STIEGLITZ ALFRED (1864-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vision esthétique et documentaire

Au cours de cette période, la plus socialement brillante, Stieglitz réalise une série de portraits d'artistes et de personnalités parmi lesquels on retiendra ceux de Pablo Picasso, Charles Demuth, Sherwood Anderson et Dorothy Norman. Il adhère en même temps à la Straight Photography prônée par Paul Strand et Charles Sheeler et selon laquelle le pictorialisme doit oublier ses flous et ses encres grasses, ses rendus de fusain ou d'huile comme ses compositions allégoriques. L'Entrepont de 1907 s'inscrit avant la lettre dans cette démarche et, à sa suite, la série des Vu de ma fenêtre qui donne de Manhattan une vision esthétique et documentaire. La composition Hand and Wheel (1933, Cleveland Museum of Art), qui montre une main de femme au contact de la gomme et de l'acier d'une roue de voiture de luxe, atteindra en 1935 la modernité portée en Europe par les courants de la Nouvelle Vision. La relation amoureuse avec Georgia O'Keeffe, qu'il épouse en 1924, inspirera de nombreux portraits dans lesquels Stieglitz se montre particulièrement novateur. Les deux artistes exposent conjointement en 1924 et en 1925, dans l'Intimate Gallery ouverte par Alfred Stieglitz au sein des Anderson Galleries, sur Park Avenue. La compagnie de Georgia O'Keeffe et la mort d'Hewig Stieglitz marquent un tournant dans la production du photographe. La propriété d'Oaklawn est vendue, mais Stieglitz y garde une petite maison. Au cours de ses nombreux séjours à Lake George, il s'attache à la représentation de ciels chargés de nuages, dont les premiers essais le déçoivent jusqu'à ce que, enfin satisfait, il accumule ce qu'il nomme ses « Équivalences », à la fois interrogation sans réponse sur le désordre du monde et contemplation apaisée de l'artiste. Alfred Stieglitz ouvre en 1929 sa dernière galerie, An American Place sur Madison Avenue à New York, qu'il dirige jusqu'à sa mort. Il y monte deux importantes rétrospectives de son œuvre, en 1932 et en 1934, ainsi qu'une présen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STIEGLITZ ALFRED (1864-1946)  » est également traité dans :

ARMORY SHOW, exposition d'art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 427 mots

C'est à l'ancienne salle d'armes du 69 e régiment d'infanterie des États-Unis, à New York, que la plus célèbre exposition de peinture du xx e siècle a dû son nom. Quand elle s'ouvre, le 17 février 1913, nul n'ignore le but de ses inspirateurs, Alfred Stieglitz et ses amis de la Secession Camera . Il s'agit de ruiner le mélange de provincialisme et de prétention qui caractérise alors la peinture […] Lire la suite

DOVE ARTHUR GARFIELD (1880-1946)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 419 mots

Peintre américain, né le 2 août 1880 à Canandaigua (État de New York), mort le 23 novembre 1946 à Huntingdon (État de New York). Diplômé à l'université Cornell en 1903, Arthur Garfield Dove commence sa carrière artistique en tant qu'illustrateur pour la presse, notamment pour Scribner's Magazine , Collier's Magazine et The Saturday Evening Post . En 1907-1908, il étudie à Paris où il fréquente n […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le premier modernisme »  : […] De ce point de vue, l'introduction du modèle avant-gardiste du modernisme à partir des premières expositions américaines des impressionnistes français, au milieu des années 1880, va avoir un effet paradoxal, quoique déterminant. Il impose en effet, comme condition de reconnaissance internationale, l'affirmation des spécificités – aussi bien celle du médium que celle de l'individualité du créateur, […] Lire la suite

HARTLEY MARSDEN (1877-1943)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 274 mots

Peintre américain, né le 4 janvier 1877 à Lewiston (Maine), mort le 2 septembre 1943 à Ellsworth (Maine). Après des études à la Cleveland School of Art, Marsden Hartley part pour New York étudier à la Chase School et à la National School of Design. Il retourne dans le Maine en 1900. Pendant près de dix ans, il passe l'été dans le Maine et l'hiver à New York. En 1909, Alfred Stieglitz organise da […] Lire la suite

MARIN JOHN (1870-1953)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 426 mots

Le peintre américain John Marin appartient, comme Georgia O'Keefe, Max Weber, Arthur Dove, Alfred Maurer et Marsden Hartley, à cette première génération d'artistes modernistes qui tentèrent de conserver à l'art américain ses qualités propres tout en l'unissant aux grands courants européens. Groupés autour du photographe Alfred Stieglitz dont la Galerie 291 est située sous les toits dans la Cinquiè […] Lire la suite

O'KEEFFE GEORGIA (1887-1986)

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 338 mots

Le travail de Georgia O'Keeffe témoigne du courant figuratif américain dont les éléments de composition — cadrage, traitement des détails — empruntent plus aux procédés photographiques qu'aux modèles naturels. « On peint à partir de son sujet, et non de ce qu'on voit » [directement], soulignait l'artiste elle-même. Née le 15 novembre 1887 à Sun Prairie (État du Wisconsin), Georgia O'Keeffe a suiv […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Un art en plein essor »  : […] La photographie – art de fixer la trace de la lumière – occupe une place grandissante dans la culture de notre temps. Les signes en sont nombreux, avec une avance marquée des États-Unis où Alfred Stieglitz la fait entrer dans les musées dès le début du xx e  siècle, où le département de photographie du Museum of Modern Art de New York est créé en 1940, où Kodak fonde la George Eastman House (auj […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 269 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La photographie se libère »  : […] Lorsqu'en 1888 apparaît le petit Kodak, un appareil simple, léger et de maniement facile : « Appuyez sur le bouton, nous ferons le reste », une page est tournée, la photographie peut être pratiquée par tout le monde. Quand ce sera par des artistes comme Bonnard ou Vuillard, ils parviendront tout naturellement à y inscrire la vision qu'ils développent ailleurs comme peintres. Mais qu'allait-il adve […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de la photographie-peinture »  : […] Bien qu'influencée aussi par le style des photographes britanniques, la photographie américaine avait eu son évolution propre, marquée notamment par un goût très vif des reportages, qui culmine avec les admirables documents sur la guerre de Sécession dus à Mathew Brady, Alexander Gardner et Timothy O'Sullivan , où les cinéastes de westerns viendront régulièrement rechercher des sources d'inspirat […] Lire la suite

PHOTO-SECESSION

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

L'appellation Photo-Secession désigne un groupe de photographes qui furent les premiers, aux États-Unis, au début du xx e  siècle, à vouloir faire reconnaître la photographie comme un art à part entière. Mené par Alfred Stieglitz (1864-1946) , le groupe de la Photo-Secession compta également dans ses rangs Edward Steichen (1879-1973), Clarence H. White (1871-1925), Gertrude Käsebier (1852-1934) et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « STIEGLITZ ALFRED - (1864-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-stieglitz/