AN LUSHAN [NGAN LOU-CHAN] RÉBELLION D' (755-763)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

An Lushan (705-757) n'est en fait que le principal héros d'un épisode central dans l'histoire de la Chine impériale. Né dans le Nord-Est d'un officier sogdien et d'une mère turque, polyglotte, propulsé au sommet de la hiérarchie militaire par ses prouesses et par un talent exceptionnel pour l'intrigue, c'est un pur produit de cette frontière sino-barbare dont les Tang, à partir des années 730, ont abandonné la défense à des commissaires impériaux (jiedushi) commandant des armées professionnelles de mercenaires. Dans les années 740, il est devenu la coqueluche de la cour, qui, tout en s'amusant des pitreries de cet obèse jovial, redoute sa puissance ; il finira par cumuler de nombreux titres honorifiques avec le commandement de trois régions militaires, dans le Nord et le Nord-Est (746). Entré en conflit avec le Premier ministre Yang Guozhong, il lève l'étendard de la révolte (755), marche sur la plaine centrale, s'empare de la capitale orientale, Luoyang, et se proclame empereur d'une dynastie Da Yan. Malgré la résistance qui s'organise (il est coupé de sa base du Nord-Est), il réussit à prendre la capitale Chang'an. L'empereur Xuanzong fuit vers l'ouest, doit faire face à une révolte de sa garde, laquelle obtient l'exécution de Yang Guozhong et de sa cousine, la favorite Yang Guifei (épisode entré dans la légende et chanté par les poètes), et va se réfugier au Sichuan après avoir laissé le trône à son fils, le futur Suzong, chargé de sauver la dynastie. Malade et sujet à des accès de démence, An Lushan est assassiné par son fils An Qingxiu (757), qui poursuit la lutte. À la fin de 757, les Tang ont repris les deux capitales avec l'aide d'une tribu de Turcs sédentarisés, les Ouïgours, qui retournent chez eux gorgés de butin. À Fanyang (Pékin), Shi Siming ( ?-761), le principal lieutenant d'An Lushan, se rallie aux Tang puis rompt avec eux dès qu'il sent sa sécurité menacée (758). Appelé au secours par An Qingxi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  AN LUSHAN [ NGAN LOU-CHAN ] RÉBELLION D' (755-763)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La deuxième partie de l'époque des Tang »  : […] La rébellion militaire qui se déclare à la fin de 755 dans la région de l'actuel Pékin est menée par un général, métis de Sogdien et de Turque, du nom d' An Lushan. Les armées rebelles s'emparent des deux capitales, Luoyang et Chang'an, au début de 756, et obligent l'empereur à se réfugier au Sichuan. L'Empire des Tang ne survivra que grâce aux troupes étrangères, celles des Ouïgours, Turcs sédent […] Lire la suite

DYNASTIE TANG - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 262 mots

615 L'empereur Sui Yangdi est encerclé dans le Shanxi par les Turcs orientaux. 618 Li Yuan, un chef militaire, qui recevra le titre posthume de Gaozu, proclame l'avènement de la nouvelle dynastie des Tang. 626 Le général Li Shimin, deuxième fils de l'empereur Li Yuan, élimine ses frères et force son père à abdiquer. Il reçoit le surnom de Taizong sous lequel il est connu. 655 Wu Zhao, qui a ap […] Lire la suite

YANG GUIFEI (morte en 756)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 354 mots

Concubine du grand empereur des Tang Xuanzong (r. 712-756), Yang Guifei était connue pour sa beauté. L'empereur aurait par sa faute négligé ses devoirs, et la dynastie Tang (618-907) fut fortement ébranlée par la rébellion qui s'ensuivit. L'histoire de cette favorite a fait l'objet d'innombrables poèmes et pièces de théâtre célèbres, tels que Changhenge ( Chant de l'éternel regret ), poème narrati […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « AN LUSHAN [NGAN LOU-CHAN] RÉBELLION D' - (755-763) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/an-lushan-ngan-lou-chan-rebellion-d/