DOVE ARTHUR GARFIELD (1880-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre américain, né le 2 août 1880 à Canandaigua (État de New York), mort le 23 novembre 1946 à Huntingdon (État de New York).

Diplômé à l'université Cornell en 1903, Arthur Garfield Dove commence sa carrière artistique en tant qu'illustrateur pour la presse, notamment pour Scribner's Magazine, Collier's Magazine et The Saturday Evening Post. En 1907-1908, il étudie à Paris où il fréquente nombre d'autres artistes américains, dont Max Weber et Alfred Maurer. Son art subit alors l'influence de l'impressionnisme, du fauvisme et de Paul Cézanne. Par deux fois, ses toiles sont présentées au Salon d'automne. De retour aux États-Unis en 1909, il rencontre le photographe Alfred Stieglitz. L'année suivante, Stieglitz expose ses tableaux, avec ceux de John Marin et Georgia O'Keeffe, à la galerie 291 qu'il a ouverte à New York. Pionnier de l'art non figuratif, à cette époque, Arhtur Garfield Dove s'est déjà totalement lancé dans l'abstraction.

Son œuvre reflète sa conception de la couleur et de la forme, instruments servant à exprimer l'essence contenue dans l'enveloppe externe des choses. Ses formes sont « informes », ses couleurs peu intenses. Dans Foghorns (1929, « Cornes de brume »), il utilise des formes concentriques obtenues par le dégradé des couleurs pour donner une équivalence visuelle du son de la corne de brume. Bien que non figurative, sa peinture suggère souvent l'ondoiement d'un paysage ou d'autres aspects de la nature. Dove exécute également de nombreux collages déroutants, tel Goin' Fishin' (1925, « Partie de pêche »), qui font appel à divers matériaux. Durant les années 1920, Il travaille beaucoup la technique du pastel et expérimente différents supports.

Pendant cette période, Arthur Garfield Dove se sépare de sa femme et part s'installer à Long Island où il se concentre sur son art. Le mouvement rythmé de la mer et du sable, saisi dans une représentation abstraite aux accents mystiques, est au cœur des nombreuses toiles qu'il peint alors. En 1922, il rencontre un mécène en la personne de Duncan Phillips, fondateur du musée Phillips Collection à Washington. À la fin des années 1930, bien que malade, il continue à peindre et, dans la première moitié de la décennie suivante, produit ce que la plupart des critiques considèrent comme ses plus belles œuvres.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  DOVE ARTHUR GARFIELD (1880-1946)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le premier modernisme »  : […] De ce point de vue, l'introduction du modèle avant-gardiste du modernisme à partir des premières expositions américaines des impressionnistes français, au milieu des années 1880, va avoir un effet paradoxal, quoique déterminant. Il impose en effet, comme condition de reconnaissance internationale, l'affirmation des spécificités – aussi bien celle du médium que celle de l'individualité du créateur, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15640

Pour citer l’article

« DOVE ARTHUR GARFIELD - (1880-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-garfield-dove/