CORBIN ALAIN (1936-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans l'Orne en 1936, Alain Corbin fait ses études à Caen, enseigne comme jeune agrégé d'histoire-géographie au lycée de Limoges avant d'occuper une chaire à l'université de Tours puis à l'université de Paris-I, où il remplace Maurice Agulhon. Sa thèse, Archaïsme et modernité du Limousin au XIXe siècle (Aubier, 1975), relève de l'histoire économique et sociale, classique depuis les travaux de Fernand Braudel. Mais très vite ses recherches vont s'orienter vers une anthropologie historique, ouvrant à chaque fois une perspective négligée. L'étude des Limousins le conduit à celle de la prostitution (Les Filles de noces, Aubier, 1978). Il ne se contente pas de fournir des chiffres, il esquisse une histoire de l'imaginaire. Si le paysan, l'étranger, la prostituée sont pour le Parisien ceux qui sentent fort et mauvais, on comprend la transition des Limousins et des filles de noces aux odeurs. Le Miasme et la Jonquille (Aubier, 1982) interroge la chimie et l'industrie des cosmétiques, l'urbanisme et la littérature, pour révéler la « révolution olfactive » qui aux anciennes odeurs animales et musquées substitue des senteurs végétales plus subtiles, et aux promiscuités odorantes, de nouvelles incompatibilités. On retrouve les campagnes françaises dans l'enquête sur l'importance du son des cloches et de l'environnement sonore (Les Cloches de la terre, Albin Michel, 1990) ou dans l'analyse d'un fait-divers sanglant en Dordogne en 1870 (Le Village des cannibales, Aubier, 1990). La grande ville, au contraire, est le lieu où se fonde une culture nouvelle des loisirs. Le Territoire du vide (Aubier, 1988) montre le renversement qui s'opère dans l'appréhension du bord de mer, lieu dangereux pour l'âge classique qui progressivement se pare de vertus médicinales, morales et esthétiques ; et L'Avènement des loisirs, ouvrage collectif (1995), la transformation du repos nécessaire à la reconstitution des forces de travail, en une parenthèse de vie différente et personnelle. L'œuvre d'Alain Corbin culmine d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CORBIN ALAIN (1936- )  » est également traité dans :

L'HARMONIE DES PLAISIRS (A. Corbin)

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 990 mots

Du Miasme et la jonquille (1982) aux Cloches de la terre (1990), Alain Corbin a tracé sa voie en se faisant l'historien des sens, une de ces recherches que Lucien Febvre appelait de ses vœux, et qui allaient radicalement modifier l'historiographie française et lui donner un prestige international. Alain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-harmonie-des-plaisirs/#i_70454

LOISIRS

  • Écrit par 
  • Philippe COULANGEON
  •  • 4 821 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La montée du temps libre »  : […] À un siècle d'intervalle, l'histoire du temps libre a connu deux grandes ruptures, selon Alain Corbin. Dans les années 1850, tout d'abord, à la faveur de la révolution industrielle et notamment de la révolution des transports, qui associe durablement loisir et voyage, temps libre et tourisme. C'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loisirs/#i_70454

MENTALITÉS, histoire

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 2 014 mots

Dans le chapitre « Deux conceptions des mentalités »  : […] xve et xviiie siècles et l'élaboration par l'Église d'une « religion de la peur ». Citons l'œuvre très originale d'Alain Corbin sur les transformations de l'univers sensoriel au xixe siècle : Le Miasme et la jonquille, l'odorat et l'imaginaire social, XVIII […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalites-histoire/#i_70454

Pour citer l’article

Michel DELON, « CORBIN ALAIN (1936-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-corbin/