BOULLE ANDRÉ-CHARLES (1642-1732)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Commode Boulle

Commode Boulle
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Table-console

Table-console
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Armoire à fronton brisé

Armoire à fronton brisé
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Créateur et dessinateur français d'ameublement, André-Charles Boulle donna son nom à une technique de placage des meubles par marqueterie d'écaille et de métal : celle-ci connut une grande célébrité dans toute l'Europe à la fin du xviie siècle et au xviiie, mais il ne l'avait point inventée et il fut loin d'être le seul à la pratiquer.

Des talents multiples

André-Charles Boulle, fils d'un ébéniste peu connu, Jean Boulle, est né à Paris. Il semble apparenté à un certain Pierre Boulle, fabricant de meubles, originaire du canton de Neuchâtel en Suisse ; cet artisan fut remarqué et devint « ébéniste du roi » en 1619. Le premier apprentissage d'André-Charles Boulle lui fut sans doute donné par son père. Plus tard, il deviendra décorateur et sculpteur sur bois à la manufacture des Gobelins, dont le directeur, Charles Le Brun, allait exercer une puissante influence sur lui. En 1664, Boulle prit un atelier dans l'enceinte du collège de Reims, près de Saint-Germain-des-Prés, ce qui lui permit de travailler comme « ouvrier libre », hors des contraintes de la Corporation des menuisiers. Il conservera cet atelier jusqu'en 1676, mais obtint le 21 mai 1672, sur la recommandation de Colbert, qui déclara à Louis XIV que Boulle était « le plus habile [marqueteur] de Paris », un logement et un atelier au Louvre, rendus libres par le décès de Jean Massé, le célèbre ébéniste et marqueteur. Il travaillera dès lors jusqu'à sa mort pour la Couronne, en tant qu'« ébéniste ordinaire du roi », tout en continuant à livrer des commandes à la clientèle privée, et conserva plusieurs années son local dans le collège de Reims, quelque temps encore après l'extension considérable de son logement au Louvre (1679).

Les talents de Boulle étaient multiples. Il est mentionné comme peintre dans les Comptes des bâtiments. Un peu plus tard, un brevet royal parle de lui comme « ébéniste, faiseur de marqueterie, ciseleur et doreur ». Très demandé, il employa dans son atelier, durant un certain temps, pas moins [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOULLE ANDRÉ-CHARLES (1642-1732)  » est également traité dans :

MARQUETERIE

  • Écrit par 
  • Catherine ROSEAU-LÉVESQUE
  •  • 3 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Marqueterie et perspective »  : […] Les réflexions sur la perspective qu'entreprirent, vers 1425, à Florence, les premiers théoriciens de la Renaissance : Brunelleschi, Alberti, Paolo Uccello, Piero Della Francesca, apportèrent une petite révolution dans l'esprit de la marqueterie ; elles en renouvelèrent et elles en fixèrent pour longtemps le répertoire. En effet, Brunelleschi illu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marqueterie/#i_8095

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cuivre, le bronze, le laiton »  : […] Le cuivre pur est à l'origine des alliages que sont le bronze et le laiton. Il a été mis en forme au repoussé à toutes les époques, mais il a souvent été doré, émaillé, recouvert ou incrusté d'autres matières. Il a beaucoup servi à la fabrication d'objets de la vie quotidienne. La chaudronnerie regroupe ce type de production et certains pays, com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_8095

MONTIGNY PHILIPPE CLAUDE (1734-1800)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 139 mots

Fils de Louis Montigny, ébéniste du faubourg Saint-Antoine, Philippe Montigny, reçu maître en 1766, se fit une spécialité des meubles imitant les meubles de Boulle. On assiste, en effet, à la fin du xviii e  siècle, à un renouveau de la mode des meubles d'ébène à marqueterie d'écaille et de cuivre. La technique ne s'en était jamais perdue puisque l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-claude-montigny/#i_8095

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis John Bagott WATSON, « BOULLE ANDRÉ-CHARLES - (1642-1732) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-charles-boulle/