ḤĀKIM BI-AMR ALLĀH AL- (985-1021) calife fātimide (996-1021)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sixième calife fāṭimide et personnage central du système religieux druze, tantôt cruel et despotique, tantôt humble, généreux et juste. Les raisons profondes du comportement étrange de Ḥākim restent inexpliquées. Il est proclamé calife en 996, et les premières années de son règne sont fort agitées : guerre avec les Byzantins et troubles intérieurs provoqués par les luttes d'influence entre les troupes berbères et les troupes turques. En 1000, al-Ḥākim fait assassiner son tuteur, Bardjawān ; désormais, il va régner en despote, avec une totale incohérence. Ainsi prend-il des mesures vexatoires à l'égard des juifs et des chrétiens : démolition d'édifices religieux, entre autres celle de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, interdiction de célébrer diverses fêtes, exécutions arbitraires ; puis, en 1013, il fait restaurer églises, synagogues et monastères, il autorise même les chrétiens convertis de force à l'islām à retourner à leur religion primitive. Il édicte des mesures antisunnites et, en 1005, lance l'anathème contre les compagnons du Prophète, mais, en 1013, il autorise la restauration des rites sunnites et punit ceux qui insultaient les compagnons. De même, dans le domaine des mœurs, il fait par exemple interdire les instruments de musique, interdire aux chrétiens de boire du vin, interdire à quiconque de se promener la nuit dans les rues, promenades auxquelles lui-même prend grand plaisir. Il n'est pas étonnant que ces divers décrets aient soulevé l'indignation populaire et provoqué de nombreuses révoltes qu'il noie toutes dans le sang. Ces extravagances dans tous les domaines arrivent à leur paroxysme en 1017-1018 : « À ce moment deux Persans, Ḥamza et Darazī (duquel vient le nom : Druze), prêchaient une doctrine d'après laquelle Ḥākim incarnait l'Intellect divin, la plus haute manifestation de Dieu en dehors de son être ineffable : Ḥākim adopta la doctrine et tira une vengeance terrible d'émeutiers soulevés contre elle » (C. Cahen, L'Islam des origines au début de l'Empire ottoman, 1970). Sa mort survenue deux ans plus tard est tout aussi mystérieuse que sa vie : le 13 février 1021, il ne revient pas d'une de ses promenades nocturnes coutumières. On ne retrouva jamais son corps. Le plus vraisemblable est qu'il fut assassiné à l'instigation de sa sœur, Sitt al-mulk, qui craignait elle-même pour sa vie. Depuis ce jour, les Druzes attendent son retour.

—  Georges BOHAS

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification

Autres références

«  HAKIM BI-AMR ALLAH AL- (985-1021) calife fatimide (996-1021)  » est également traité dans :

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

DRUZES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 2 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Élaboration d'un système religieux »  : […] L'origine de la secte druze se situe sous le règne du calife fatimide d'Égypte, al-Ḥākim (996-1021) qui, à la fin de sa vie, prétendit être une incarnation divine. Cette idée fut admise par un certain nombre de fidèles, qui se groupèrent autour de l'un de ses vizirs, al-Darazī ; celui-ci a donné son nom à la secte : Daraziyya ou Durziyya, d'où Druze. Darazī, poussant à l'extrême les théories dogm […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Établissement de la dynastie fatimide »  : […] Mais voici que soudain des révolutionnaires s'avisent de conquérir les sympathies des populations. Des émissaires de premier ordre travaillent tous les milieux, par des arguments appropriés suivant les cercles où devait s'insinuer la propagande, en faisant appel aux soulèvements les plus variés, religieux, sociaux ou raciaux. Il s'agit du mouvement des Carmathes, qui fit régner la terreur dans to […] Lire la suite

FĀṬIMIDES

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 277 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une vie politique troublée »  : […] Une éclipse de cette tolérance envers la communauté chrétienne coïncide avec le règne du calife al-Ḥākim (996-1021) ; fanatique, celui-ci fit démolir l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem. Il se déclara dieu, et les auteurs musulmans rapportent que « tous les rêves que lui suggérait sa folie n'étaient susceptibles d'aucune interprétation raisonnable ». Les Druzes reconnaissent encore aujourd'hui […] Lire la suite

ISMAÉLISME

  • Écrit par 
  • Michel BOIVIN, 
  • Osman YAHIA
  •  • 6 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine et période fatimide »  : […] Après la mort du sixième imām chiite Dja‘far al-Ṣādik en 765/148, une querelle de succession éclata entre ses deux fils Ismā‘īl et Mūsā al-Kāṣim. Marqué dès l'origine par une grande diversité, le mouvement des partisans d'Ismā‘īl ou ismaéliens, ne devint actif qu'à la fin du ix e  siècle, sous une double forme, qarmate et fatimide. Vers 877-878/264, un certain Ḥamdan Qarmat, fondateur éponyme de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « ḤĀKIM BI-AMR ALLĀH AL- (985-1021) - calife fātimide (996-1021) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/al-hakim-bi-amr-allah/