BELL ALEXANDER GRAHAM (1847-1922)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’invention du téléphone

Bell réalise ensuite un téléphone sans pile, les électro-aimants étant remplacés par un barreau d'acier aimanté. Ce nouveau modèle est présenté, le 25 juin 1876, à l'Exposition universelle de Philadelphie, où Bell montre également un récepteur doté d’une pointe immergée dans un liquide. C’est cet appareil qui donnera lieu au procès intenté par Elisha Gray (1835-1901) au motif que celui-ci aurait le premier préconisé un tel dispositif. En 1880, la justice tranchera en faveur de Bell, en lui reconnaissant une antériorité de deux heures (le 14 février 1876) dans le dépôt du brevet destiné à protéger ce montage.

Bell perfectionne le téléphone magnétique en adoptant l'aimant en fer à cheval, plus efficace que le simple barreau. La première communication à longue distance par fil télégraphique est alors réalisée le 12 février 1877, entre lui-même, installé au Lyceum de Salem (Massachusetts), et son assistant, Charles Watson (1854-1934), qui se trouve dans les locaux du Boston Globe, à 22 kilomètres de là. Il fonde en juillet 1877, avec trois associés, la Bell Telephone Company, à Boston, pour exploiter l’invention. Pour finir, Bell renonce à l'émetteur et au récepteur distincts : le dispositif membrane-aimant, qui leur était commun, est placé dans un cornet en bois, désormais à double usage.

Le brevet accordé à Bell sera encore une fois contesté devant les tribunaux, en 1887, par un Italo-Américain, Antonio Meucci (1808-1889), mais cette procédure s'éteindra avec le décès de celui-ci. Toutefois, en 2002, la Chambre des représentants des États-Unis reconnaîtra officiellement sa contribution à l'invention du téléphone, injustement oubliée jusque-là par l'histoire officielle.

Bell meurt le 2 août 1922 à Beinn Bhreagh, la grande demeure qu’il s’était fait construire en Nouvelle-Écosse (Canada), dans une région qui lui rappelait son pays natal.

En souvenir de Graham Bell, on désignera sous le nom de « bel » – et plus couramment sous sa forme « décibel (dB) » – l'unité d’intensité acoustique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BELL ALEXANDER GRAHAM (1847-1922)  » est également traité dans :

INVENTION DU TÉLÉPHONE

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 489 mots
  •  • 1 média

Le 14 février 1876, l'Américain d'origine anglaise Alexander Graham Bell dépose un brevet pour un système de transmission de la voix. Quelques heures plus tard, son compatriote Elisha Gray fait de même. Ce sont les recherches menées à partir de 1870 pour transmettre simultanément plusieurs messages sur la même ligne du télégraphe (inventé en 1837), en utilisant le courant alternatif et non continu […] Lire la suite

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 657 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La « découverte » de Graham Bell »  : […] Avec l'arrivée des terminaux imprimants, la vitesse de transmission des dépêches a été doublée par rapport au système manuel de Morse qui était alors limité à quelque 30 mots par minute. Mais on était encore loin des capacités de transmission des lignes qui se chiffraient en dizaines de mots par seconde. Le nombre de dépêches ne cessant d'augmenter, il fallait trouver des solutions pour en transme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, Jacques MÉRAND, « BELL ALEXANDER GRAHAM - (1847-1922) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-graham-bell/