ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER, film de Ridley Scott

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éclectisme stylistique, multinationales et androgynie

Alien équilibre des savoir-faire en provenance d'horizons esthétiques différents. Au style postmoderne, le film emprunte un travail sur les formes, les textures et les sons. Le dessinateur de bandes dessinées Jean Giraud et l'illustrateur de science-fiction Chris Foss ont collaboré au « visuel » du vaisseau, et le peintre suisse H. R. Giger a prêté son imaginaire très reconnaissable au monstre et à son cadre de vie. Et même si « dans l'espace personne ne vous entend crier », pour citer le slogan publicitaire du film, la bande-son déroule ses nappes enchevêtrées dans le style ambient. Postmodernes également, les projecteurs bleutés face à l'objectif comme chez Spielberg, et le jeu des images « basse résolution » que l'on regarde sur des écrans sans rien pouvoir faire. Ainsi le chef tué par le monstre n'est-il qu'un simple point lumineux sur le repère orthonormé d'un moniteur, comme dans les guerres « techniques » où la réalité de la souffrance demeure hors champ.

Au style classique, ensuite, le film emprunte une propension aux effets d'annonce. Pour sa première apparition à l'écran, Kane se masse la gorge dans laquelle la pieuvre s'enfoncera quelques heures plus tard ; une étrange contre-plongée depuis le sol de l'infirmerie nous souffle à l'oreille que le monstre va s'échapper ; les lents travellings avant dans les coursives annoncent que « quelque chose » est là... On ne peut plus classique aussi, la figure de la fausse alerte : ouf !, ce n'était qu'un chat. Il serait injuste cependant de voir le film comme un exercice de style, puisqu'il se double d'un réquisitoire contre l'obsession du profit dans les multinationales. Que valent quelques êtres humains pour elles, face à la découverte d'une nouvelle forme de vie, c'est-à-dire d'un nouveau marché ? Le vaisseau tire d'ailleurs son nom d'un roman de Joseph Conrad (Nostromo, 1904) qui raconte comment la soif de posséder un trésor conduit une bande de marins à l'autodestruction.

Alien est aussi un objet de culte pour l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER, Ridley Scott  » est également traité dans :

GIGER H. R. (1940-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 385 mots
  •  • 1 média

L’ artiste et décorateur suisse H. R. Giger est l’auteur de peintures et de sculptures d’inspiration surréaliste. Pour le thriller de science-fiction Alien (1979) et en particulier pour sa suite, Alien  3 (1992), il réalise de nombreux dessins inspirés des différents stades de la vie, de l’œuf à l’âge adulte, pour représenter le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/h-r-giger/#i_37511

RAMBALDI CARLO (1925-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 292 mots

Spécialiste italien des effets spéciaux, Carlo Rambaldi utilisait l’art du maquillage, des marionnettes animées et l’animatronique pour façonner avec soin des personnages réalistes tantôt terrifiants, tantôt attachants. Il est surtout connu pour les trois oscars que lui valurent le gorille géant dans King Kong (1976) de John Guillermin, la tête macabre du monstre dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-rambaldi/#i_37511

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER, film de Ridley Scott », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alien-le-huitieme-passager/