AIRBUS A380

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’A380 : un avion à deux ponts

Lors des premiers échanges de vues, Airbus (à l’époque Airbus Industrie) était encore un groupement d’intérêt économique de droit français ayant pour actionnaires Aerospatiale (37,5 p. 100), Deutsche Aerospace (37,5 p. 100 également), British Aerospace (20 p. 100), le solde étant détenu par le constructeur espagnol Construcciones Aeronauticas. Le coût de développement d’un long-courrier à 500 ou 600 places étant considérable (estimé alors à 10,7 milliards de dollars), la recherche de partenaires supplémentaires (Italie, Belgique…) fut lancée sans plus attendre.

Les mérites techniques de plusieurs avant-projets furent soigneusement comparés, notamment un A2000 imaginé en Allemagne et l’ASX500 français. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agissait de concepts d’avions à deux ponts pour en limiter les dimensions à 80 mètres d’envergure et de longueur, tailles maximales requises pour pouvoir utiliser les installations aéroportuaires existantes. En effet, il était entendu, dès le départ du projet, que le futur géant utiliserait les pistes existantes, ce qui sera le cas, malgré la nécessité d’aménagements, notamment des voies de roulement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : journaliste, auteur, membre de l'Académie nationale de l'air et de l'espace

Classification

Les derniers événements

18 janvier 2018 Émirats arabes unis – Union européenne. Importante commande d'Airbus A380.

Airbus A380, dont vingt ferme et seize en option, pour un montant total de 13 milliards d’euros. Cette commande, qui garantit à Airbus dix années de production, sauve le modèle que l’avionneur envisageait d’arrêter de fabriquer. Emirates est le premier opérateur de l’A380 avec cent quatre-vingts appareils en service ou en commande. […] Lire la suite

17 décembre 2009 France. Acquittement général dans l'affaire E.A.D.S.

l'A380 construit par Airbus, filiale d'E.A.D.S. Les enquêteurs de l'A.M.F. avaient réclamé des sanctions exemplaires pour ce cas particulier de délit non pas financier mais industriel, plus difficile à prouver. La commission des sanctions de l'A.M.F. ne les a pas suivis.  […] Lire la suite

30 mai 2008 France. Mise en examen de Noël Forgeard dans l'affaire E.A.D.S.

l'Airbus A380 pour vendre des actions d'E.A.D.S. issues de ses stock-options pour un montant de 4,3 millions d'euros en novembre 2005 et en mars 2006. L'annonce du retard de livraison de l'avion, en juin 2006, avait entraîné une chute immédiate du titre en Bourse de 26 p. 100 et la démission de Noël Forgeard, un mois plus tard. L'enquête ouverte par […] Lire la suite

10-25 avril 2007 France. Polémique autour des indemnités de départ de l'ancien coprésident d'E.A.D.S., Noël Forgeard

d'Airbus, qui a quitté ses fonctions en juillet 2006 à la suite de l'annonce des retards dans la réalisation du programme de l'Airbus A380. Le montant de son préavis, de ses indemnités de départ et de l'indemnité liée à une clause de non-concurrence s'élève à 8,54 millions d'euros. En mars 2006, Noël Forgeard avait par ailleurs exercé des stock-options […] Lire la suite

3-9 octobre 2006 France – Allemagne. Annonce d'un plan de redressement pour Airbus

l'Airbus A380 – soit un total de deux ans avec les deux retards précédemment annoncés – et à 4,8 milliards d'euros le manque à gagner consécutif. Il annonce un vaste plan de réorganisation industrielle, destiné à réduire de 30 p. 100 pour 2010 les coûts de fonctionnement d'Airbus. Ce plan prévoit notamment des mesures de délocalisation, de recours  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre SPARACO, « AIRBUS A380 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/airbus-a380/