AIRBUS A380

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premier vol et commercialisation de l’A380

Avec son envergure de 79,80 mètres, sa longueur de 72,70 mètres et sa masse maximale au décollage de 560 tonnes (version passagers), le premier vol du « paquebot de l’air », le 27 avril 2005, a constitué un événement savamment médiatisé et a symbolisé le retour en force de l’Europe au premier plan de la construction aéronautique mondiale sur le marché civil. Parti de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, ce vol, d'une durée de trois heures et cinquante-quatre minutes, a marqué les débuts d'un programme d'essais qui a permis d'obtenir la certification de cet appareil en 2006. L'équipage était composé de deux commandants de bord – Claude Lelaie et Jacques Rosay – et de quatre ingénieurs navigants.

Aviation civile : Airbus A380

Photographie : Aviation civile : Airbus A380

Décollage, de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, du plus gros avion civil du monde, l'Airbus A380, pour son premier vol effectué le 27 avril 2005. Ce géant des airs, équipé de quatre turboréacteurs, est capable de transporter plus de  850 passagers répartis sur deux ponts. Sa mise en... 

Crédits : C. Brinkmann/ Airbus

Afficher

Commercialisé dans un premier temps avec 555 places réparties sur deux ponts, l’A380 a ensuite été présenté avec 525 places, des repères purement indicatifs, les compagnies étant libres de retenir l’aménagement de leur choix. Deux types de motorisations sont aussi proposés : l’un dû à Rolls-Royce (le Trent 900), l’autre (le GP 7200) développé par Engine Alliance, entreprise constituée par General Electric et Pratt & Whitney.

En 2014, près de 400 exemplaires de cet avion géant ont été vendus à un prix unitaire d’un peu plus de 400 millions de dollars. Le seuil de rentabilité du programme n’est pas encore atteint pour autant et la livraison de 25 à 30 exemplaires par an reste bien au-dessous des prévisions initiales (une cinquantaine d’exemplaires envisagée en 2000). La compagnie Emirates, basée à Dubaï, a fait de l’A380 la clé de voûte de son développement, au point de passer commande, en plusieurs fois, de 140 exemplaires, une situation sans précédent.

La version tout-cargo A380F, retenue par la compagnie américaine FedEx, a été abandonnée ou tout au moins reportée. Le temps joue néanmoins en faveur de l’A380 dans la mesure où la progression régulière du trafic aérien devrait justifier un intérêt accru pour les très gros porteurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : journaliste, auteur, membre de l'Académie nationale de l'air et de l'espace

Classification

Les derniers événements

18 janvier 2018 Émirats arabes unis – Union européenne. Importante commande d'Airbus A380.

Airbus A380, dont vingt ferme et seize en option, pour un montant total de 13 milliards d’euros. Cette commande, qui garantit à Airbus dix années de production, sauve le modèle que l’avionneur envisageait d’arrêter de fabriquer. Emirates est le premier opérateur de l’A380 avec cent quatre-vingts appareils en service ou en commande. […] Lire la suite

17 décembre 2009 France. Acquittement général dans l'affaire E.A.D.S.

l'A380 construit par Airbus, filiale d'E.A.D.S. Les enquêteurs de l'A.M.F. avaient réclamé des sanctions exemplaires pour ce cas particulier de délit non pas financier mais industriel, plus difficile à prouver. La commission des sanctions de l'A.M.F. ne les a pas suivis.  […] Lire la suite

30 mai 2008 France. Mise en examen de Noël Forgeard dans l'affaire E.A.D.S.

l'Airbus A380 pour vendre des actions d'E.A.D.S. issues de ses stock-options pour un montant de 4,3 millions d'euros en novembre 2005 et en mars 2006. L'annonce du retard de livraison de l'avion, en juin 2006, avait entraîné une chute immédiate du titre en Bourse de 26 p. 100 et la démission de Noël Forgeard, un mois plus tard. L'enquête ouverte par […] Lire la suite

10-25 avril 2007 France. Polémique autour des indemnités de départ de l'ancien coprésident d'E.A.D.S., Noël Forgeard

d'Airbus, qui a quitté ses fonctions en juillet 2006 à la suite de l'annonce des retards dans la réalisation du programme de l'Airbus A380. Le montant de son préavis, de ses indemnités de départ et de l'indemnité liée à une clause de non-concurrence s'élève à 8,54 millions d'euros. En mars 2006, Noël Forgeard avait par ailleurs exercé des stock-options […] Lire la suite

3-9 octobre 2006 France – Allemagne. Annonce d'un plan de redressement pour Airbus

l'Airbus A380 – soit un total de deux ans avec les deux retards précédemment annoncés – et à 4,8 milliards d'euros le manque à gagner consécutif. Il annonce un vaste plan de réorganisation industrielle, destiné à réduire de 30 p. 100 pour 2010 les coûts de fonctionnement d'Airbus. Ce plan prévoit notamment des mesures de délocalisation, de recours  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre SPARACO, « AIRBUS A380 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/airbus-a380/