GOBELINS MANUFACTURE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

photographie

Pierre Alechinsky

Pierre Alechinsky
Crédits : D. Janin/ AFP/ Getty

photographie


La manufacture nationale des Gobelins est née de la fusion des ateliers parisiens de lisse et de leur réorganisation voulue par Louis XIV et Colbert. Henri IV avait créé en 1597, pour concurrencer les ateliers flamands, une manufacture transférée au Louvre en 1606 ; en outre, en 1601, deux entrepreneurs flamands, François de La Planche et Marc de Comans, obtinrent d'installer leur fabrique au faubourg Saint-Marcel dans l'ancien hôtel de la famille Gobelin. À la mort de François de La Planche en 1627, ses héritiers s'installèrent faubourg Saint-Germain tandis que les Comans demeuraient dans l'hôtel des Gobelins. Après la disgrâce de Fouquet, Louis XIV confisqua les métiers de l'atelier privé du surintendant à Maincy et réunit en 1662 toutes les manufactures existantes sous la direction de Le Brun dans l'hôtel du faubourg Saint-Marcel. En 1667, les lettres patentes officialisaient la fondation de la manufacture royale des meubles de la Couronne rassemblant les tapissiers, brodeurs, bronziers, ébénistes, mosaïstes, orfèvres qui devaient désormais travailler pour le roi.

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris

Photographie

L'Enlèvement de la belle Hélène par Pâris. Tapisserie des Gobelins, XVIIe siècle. Château de Cheverny, Loir-et-Cher. 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

Afficher

Les ateliers de la tapisserie comptaient environ deux cent cinquante ouvriers qui étaient logés sur place et répartis en trois ateliers de haute lisse et un de basse lisse. Le Brun s'entoura d'une équipe de peintres qui avaient chacun leur domaine d'excellence (paysages, fleurs et fruits, animaux, architectures, personnages, etc.), cette spécialisation se retrouvant chez les lissiers exécutants. Le roi fournissait les matières premières — laine, soie, fils d'or ou d'argent — et en défalquait le prix lors de l'achat des tentures. Durant son directorat (1662-1690), Le Brun fut chargé de « faire les desseins de la tapisserie et de les faire exécuter correctement ». On acheva les Portières commencées pour Fouquet, puis on commença les Éléments et l'Histoire d'Alexandre, à la gloire du roi. L'exaltation de la royauté devint éclatante avec l'Histoire du roi et les Maisons royales. Mais les difficultés politiques et économiques de la fin du siècle entraînèrent la man [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Toulouse-II

Classification


Autres références

«  GOBELINS MANUFACTURE DES  » est également traité dans :

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 776 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les arts décoratifs au service d'un genre »  : […] Mais cette diffusion passe aussi par d'autres voies, et Boucher est sans doute, au xviii e  siècle, le premier artiste, sinon le seul, à avoir connu de son vivant, et depuis ses débuts, une aussi prodigieuse diffusion de ses modèles et de ses inventions par la gravure de reproduction. Dès 1733, Gérard Jean Baptiste Scotin grave la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-boucher/#i_3571

COLBERTISME

  • Écrit par 
  • Jean IMBERT
  •  • 4 803 mots

Dans le chapitre « La protection des manufactures »  : […] Dans ce domaine encore, Colbert n'innove pas : il pense rétablir et multiplier les manufactures qu'il croit avoir été florissantes sous le règne d'Henri IV. Son succès vient de son énergie et de sa persévérance : il commence par entreprendre dans toute la France une enquête qui le renseigne sur les ressources économiques des diverses provinces, sur la main-d'œuvre dont elles disposent et enfin sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colbertisme/#i_3571

LE BRUN CHARLES (1619-1690)

  • Écrit par 
  • Jennifer MONTAGU
  •  • 3 109 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le directeur de la manufacture royale des Gobelins »  : […] Ce sont les mêmes principes qui guidèrent le travail de Le Brun aux Gobelins. Les ameublements qui y étaient fabriqués pour les palais royaux se bornaient rarement au rôle de pure décoration Les scènes des tapisseries visaient à glorifier les hauts faits et les vertus du roi ; c'est le cas de l' Histoire d'Alexandre , héros à qui il fut souvent comparé, de la série des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-le-brun/#i_3571

OUDRY JEAN-BAPTISTE (1686-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 381 mots

Le nom de Jean-Baptiste Oudry est resté assez célèbre comme celui du meilleur peintre d'animaux au xviii e siècle. Il convient pourtant de ne pas négliger les autres aspects de sa carrière . Oudry fut le disciple de Largillière, lequel lui aurait conseillé de se spécialiser dans la peinture des animaux. Les leçons de cet enseignement ont profondé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-oudry/#i_3571

PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Laurent CHANETZ
  •  • 6 538 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les manufactures d'État »  : […] Tant dans le domaine civil que militaire, la monarchie absolue va en effet doter la France de bâtiments industriels prestigieux, dont l'architecture empruntée aux palais des princes magnifie le pouvoir royal. Aux xvii e et xviii e  siècles, la France se couvre ainsi d'un blanc manteau de manufac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-france/#i_3571

SAVONNERIE MANUFACTURE DE LA

  • Écrit par 
  • Bernard CHEVALLIER
  •  • 762 mots
  •  • 1 média

Au début du xvii e  siècle, Pierre Dupont (lequel prétendait avoir inventé la technique des tapis veloutés de haute laine — alors qu'elle existait bien avant lui), obtint d'Henri IV le privilège d'établir un atelier de tapis « façon du Levant et façon de Turquie » sous la Grande Galerie du Louvre. Il s'associa en 1626 avec un de ses anciens élèves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-de-la-savonnerie/#i_3571

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le xixe siècle : les prémices du renouveau »  : […] La nouvelle répartition des fortunes et la crise que traversaient les métiers d'art depuis la tourmente révolutionnaire française entraînèrent la fermeture de la plupart des ateliers en Europe. Une modeste production se maintint en France, car Napoléon avait eu pour dessein de faire de la tapisserie le principal ornement des maisons impériales, à laquelle il faut ajouter la fabrication de garnitur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_3571

Pour citer l’article

Michèle HENG, « GOBELINS MANUFACTURE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-des-gobelins/