DÉFÉCATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expulsion des matières fécales, la défécation résulte de l'invagination du sigmoïde contenant les matières dans le rectum, temps inconscient, puis, à la suite du besoin, de la contraction des muscles abdominaux et du releveur de l'anus, coordonnée au relâchement du sphincter anal. Ce mécanisme fort complexe relève du système nerveux autonome, du système nerveux central et, partiellement, de la volonté. Il est souvent perturbé dans les troubles psychiques et dans quelques troubles neurologiques (incontinence sphinctérienne des affections de la moelle dorsolombaire et de la « queue de cheval », du coma).

La rétention des matières (constipation chronique) se rencontre à des degrés divers dans le caractère anal, la paranoïa et la mélancolie. La fonction excrémentielle est investie comme une agression et une souillure ; elle est de ce fait bloquée. Tout se passe comme si la libido avait régressé au niveau sadique anal et comme si l'organisme, luttant contre un danger, contractait à l'excès et en permanence sa musculature striée, dont fait partie le sphincter anal. Selon F. Alexander, le facteur affectif du constipé se traduirait ainsi : « Je ne peux rien espérer des autres, et, par conséquent, je n'ai besoin de donner quoi que ce soit, je dois garder ce que j'ai. » Les fèces symbolisent alors toutes les valeurs, le pénis, l'enfant, l'argent.

Dans l'encoprésie (exonération involontaire de l'enfant au-delà de la troisième année), l'enfant retient ses matières jusqu'à ce que survienne une expulsion par accumulation. Le phénomène se produit surtout le jour (contrairement à l'énurésie), et plutôt chez le garçon. Le sujet a valorisé, sous l'influence d'une éducation malencontreuse, le plaisir de rétention du bol fécal, et il refuse, en faveur de cet auto-érotisme, ce cadeau à la mère qu'est l'exonération ; il trouve d'ailleurs une volupté supplémentaire au passage forcé du bol fécal. Ce processus survient chez des patients au moi faible, souvent après une frustration, et doit être considéré comme une agression envers la mère dans le cadre d'une fixation ou d'une régression au stade anal ; il relève d'une psychothérapie associée à un conditionnement en salle d'observation.

Quant à l'incontinence vraie des matières, qui a le sens d'une perte de la vigilance corticale, elle fait partie du gâtisme rencontré dans des cas avancés de démences organiques, d'arriération mentale, de schizophrénie. Elle n'est pas toujours irréversible.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉFÉCATION  » est également traité dans :

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les faits classiques »  : […] L'entrée des aliments dans le tube digestif commence par un acte volontaire : la mastication et la déglutition, mais, dès son entrée dans l'œsophage, la bouchée alimentaire subit un déplacement échappant complètement à notre volonté jusqu'à la défécation. Deux sphincters (anneaux musculaires systématiquement fermés et dont l'ouverture n'obéit qu'à des ordres spéciaux) ferment le tube digestif à s […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La deuxième année de la vie »  : […] À l'âge de un an environ, le bébé sait généralement se tenir debout et commence à faire ses premiers pas. Dès lors, il progresse très rapidement dans le sens d'une autonomisation. Les deux acquisitions principales de la deuxième année sont la communication verbale et la maîtrise sphinctérienne. À propos des stades de l'acquisition du langage, il faut noter l'importance qu'y revêtent les facteurs […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « DÉFÉCATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/defecation/