AMÉRIQUE (Histoire)Amérique portugaise

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cycle de l'or

La poussée minière

Considérons le tableau de la production aurifère du Brésil au xviiie et au début du xixe siècle. Nous constatons une poussée jusque vers 1760. Les chercheurs d'or viennent de São Paulo mais aussi de la côte. Ils achètent des esclaves à prix élevé pour le travail des mines, provoquant une pénurie de main-d'œuvre et son renchérissement dans les plantations de canne de la côte. Ces esclaves s'installent près du lit des rivières ou dans leur lit même. Ils creusent un puits carré, la cata, jusqu'au cascalho, c'est-à-dire la couche de gravier où l'or a des chances de se trouver. Ils concassent le gravier et le passent au tamis qui ne conserve que les grains d'or. Au cours des ans, ces procédés se sont améliorés. On a construit des canaux qui amènent l'eau à flanc de montagne où peuvent se trouver les filons. Le gouvernement portugais perçoit un impôt, le quinto (le cinquième), sur la production, du moins au début. Car, en 1735, le quinto est remplacé par une capitation. Chaque « mineur » paie 17 grammes d'or par esclave. En 1750, Pombal revient au système du quinto mais en maintenant, pour l'ensemble du Minas, le minimum de 100 arrobes (1 arrobe = 12 kg). Tandis que l'extraction de l'or se poursuivait autour de Vila Rica, de Sabarà (célèbres encore aujourd'hui pour leurs églises baroques) et de Congonhas Bo Campo où sculpta le génial Alejadinho, alors que des gisements étaient exploités dans le Matto Grosso, le Goyaz et même près de Jacobinas (dans la capitainerie de Bahia), on découvrait, en 1729, dans le Cerro Frio, au nord de Vila Rica, des gisements de diamant. Bientôt, naissait une nouvelle ville : Diamantina. La production fut telle que la valeur du diamant baissa de 75 p. 100 sur le marché international.

1700 à 1800. L'âge des Lumières

Vidéo : 1700 à 1800. L'âge des Lumières

Traite des Noirs. Philosophie des Lumières. Révolution scientifique et politique. Indépendance des États-UnisLe XVIIIe siècle est fatal aux États les plus archaïques. La Dzoungarie, dernier empire nomade, est broyée entre l'expansion chinoise Qing et l'Empire russe. Ce dernier, modernisé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Brésil : production aurifère de 1701 à 1820

Tableau : Brésil : production aurifère de 1701 à 1820

Production aurifère du Brésil au XVIIIe siècle et au début du XIXe

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette intense activité minière a, dès 1760, d'importantes conséquences :

– géographiques d'abord. Un système de routes muletières se crée autour de Vila Rica, pour le ravitaillement du Minas en hommes et en marchandises : route de São Paulo, et, au-delà du Rio Grande, routes de Rio et de Bahia.

– démographiques. Le Minas vide de sa population le reste du Brésil : Blancs et métis de São Paulo, de Rio, de Bahia et, par là, du Portugal (Emboabas) ; Noirs pris sur les plantations ou sur les contingents fraîchement arrivés d'Afrique. De ceux-ci, le Brésil en avait importé 500 000 entre 1570 et 1750. Trois millions y entrent encore entre 1750 et 1850, soit 30 000 par an. La capitainerie de Minas atteint 320 000 habitants en 1776.

– économiques. Il se crée, dans le Minas, une nouvelle économie « esclavocrate », avec des caractères qui la distinguent de la vieille économie esclavocrate sucrière. D'une part, elle nécessite moins de capitaux au départ et donne plus rapidement de gros profits, alors que, dans l'économie sucrière, la rentabilité des investissements était faible ou nulle. Elle est ouverte à une masse plus grande d'immigrants. Elle est donc plus « démocratique ». D'autre part, pour ces mêmes raisons, elle représente un nouveau marché de consommation, beaucoup plus large que les précédents. Le produit obtenu, l'or, augmente considérablement la circulation monétaire. D'une économie à demi fermée on passe à une économie d'échange et à une économie de masse. Les vieux marchés de la côte en sont ranimés et développés : ils deviennent des marchés de ravitaillement pour le Minas. Sur place même, la présence de la société minière stimule l'agriculture et l'élevage.

Le déclin minier

Vers 1760, la production de l'or baisse. À partir de 1770, la baisse est encore plus rapide. Les mines s'épuisent. Seul le diamant continue à arriver en quantités importantes sur les marchés internationaux. D'une économie minière dominante, le Brésil revient à une économie essentiellement agricole. La canne à sucre reprend de l'importance. Interdite au Minas pour que celui-ci ne concurrence pas la côte, elle finit par y pénétrer et même par y être admise officiellement après 1800. Les guerres de la Révolution et de l'Empire, en gênant les exportations antillaises, favorisent le Brésil. Le tabac, qui était la culture la plus importante après la canne, se développe, surtout à Bahia. Le coton et l'indigo, les cultures vivrières (maïs, haricot, riz) se partagent le reste des surfaces cultivées. Partout, mais surtout dans le Sud, l'élevage fournit à la fois la viande, le lait et aussi les animaux de trait, en particulier le mulet qui a permis de dominer l'espace continental brésilien (et hispano-américain) aux xviiie et xix

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Amérique ibérique, XVIe siècle

Amérique ibérique, XVIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Traite des Noirs

Traite des Noirs
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Récolte du café

Récolte du café
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire à l'université de Nanterre et à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine

Classification

Autres références

«  AMÉRIQUE  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

L'Amérique – ou, pour être plus précis, les Amériques – est constituée de trois ensembles présentant des différences marquées, tant dans leurs structures, héritées du passé géologique, que dans leurs géodynamiques actuelles : l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud sont clairement individualisées comme continents ; l'Amérique centrale et le domaine caraïbe, beaucoup plus complexes, font la liaison […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

L'ensemble du continent américain représente 41 900 000 kilomètres carrés, soit 28,2 p. 100 des terres émergées. Il est à peu près équivalent à la masse des terres asiatiques (42 300 000 km2), quatre fois plus vaste que l'Europe jusqu'à l'Oural ; l'Afrique, enfin, ne représente que les trois quarts de sa superficie totale.La disposition territoriale permet de distinguer deux […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 981 mots
  •  • 13 médias

La répartition des animaux et des plantes peut être envisagée sous deux angles différents : l'un écologique, l'autre historique. La surface de la Terre présente une série de zones climatiques, symétriques de part et d'autre de l'équateur. Cette régularité zonale est cependant modifiée par les reliefs montagneux qui perturbent les courants atmosphériques à la […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Étymologiquement le mot « Amérique » vient d'Amerigo, prénom de Vespucci. Il a été inventé par Martin Waldseemüller qui, dans sa Cosmographie (1507), proposa d'appeler Amérique la « quatrième partie du monde », prétendument découverte par le Florentin.La « découverte de l'Amérique » a été une œuvre collective. Qui peut savoir quel pêcheur anonyme est parvenu le premier sur les […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

C'est une expression relativement récente que celle d'« Amérique espagnole » pour désigner les domaines de la couronne de Castille dans le Nouveau Monde. Les Espagnols eux-mêmes n'ont longtemps parlé, officiellement, que des « Indes, îles et terres fermes de la mer Océane » (Indias, isl […] Lire la suite

AMAZONE, fleuve

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 2 327 mots
  •  • 1 média

Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus manifeste en ce qui concerne l'abondance de l'alimentation : le débit moyen à l'embouchure représente cinq f […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en Argentine jusque vers le milieu du xix e  siècle), ont fini par disparaître. Mais, là où les Noirs ont été particulièrement nomb […] Lire la suite

ARAUCANS

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON
  •  • 1 060 mots

Araucan est un mot forgé au xvi e siècle par Ercilla, poète espagnol, à partir d'un nom de lieu indigène. Depuis lors, son usage s'est imposé en ethnologie pour désigner un ensemble de populations qui, parlant la même langue et culturellement apparentées, occupaient, à l'arrivée des conquistadores, le Chili central, du 30 e parallèle au golfe Corcovado, et se sont étendues vers le nord-ouest d […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Vikings »  : […] À partir du ix e  siècle, les Scandinaves prennent une place grandissante dans la navigation atlantique. Les rois du Vik – le golfe de Göteborg – ou Vikings, se lancent au loin sur des bateaux légers et rapides, les skeids , dont plusieurs exemplaires ont été retrouvés en parfait état dans les tombes de ces marins et ornent aujourd'hui les musées scandinaves. Montés sur ces barques, les Vikings je […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Quand les Espagnols abordèrent pour la première fois le continent américain, ils entendirent parler d'un empire tout-puissant, à la fois craint et haï, et qui tenait tous les peuples sous sa loi. Cet empire avait son centre « derrière les montagnes », dans la lointaine vallée de Mexico. C'est lui que les conquérants allaient combattre et détruire. Ils furent si impressionnés par sa puissance et s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric MAURO, « AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique portugaise », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-portugaise/