINE
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Penseur du capitalisme et de la monnaie, Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance . Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938 à Chambéry, il intègre l’École polytechnique en 1959, puis entre à l’Institut national de la statistique et des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yamina TADJEDDINE, « ORLÉAN ANDRÉ (1950- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-orlean/