AIRBUS A380

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réactions des constructeurs américains

À l’époque, les Américains ont observé avec attention et perplexité des travaux européens. Lockheed a envisagé un gros appareil à trois ponts capable d’embarquer jusqu’à 900 passagers, dérivé du cargo militaire C-5A Galaxy. McDonnell Douglas, qui venait de conclure une alliance ambitieuse avec Taïwan (qui sera sans suite), a entrepris l’étude d’un MD-12 (quadriréacteur à deux ponts), vite abandonnée. Boeing, pour sa part, a estimé que le marché potentiel accessible à un tel appareil serait limité et lui interdirait tout espoir de rentabilité industrielle. Il n’en a pas moins esquissé plusieurs projets, à titre conservatoire, des dérivés de capacité accrue du 747. Il lancera finalement le 747-8 (version allongée du 747), capable de transporter jusqu’à 460 passagers (version 747-8I, mise en service commercial le 1er juin 2012), remotorisé et doté d’une nouvelle voilure.

Ensuite, contre toute attente, Airbus Industrie et Boeing se sont rapprochés, se livrant à des études conjointes, sous l’appellation générique V.L.T.A. (Very Large Transport Airplane). Puis chacun des avionneurs a repris sa liberté, tandis que prenait corps une polémique peu banale. Airbus croyait résolument à l’essor inéluctable du trafic entre mégapoles, impliquant la desserte d’une cinquantaine de grandes plates-formes internationales, et estimait le marché de l’A3XX à environ 1 500 exemplaires (puis à 1 700 par la suite). Boeing, pour sa part, a tenu un raisonnement sensiblement différent, prévoyant que les compagnies aériennes, pour mieux répondre aux aspirations des voyageurs au long cours, préféreraient multiplier la création de lignes nouvelles permettant des vols directs, sans escale obligée dans un hub, plate-forme de correspondances. La polémique a consacré l’expression anglophone consolidation versus fragmentation, regroupement du trafic par opposition à sa fragmentation en un nombre accru de lignes directes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : journaliste, auteur, membre de l'Académie nationale de l'air et de l'espace

Classification

Les derniers événements

18 janvier 2018 Émirats arabes unis – Union européenne. Importante commande d'Airbus A380.

Airbus A380, dont vingt ferme et seize en option, pour un montant total de 13 milliards d’euros. Cette commande, qui garantit à Airbus dix années de production, sauve le modèle que l’avionneur envisageait d’arrêter de fabriquer. Emirates est le premier opérateur de l’A380 avec cent quatre-vingts appareils en service ou en commande. […] Lire la suite

17 décembre 2009 France. Acquittement général dans l'affaire E.A.D.S.

l'A380 construit par Airbus, filiale d'E.A.D.S. Les enquêteurs de l'A.M.F. avaient réclamé des sanctions exemplaires pour ce cas particulier de délit non pas financier mais industriel, plus difficile à prouver. La commission des sanctions de l'A.M.F. ne les a pas suivis.  […] Lire la suite

30 mai 2008 France. Mise en examen de Noël Forgeard dans l'affaire E.A.D.S.

l'Airbus A380 pour vendre des actions d'E.A.D.S. issues de ses stock-options pour un montant de 4,3 millions d'euros en novembre 2005 et en mars 2006. L'annonce du retard de livraison de l'avion, en juin 2006, avait entraîné une chute immédiate du titre en Bourse de 26 p. 100 et la démission de Noël Forgeard, un mois plus tard. L'enquête ouverte par […] Lire la suite

10-25 avril 2007 France. Polémique autour des indemnités de départ de l'ancien coprésident d'E.A.D.S., Noël Forgeard

d'Airbus, qui a quitté ses fonctions en juillet 2006 à la suite de l'annonce des retards dans la réalisation du programme de l'Airbus A380. Le montant de son préavis, de ses indemnités de départ et de l'indemnité liée à une clause de non-concurrence s'élève à 8,54 millions d'euros. En mars 2006, Noël Forgeard avait par ailleurs exercé des stock-options […] Lire la suite

3-9 octobre 2006 France – Allemagne. Annonce d'un plan de redressement pour Airbus

l'Airbus A380 – soit un total de deux ans avec les deux retards précédemment annoncés – et à 4,8 milliards d'euros le manque à gagner consécutif. Il annonce un vaste plan de réorganisation industrielle, destiné à réduire de 30 p. 100 pour 2010 les coûts de fonctionnement d'Airbus. Ce plan prévoit notamment des mesures de délocalisation, de recours  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre SPARACO, « AIRBUS A380 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/airbus-a380/