AMÉRIQUE (Histoire)Amérique portugaise

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cycle du sucre

Vers 1570, le sucre succède au bois comme produit dominant de l'économie brésilienne. Cette domination va durer jusqu'au début du xviiie siècle, lorsque l'or prendra le relais du sucre.

L'introduction de la canne

La canne à sucre était déjà connue au Portugal à la fin du Moyen Âge. On la cultivait aussi en Sicile et dans le Levant espagnol. À la fin du xve siècle, on la voit se répandre à Madère, aux Açores, aux îles du Cap-Vert, aux îles São Tomé et Principe, aux Canaries. Madère apparaît très vite comme la plus grande productrice. Mais, après 1570, la production du sucre y décline : le sol s'épuise, la canne est atteinte d'une maladie, l'espace est trop exigu. C'est l'époque où le Brésil prend le relais de Madère : de vastes espaces vierges, assez humides pour dispenser de l'irrigation, offrent, dans les plaines côtières, autour de Pernambouc, de Bahia, plus au nord ou plus au sud même, les conditions nécessaires à un gros accroissement du rendement, donc des profits.

Dès 1533, le premier moulin à sucre avait été construit dans l'île de São Vicente, près de la ville actuelle de Santos, par des marchands flamands, les Schetz. En 1570, il y avait déjà 5 moulins construits dans le Sud (au sud de Porto Seguro), 31 dans le Centre (en particulier autour de Bahia), et 24 au nord du São Francisco (en particulier à Pernambouc). En 1610, le Nord possédait 140 moulins, le Centre 50, le Sud 40. La plaine côtière assez plate, la position géographique du Nord-Est favorisaient Pernambouc.

La production sucrière

La sesmaria accordée à un grand propriétaire forme une vaste exploitation dont le centre est le moulin à sucre (engenho de assucar). Mais le maître de moulin fait cultiver une partie de ses terres par des colons (lavradores), fermiers liés par des baux de neuf à dix-huit ans, avec obligation de laisser, s'ils s'en vont, une partie de la surface affermée plantée en cannes. Le maître et les colons utilisent comme main-d'œuvre des esclaves indiens et noirs, le nombre de ceux-ci tendant à augmenter à travers le xviie siècle. Une fois coupée, la canne est transportée par eux au moulin, soit hydraulique, soit plus souvent trapiche, c'est-à-dire mû par des bœufs. La double meule à axes horizontaux a été remplacée, dans le courant du xviie siècle, par une meule triple à axes verticaux, d'un rendement supérieur. Le jus extrait des cannes est cuit dans des « chaudières » (caldeiras), puis purgé, c'est-à-dire raffiné dans des cônes de terre cuite placés dans un hangar la pointe en bas et troués pour que puissent s'écouler l'eau qu'on y a mise et les impuretés qu'elle entraîne. Selon la pureté, on distingue différentes catégories de sucre blanc et de « moscouade ». Pour être expédié en Europe, le sucre est mis dans des caisses dont le contenu a varié entre 150 et 240 kilos. Il ne semble pas que cette production ait rapporté de gros profits aux maîtres de moulins, d'autant que pesait sur eux une assez lourde fiscalité, en particulier les « dizimes » (dizimos), analogues à nos dîmes, mais revenant au roi et non au clergé. Ce furent plutôt les commerçants qui tirèrent profit de cette économie sucrière, car ils s'efforçaient de revendre assez cher le sucre en Europe : le marché brésilien restait sous la dépendance du marché de consommation européen et la chance d'un maître de moulin était d'être lui-même marchand ou parent de marchand. De toute façon, pour la subsistance quotidienne, le moulin à sucre représentait une sorte de domaine seigneurial d'économie fermée, non monétaire ; les profits monétaires et commerciaux ne servaient qu'aux dépenses de luxe et à quelques investissements d'entretien et d'amortissement, une fois faites les dépenses initiales.

Les esclaves

L'esclavage étant encore une pratique courante en Méditerranée et en Afrique au xvie siècle, les Portugais l'adoptèrent au Brésil dès qu'ils voulurent faire travailler les Indiens. Les donataires reçurent le droit de les mettre en esclavage et même d'en vendre un certain nombre sur le marché de Lisbonne. Ces Indiens étaient assez primitifs et ne se révélèrent guère aptes au travail sédentaire, auquel leur santé ne résistait pas. Le roi, aidé par les Jésuites, intervint pour protéger les esclaves contre les excès des colons. Ceux-ci s'efforcèrent d'empêcher l'application des mesures royales ou obtinrent des adoucissements à ces mesures, qui les rendaient inefficaces. Les jésuites s'évertuèrent à organiser les aldeias, des « villages », c'est-à-dire des communautés indiennes où, placés sous leur protection, les indigènes pouvaient vivre et travailler à l'abri des colons. Le père Anchieta, le père Nobrega, le père Vieira furent les grands évangélisateurs des Indiens ; ils écrivirent une grammaire de tupi, un catéchisme en tupi et composèrent des « mystères » (autos) pour l'édification de leurs ouailles. Ils essayèrent aussi d'empêcher les entradas, expéditions faites dans l'intérieur en vue de capturer de nouveaux esclaves. Après 1590, à ces entradas du Nordeste s'ajoutèrent les bandeiras, expéditions que les colons établis dans le petit centre de São Paulo, près de São Vicente, entreprenaient très loin à l'intérieur du continent brésilien. Quand elles remontaient les cours d'eau sur de longues barques, ces expéditions s'appelaient des moussões, car elles obéissaient au même rythme saisonnier que les expéditions maritimes qui traversaient l'océan Indien vers Goa et Malacca. En plus des esclaves, elles cherchaient l'or qu'elles ne trouveront qu'au début du xviiie siècle.

Les Noirs sont venus remplacer les Indiens comme esclaves parce qu'on les jugeait plus résistants, plus aptes au travail sédentaire.

Traite des Noirs

Photographie : Traite des Noirs

Un marchand d'esclaves brésilien examine un groupe d'Africains amenés dans le pays par bateau et destinés à être vendus (vers 1800). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les Portugais pratiquaient couramment le trafic des Noirs, qui se faisait sur les côtes du golfe de Guinée, soit en Afrique occidentale où l'on achetait des « Soudanais » de grande taille, d'esprit indépendant, influencés par l'islām, plutôt éleveurs ; soit en Afrique centrale (Congo, Angola) où l'on achetait des Bantous, de petite taille, de religion animiste, agriculteurs et sédentaires. Pour trafiquer, il fallait payer un droit. La perception des droits était affermée par un asento ou asiento à un contratador. Celui-ci délivrait des licences ou avenças aux trafiquants. D'abord contrat de droit public passé avec des particuliers, l'asiento devint à la fin du xviie siècle un traité de droit international public passé avec d'autres États (France, Angleterre). Le transport des esclaves durait environ trente-cinq jours pour Recife et cinquante pour Rio. Maltraités, beaucoup de Noirs mouraient en route. Sur la plantation, ils résistaient mieux et travaillaient plus que les Indiens. Ils vivaient dans les cases, ou senzalas, construites derrière la casa grande du maître de moulin. Parfois ils se révoltaient, s'enfuyaient et, dans le sertão, formaient des quilombos, c'est-à-dire des groupes de nègres fugitifs. [...]

Récolte du café

Photographie : Récolte du café

La récolte du café dans une plantation brésilienne, vers 1750. Assis à l'ombre, un contremaître surveille les ouvriers. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Amérique ibérique, XVIe siècle

Amérique ibérique, XVIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Traite des Noirs

Traite des Noirs
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Récolte du café

Récolte du café
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire à l'université de Nanterre et à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine

Classification

Autres références

«  AMÉRIQUE  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

L'Amérique – ou, pour être plus précis, les Amériques – est constituée de trois ensembles présentant des différences marquées, tant dans leurs structures, héritées du passé géologique, que dans leurs géodynamiques actuelles : l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud sont clairement individualisées comme continents ; l'Amérique centrale et le domaine caraïbe, beaucoup plus complexes, font la liaison […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

L'ensemble du continent américain représente 41 900 000 kilomètres carrés, soit 28,2 p. 100 des terres émergées. Il est à peu près équivalent à la masse des terres asiatiques (42 300 000 km2), quatre fois plus vaste que l'Europe jusqu'à l'Oural ; l'Afrique, enfin, ne représente que les trois quarts de sa superficie totale.La disposition territoriale permet de distinguer deux […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 981 mots
  •  • 13 médias

La répartition des animaux et des plantes peut être envisagée sous deux angles différents : l'un écologique, l'autre historique. La surface de la Terre présente une série de zones climatiques, symétriques de part et d'autre de l'équateur. Cette régularité zonale est cependant modifiée par les reliefs montagneux qui perturbent les courants atmosphériques à la […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Étymologiquement le mot « Amérique » vient d'Amerigo, prénom de Vespucci. Il a été inventé par Martin Waldseemüller qui, dans sa Cosmographie (1507), proposa d'appeler Amérique la « quatrième partie du monde », prétendument découverte par le Florentin.La « découverte de l'Amérique » a été une œuvre collective. Qui peut savoir quel pêcheur anonyme est parvenu le premier sur les […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

C'est une expression relativement récente que celle d'« Amérique espagnole » pour désigner les domaines de la couronne de Castille dans le Nouveau Monde. Les Espagnols eux-mêmes n'ont longtemps parlé, officiellement, que des « Indes, îles et terres fermes de la mer Océane » (Indias, isl […] Lire la suite

AMAZONE, fleuve

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 2 327 mots
  •  • 1 média

Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus manifeste en ce qui concerne l'abondance de l'alimentation : le débit moyen à l'embouchure représente cinq f […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en Argentine jusque vers le milieu du xix e  siècle), ont fini par disparaître. Mais, là où les Noirs ont été particulièrement nomb […] Lire la suite

ARAUCANS

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON
  •  • 1 060 mots

Araucan est un mot forgé au xvi e siècle par Ercilla, poète espagnol, à partir d'un nom de lieu indigène. Depuis lors, son usage s'est imposé en ethnologie pour désigner un ensemble de populations qui, parlant la même langue et culturellement apparentées, occupaient, à l'arrivée des conquistadores, le Chili central, du 30 e parallèle au golfe Corcovado, et se sont étendues vers le nord-ouest d […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Vikings »  : […] À partir du ix e  siècle, les Scandinaves prennent une place grandissante dans la navigation atlantique. Les rois du Vik – le golfe de Göteborg – ou Vikings, se lancent au loin sur des bateaux légers et rapides, les skeids , dont plusieurs exemplaires ont été retrouvés en parfait état dans les tombes de ces marins et ornent aujourd'hui les musées scandinaves. Montés sur ces barques, les Vikings je […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Quand les Espagnols abordèrent pour la première fois le continent américain, ils entendirent parler d'un empire tout-puissant, à la fois craint et haï, et qui tenait tous les peuples sous sa loi. Cet empire avait son centre « derrière les montagnes », dans la lointaine vallée de Mexico. C'est lui que les conquérants allaient combattre et détruire. Ils furent si impressionnés par sa puissance et s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric MAURO, « AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique portugaise », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-portugaise/