Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER, film de Ridley Scott

Ancien élève du Royal College of Art de Londres, Ridley Scott travailla d'abord pour la B.B.C., comme décorateur de plateau puis, au milieu des années 1960, comme réalisateur. Il poursuivit sa carrière en dirigeant des spots publicitaires, avant de tourner son premier film, Duellistes, en 1977. Nombre des œuvres qu'il signa depuis lors sont devenues des objets de culte. De par le monde, des centaines de milliers d'adolescents récitent comme un poème la tirade finale de l'androïde de Blade Runner (1982) « I've seen things you people wouldn't believe... » ou écoutent en boucle la musique de Gladiator (2000). Mais c'est sans doute Alien qui a déclenché la plus grande vague d'adoration, au point que l'industrie de l'entertainment est toujours occupée, plus de vingt ans après, à fabriquer des avatars du film – pour l'instant, cinq jeux vidéo et quatre sequels cinématographiques, d'Aliens (1986) à Alien vs. Predator (2004). Inversement, Alien évoque 2001 l'Odyssée de l'espace (1968) de Stanley Kubrick – un équipage en hibernation, le dialogue avec un ordinateur central à interface de sortie vocale – et Silent Running (Douglas Trumbull, 1972) – un petit nombre de personnes aux rapports conflictuels, œuvrant pour le compte d'intérêts qui les dépassent, dans les interminables coursives d'un gigantesque vaisseau spatial. Enfin, Alien partage avec La Nuit des morts-vivants (Night of the Living Dead, 1968, de George Romero) le choix de conjuguer la situation narrative du huis clos avec la figure de l'ennemi indestructible, dont on peut seulement retarder la victoire.

L'enfer du Nostromo

À mi-chemin de son voyage de retour vers la Terre, le vaisseau spatial de remorquage Nostromo est saisi d'agitation. Après avoir détecté un signal susceptible d'émaner d'une forme de vie extraterrestre, l'ordinateur central a tiré de leur hibernation les sept membres de l'équipage. Une navette est alors envoyée au point d'émission, à la surface d'une planète balayée par les vents. Mais l'expédition tourne au drame lorsqu'une sorte de pieuvre se plaque sur le visage de Kane, d'une manière telle qu'on ne peut lui ôter sans le tuer. La navette regagne en catastrophe le Nostromo. Un instant Kane semble tiré d'affaire car la pieuvre s'est détachée de lui, mais quelques heures plus tard un monstre s'extirpe de son ventre en plein déjeuner, le tuant net. La pieuvre n'était qu'un placenta sophistiqué... Le chaos s'installe à bord, d'autant plus que l'ordinateur central semble très peu concerné par le facteur humain. Que faire ? L'insaisissable créature grandit à toute vitesse, et entreprend bientôt d'exterminer un par un les six passagers encore en vie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GIGER H. R. (1940-2014)

    • Écrit par Universalis
    • 382 mots
    • 1 média

    L’ artiste et décorateur suisse H. R. Giger est l’auteur de peintures et de sculptures d’inspiration surréaliste. Pour le thriller de science-fictionAlien (1979) et en particulier pour sa suite, Alien 3 (1992), il réalise de nombreux dessins inspirés des différents stades de la vie,...

  • RAMBALDI CARLO (1925-2012)

    • Écrit par Universalis
    • 280 mots

    Spécialiste italien des effets spéciaux, Carlo Rambaldi utilisait l’art du maquillage, des marionnettes animées et l’animatronique pour façonner avec soin des personnages réalistes tantôt terrifiants, tantôt attachants. Il est surtout connu pour les trois oscars que lui valurent le gorille géant dans...

Voir aussi