ALBALAG ISAAC (XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe et traducteur juif, qui a vécu probablement en Catalogne. Son œuvre principale est la traduction du Magasid al-Falasifa d'al-Ghazali, à laquelle il a joint des notes critiques réunies sous le titre de Tiqqun ha-De‘et (éd. critique G. Vajda, Jérusalem, 1973) et destinées à définir les rôles respectifs de la révélation et de la philosophie dans la pensée juive. Par philosophie, il entend surtout la doctrine aristotélicienne telle qu'elle fut transmise par Averroès. Son point de vue, par conséquent, diffère aussi bien de celui d'Avicenne que de celui de Maimonide.

Selon Albalag, quatre croyances fondamentales sont communes à la philosophie et à la révélation ; elles ont pour objet l'existence de Dieu, la récompense et le châtiment, la survie de l'âme après la mort physique, la Providence. La révélation s'adresse aux masses, en des termes appropriés à leur entendement. Il appartient à la philosophie d'en extraire les vérités moyennant une interprétation allégorique. Albalag admet toutefois que la révélation contient aussi des vérités inaccessibles à l'intelligence humaine, mais ces vérités ne sont nécessaires ni au commun des fidèles, dont la survie est assurée par l'obéissance aux commandements, ni aux intellectuels, qui peuvent atteindre la béatitude grâce à la philosophie. En cas de contradiction entre la doctrine révélée et celle qu'enseigne la philosophie, Albalag est enclin à admettre la vérité des deux en leur assignant des sphères de connaissance distinctes. Cette tendance et certaines particularités de son vocabulaire laissent supposer qu'il fut influencé par des averroïstes latins accusés précisément d'admettre la théorie de la « double vérité ».

—  Gabrielle SED-RAJNA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALBALAG ISAAC ( XIII e s.)  » est également traité dans :

AVERROÏSME

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Averroïsme et penseurs juifs »  : […] Il ne semble pas que la doctrine d'Averroès ait influé sur l'histoire ultérieure de la pensée en Islam. En revanche, un certain nombre de penseurs juifs l'ont assimilée, rejetant toutefois certains éléments. Tel Isaac Albalag, qui vécut dans la seconde moitié du xiii e  siècle, probablement en Catalogne ; admettant que la vérité est également cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroisme/#i_8337

Pour citer l’article

Gabrielle SED-RAJNA, « ALBALAG ISAAC (XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albalag-isaac/